Médecine chinoise traditionnelle en contextes africains

Participation de F. Obringer et de  L. Candelise au nouveau projet ANR consacré aux espaces de la culture chinoise en Afrique (diffusion, agencements, interactions).

Ce projet se propose de mener une recherche fondamentale sur un aspect encore peu étudié de la présence chinoise en Afrique, ses implications culturelles. D’une part en effet, la volonté de dépassement du postcolonial en Afrique rencontre une rhétorique officielle chinoise du contournement de l’Occident et du non-alignement, réduisant dès lors les processus de reconnaissance de l’altérité à une alternative géopolitique. D’autre part, la diffusion d’une forme de digest culturel masque la singularité des stratégies d’adaptations et les interactions socioculturelles en cours.

Au-delà des intérêts économiques et stratégiques plus ou moins maitrisés par les Etats et portés par une grande variété de partenaires, la présence en Afrique d’une population chinoise croissante capitalisant une expérience et des réseaux locaux diversifiés, suppose des modes d’adaptation variables selon les niveaux et les espaces de rencontre. De la même façon, la pluralité des acteurs africains impliqués présume de processus d’appropriation et de réception d’éléments de culture chinoise distincts. De nouveaux espaces d’interaction et de représentation – spatiaux, visuels, sociaux, symboliques-, sont ainsi mis en place de part et d’autre, de nature et de portée.

Cette multiplicité intrinsèque d’une rencontre culturelle inédite par sa rapidité et son ampleur sera analysée à travers trois niveaux, non exclusifs entre eux, de nature et de portée différente, permettant d’étudier l’inscription de la culture chinoise de manière locale et globale, aussi bien dans des contextes culturels africains précis que dans l’espace virtuel

  • Axe 1. Agencements et représentations : géopolitique du patrimoine immatériel (J.P. Dozon, A. Loumpet-Galitzine, avec la participation de D. Diminescu)
  • Axe 2. Médecine chinoise traditionnelle en contextes africains (F. Obringer, F. Bourdarias, L. Candelise)
  • Axe 3. Espaces associatifs et institutionnels d’interaction (C. Alden, A. Kernen, C. Froissart, R. Dittgen – avec la participation de D. Diminescu)

 

Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

More Posts - Website


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.