Sociodicées de l’(im)mobilité et sphères d’appartenances situationnelles dans un ancien village d’émigration de Shenzhen

Intervention d’Anne-Chistine Trémon (Université de Lausanne, visiting scholar à l’EHESS) dans le séminaire coordonné par Isabelle Thireau, « Normes sociales et légitimité en Chine contemporaine ».

Date

Vendredi 8 février 2019, 9h-13h

Lieu

EHESS (Salle A07_51)
54 boulevard Raspail – 75006 Paris

Résumé

Les habitants de l’ancien village d’émigration de Fort-les-Pins, aujourd’hui un quartier de Shenzhen, déploient deux types d’évaluation morale des destinées des émigrés et de ceux qui ne sont pas partis. Je propose de les concevoir comme des « sociodicées ». Dans la première, ce qui prévaut est une théorie qui valorise à posteriori la « décision » de rester et qui place l’accent sur l’avènement de la prospérité comme une récompense morale. La seconde met l’accent sur l’habituation à un mode de vie étranger et justifie ainsi la distanciation réciproque entre locaux et émigrés ou descendants d’émigrés. L’analyse de ces deux types de récit conduit à aborder les évaluations changeantes des appartenances locales et globales du point de vue des locaux membres du village et du lignage et selon une perspective qui cherche à se défaire de tout nationalisme méthodologique. Des expériences divergentes de l’(im)mobilité modèlent des sphères d’appartenance situationnelles et changeantes : l’une est partagée entre les villageois et leur diaspora contre l’Etat; une autre différencie les locaux et l’Etat de la diaspora, du fait à la fois de leur traditionalisme supposé et de leur « acculturation ». Et pourtant, une troisième sphère d’appartenance se dessine, centrée sur la communauté locale elle-même, dont les membres valorisent un mode de vie modeste à l’encontre de celui des entrepreneurs hyper-mobiles, qui sont valorisés dans le discours étatique sur l’esprit d’entreprise et le patriotisme diasporiques.


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.