Roderick MacFarquhar, sinologue britannique

Veg, Sebastian. « Roderick MacFarquhar, sinologue britannique ». Le Monde, Carnet, samedi 23 février 2019, p. 16.

Directeur d’études à l’EHESS, Sebastian Veg est chercheur associé au CCJ-CECMC.

Roderick MacFarquhar, sinologue britannique

Roderick MacFarquhar, grand historien du maoïsme, journaliste, député travailliste à la Chambre des communes, fon­dateur de la revue China Quarterly, et professeur d’histoire et de sciences politiques à Harvard, est mort à Cambridge (Massachusetts, Etats-Unis), le 10 février.

Né le 2 décembre 1930 à Lahore (Indes britanniques), fils d’un administrateur colonial, il fit ses études dans un lycée d’Edimbourg avant d’être admis à Oxford. S’intéressant à la Chine, il se dirigea ensuite vers Harvard, où il devint l’étudiant du célèbre sinologue américain John Fairbank, qui venait de créer un programme spécifique consacré à l’Asie.

Titulaire d’un master, il revint en Angleterre, où il travailla pour le Daily Telegraph et la BBC, ainsi que pour Chatham House (l’Institut royal d’affaires internatio­nales) et organisa des déjeuners mensuels de discussion sur la Chine réunissant universitaires, diplomates et journalistes. En 1960, quand le Congrès pour la liberté de la culture (qui publiait le Soviet Survey) décida de fonder une revue universitaire consacrée spécifiquement à la Chine, on lui confia la charge de rédacteur en chef du China Quarterly. Evitant de prendre parti pour l’un ou l’autre des spécialistes américains qui se querellaient sur le fait de savoir qui avait « perdu la Chine », il fit du China Quarterly la revue de référence sur la Chine contemporaine.

En 1972, il effectua sa première visite en République populaire de Chine, où il continua à maintenir des contacts fréquents dans les cercles universitaires et politiques, et où ses livres sont traduits.

Une trilogie de référence

Au même moment, MacFarquhar s’engagea en politique au Parti travailliste et finit par être élu député en 1974. Ayant perdu son siège lors de la vague thatchérienne de 1979, il s’inscrivit à la London School of Economics pour une thèse de ­doctorat, qu’il acheva en 1981. Il se ­consacra ensuite à la carrière universitaire, rejoignant, en 1984, Harvard, où il enseigna pendant vingt-huit ans l’histoire contemporaine et les sciences politiques, formant d’innombrables étudiants, notamment l’un des leaders du mouvement démocratique de 1989, Wang Dan, après son expulsion de Chine en 1998 […].

Lire la suite sur lemonde.fr (accès abonnés) ou dans l’édition papier du 23 février 2019

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.