Compte rendu : La Méditerranée asiatique

François Gipouloux, La Méditerranée asiatique. Villes portuaires et réseaux marchands en Chine, au Japon et en Asie du Sud-Est, XVIe-XXIe siècle, Paris, CNRS Éditions, 2009, 480 p. et XII p. de pl.1

Après quinze années de travail sur le terrain, à Pékin, Hong Kong et Tōkyō, François Gipouloux a consacré un ouvrage ambitieux et réussi aux villes portuaires et réseaux marchands en Chine, au Japon et en Asie du Sud-Est, du XVIe siècle à nos jours.

La première thèse est que cette Méditerranée existe depuis au moins six siècles, alors que l’Asie orientale est habituellement présentée comme la façade occidentale d’un immense océan, le Pacifique, dominé par les États-Unis. Une histoire, une géographie, une économie se sont déroulées depuis longtemps dans ce vaste « corridor » qui est flanqué à l’ouest par la Chine et le Vietnam, au sud par l’Indonésie (avec les deux détroits-verrous de Malacca et de la Sonde), à l’est par les Philippines, Taïwan et le Japon.

La deuxième thèse est que l’Asie existait avant l’intrusion des Européens (Portugais, Néerlandais, Espagnols, Anglais). L’Occident n’a pas apporté les lumières du commerce et de l’industrie à des peuples arriérés et introvertis. L’amiral Zhang He avait mené sept expéditions chinoises jusqu’aux côtes de l’Afrique de l’Est, avec 48 jonques énormes transportant 27 000 hommes, entre 1405 et 1433. La Chine était, avant la prise de pouvoir des Mongols, une puissance extravertie qui avait développé un commerce intense au sein de cette Méditerranée asiatique grâce à des diasporas chinoises implantées à partir du XIIe siècle. Et il semble que ce commerce local fut aussi important en volume que le trafic plus connu avec l’Europe (la soie et les épices).

C’est en s’appuyant sur ces marchands chinois que les Anglais ont pu étendre leur fructueux commerce. Même à l’époque des ports ouverts par la force en Chine au milieu du XIXe siècle, l’autorité des Occidentaux ne dépassait guère les limites des concessions internationales. Singapour (fondé en 1819 par Thomas Stamford Raffles, avec l’aide de la colonie chinoise) et Hong Kong (annexé en 1842, avec une forte présence chinoise mais aussi parsi) ont tôt joué un rôle stratégique dans la poussée britannique.

La troisième thèse porte sur les villes marchandes qui sont fortes quand les États sont faibles. Ce fut évidemment le cas de Venise et Gênes au XIVe siècle, qui déployèrent une inventivité juridique et financière permettant toutes les audaces, des expéditions risquées et de longue durée, ainsi qu’une puissance militaire adéquate pour protéger les navires marchands des pirates, qui sont aussi anciens que les négociants. Une même liberté existait parmi les ports de la Hanse qui contrôlaient le commerce sur la mer Baltique au XVe siècle, alors que l’autorité prussienne était lointaine.

L’application de cette thèse à la Méditerranée asiatique du XXe siècle apparaît héroïque, puisque la Chine de Mao et même la Chine actuelle, « ouverte » depuis 1979, ne sont pas réputées pour la faiblesse de leur État central. Et de même pour le Japon d’après-guerre, où la reconstruction et la haute croissance ont été pilotées d’une main ferme par le ministère du Commerce international et de l’Industrie (MITI).

Néanmoins, l’auteur démontre que l’essor de Hong Kong, avec son hinterland de la Rivière des perles, et celui de Shanghai, avec la profondeur du delta du Fleuve bleu, se sont inscrits dans une perspective d’ouverture maîtrisée aux investissements et aux échanges internationaux. De nombreuses pages sont consacrées à la rivalité entre les deux villes portuaires ainsi qu’à la tension qui s’accroît entre la Chine côtière, à la croissance rapide et ouverte, et la Chine de l’intérieur, plus lente et repliée sur elle-même.

Je suis en désaccord avec F. Gipouloux sur un point qu’il cite en passant et qui est essentiel : la convertibilité de la monnaie chinoise, qu’il prévoit à très courte échéance (2010-2015). La maîtrise de la monnaie est une arme essentielle du pouvoir central pour soutenir les industries d’exportation installées le long des côtes, et on ne peut pas dire que la crise financière mondiale pousse la Chine à mêler sa monnaie au gigantesque cafouillage global.

J’ai un autre regret, celui que l’auteur n’ait pas poursuivi jusqu’au bout la thèse de la Méditerranée asiatique comme espace économique à croissance endogène, tout en étant très ouvert sur l’extérieur, c’est-à-dire sur les marchés américains et européens. J’ai relevé deux indications fugaces et passionnantes : Shenzhen est le quatrième port mondial, qui a vu passer 18,4 millions de conteneurs en 2006, et 70 % de l’investissement direct en Chine vient de l’Asie.

Il aurait été instructif d’étudier les flux de conteneurs, la forme la plus moderne du commerce international, pour tracer les routes principales du commerce intra- ou extra-asiatique. Il est paradoxal de bénéficier de cartes magnifiques sur les voies de Venise et de la Hanse et de ne lire qu’une carte inanimée de la mer intérieure asiatique au XXe siècle.

Et de même, les flux d’investissements directs (construction d’usines ou d’établissements commerciaux et financiers) auraient pu être pistés avec grand profit. On imagine facilement une division du travail entre la conception au Japon, l’assemblage en Chine et la vente aux États-Unis. Ce moderne commerce triangulaire est peut-être déjà dépassé à mesure que le niveau technologique de la Chine s’élève.

L’Asie du Sud-Est fut, dans les années 1970, une terre majeure du capitalisme d’enclave, où les sociétés de commerce japonaises organisaient des réseaux de sous-traitance. La Chine va-t-elle y installer les activités manufacturières (textile, habillement, cuir) qui ne seront plus compétitives chez elle parce que sa main-d’œuvre y devient plus chère ?

En conclusion, la Méditerranée asiatique est aussi l’enjeu d’une rivalité feutrée entre la Chine et les États-Unis. La surveillance exercée par la 7e flotte agace Pékin, mais rassure certains riverains qui voient la Chine brusquer ses voisins en « mer de Chine » pour y affirmer sa souveraineté et exploiter les riches fonds sous-marins. Comme sa semblable européenne, la Méditerranée asiatique sera au cœur de l’histoire économique et politique des décennies à venir.

Christian Sautter

Compte rendu paru dans les Annales 2011 n°4,  reproduit dans Les Carnets du Centre Chine avec l’autorisation de la rédaction des Annales que nous remercions.


Autres comptes rendus

2011

  • Jérôme Bourgon, The American Historical Review, vol. 116, n° 2, 2011, p. 415-416 The University of Chicago Press, American Historical Association, Texte intégral sur JSTOR
  • Laurence Monnais, Journal of World History, vol. 22, n° 2,  2011, p.380-382. Texte intégral sur MUSE
  • Alessandro Stanziani, International Journal of Asian Studies, 8, 2011, p 97-98 Texte intégral sur Cambridge Journals

2010

  • Hubert Bonin, Business History,  vol. 52, n°4, 2010, p.686-688 Texte intégral sur INGENTA
  • Michel Bruneau, Annales de géographie,  n°3, 2010, ( CR du n° 673), p.311 Texte intégral sur CAIRN
  • Gilbert Etienne, « Analyses bibliographiques », Revue Tiers Monde,  2010, 1,  (n°201), p.215-230, Texte intégral sur CAIRN
  • Bruno Marnot, « Comptes rendus », Histoire, économie & société,  2010, 1, p.95-108, Texte intégral sur CAIRN
  • Angela Schottenhammer, T’oung Pao, 96, n° 4-5, 2010 , pp. 581-585(5)Texte intégral sur INGENTA

2009

2008

 

  1. English version : The Asian Mediterranean  Port Cities andTrading Networks in China, Japan and Southeast Asia, 13th–21st Century , Edward Edward Elgar, 2011, 424 p. []

Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

More Posts - Website


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.