La réalisation du déplacement chez Ying Chen, un cheminement narratif en langue française

La prochaine séance du séminaire de recherche Hors frontières. Écritures du déplacement dans une perspective mondiale (CERC-THALIM, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 / CELIS, Université Clermont-Auvergne) sera consacrée au thème : « Le déracinement, un laboratoire narratif ? ». Annie Bergeret Curien (CCJ-CECMC) participera à cette séance.

Date

  • Vendredi 15 février 2019, de 14h à 16h

Lieu

  • Centre Censier de la Sorbonne Nouvelle (Salle 414)
    13 rue de Santeuil – 75005 Paris

Programme de la séance

  • Ying Chen, romancière (Canada, Éd. du Boréal / Éd. du Seuil) : « Déracinement et déplacement »
  • Annie Bergeret Curien (CNRS / (CNRS / CCJ : Chine, Corée, Japon ; CECMC : Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine) : « La réalisation du déplacement chez Ying Chen, un cheminement narratif en langue française »

Il s’agira d’aborder la volonté constante de Ying Chen de sortir des voies d’expression banalisées et d’ouvrir des horizons, en explorant des espaces, souvent subjectifs, libérés d’un cadre spatio-temporel restreint. On insistera sur le recours de l’auteure à la langue française et sur le phrasé sémantique, rythmique, voire syntaxique qu’elle développe, contribuant fortement à la dynamique du déplacement ‒ géographique, intellectuel, linguistique… ‒ que l’on peut ressentir à la lecture de ses œuvres.

  • Laurence Chamlou (Université de Reims) : « La fracture de l’exil dans Désorientale de Négar Djavadi »

L’expérience de l’exil vécue par les Iraniens a ouvert un champ d’expérimentations littéraires, avec de nombreux écrivains qui ont fait le choix d’écrire dans la langue de l’exil en anglais, en français, en allemand… Parmi ces écrivains déplacés, Négar Djavadi bouscule les codes dans son premier roman Désorientale (2016), et propose une nouvelle représentation grâce à une temporalité flottante et des bouleversements identitaires. Le déplacement donne ici naissance à un mode d’être basé sur l’errance et une vision décalée. La petite histoire et la grande histoire achoppent dans une écriture où la simultanéité joue un rôle central, et le mot-valise, « désorientale », est le miroir d’un tourbillon. Les digressions occupent l’espace dans cette littérature migrante.

La présente communication propose de se pencher sur une fiction qui tend un miroir à deux sociétés, iranienne et française, et donne voix à un foisonnement de récits au sein d’un texte qui célèbre le déracinement.

Le programme de l’ensemble du séminaire sur le carnet de recherche du séminaire est consultable sur le site : https://horsfrontieres.hypotheses.org

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.