Taïwan, toujours fragile ?

Victor Louzon (Paris IV, membre associé de CCJ-CECMC) était l’invité de Concordance des temps, l’émission de Jean-Noël Jeanneney sur France Culture, samedi 16 février 2019.

Présentation

Le président de la Chine continentale Xi Jinping menace une nouvelle fois de recourir à la force pour reprendre Taïwan. L’île de Formose est devenue, de décennie en décennie, une véritable démocratie et constitue pour Pékin un défi à la fois territorial et idéologique.

Dans notre monde très chaotique, les incertitudes asiatiques sont lourdes. Du côté de la Corée comme du Pakistan, les géopoliticiens n’ont pas de mal à identifier plusieurs barils de poudre dont sont proches des mèches inquiétantes. Les tensions sont diverses, et dangereuses pour la paix du monde. 

Ce matin, nous allons parler de Taïwan et des origines de ses relations conflictuelles avec la Chine continentale. Le maître de celle-ci, Xi Jingping, vient de hausser le ton. Il vient de proclamer que la séparation de l’île du sud, celle que jadis les Occidentaux avaient dotée du beau nom de Formose, Formose la belle, était plus que jamais insupportable à Pékin. 

Cette séparation date de la fuite de Tchang Kaï-chek et des siens après leur défaite devant les communistes chinois de Mao Zedong, en 1949, déconfiture qui les avaient conduits à s’y réfugier, bientôt protégés par les États-Unis. Xi Jinping a affirmé que la réunification “était une nécessité pour le retour en force de la nation dans la nouvelle ère“. Les “liens du sang“, c’est sa formule, exigent que cette coupure “ne soit pas perpétuée de génération en génération“. Et il a réitéré la menace de recourir à la force pour reprendre Taïwan. Beaucoup pensent qu’il s’est donné à lui-même le devoir impérieux de réaliser cette fusion pendant le temps de son règne. 

Fusion avec une île qui, de décennie en décennie, a progressivement constitué un système politique respectant toutes les règles d’une démocratie. Et qui constitue de la sorte pour Pékin un défi qui n’est plus seulement territorial, mais aussi idéologique. 

Connaître la longue genèse de cette situation doit aider à mesurer quelques-uns des risques dont elle est grosse. Mon invité, Victor Louzon, maître de conférences à la Sorbonne, Paris IV, s’affirme, parmi la jeune génération de chercheurs, comme un excellent spécialiste du sujet.

Écouter l’émission

 

 

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.