Chine : l’autre civilisation ?

Landry-Deron, Isabelle et Pierre-Étienne Will. « Chine : l’autre civilisation ? ». L’Europe. Encyclopédie historique, sous la direction de Christophe Charle et Daniel Roche. Arles : Actes Sud, 2018, p. 1210-1215 (avec l’autorisation des Éditions Actes Sud).

« Chine : l’autre civilisation ? »

En 1701, Leibniz écrivit à un missionnaire français installé à la cour de Pékin pour réclamer un « commerce de lumière avec l’Europe » et soumettre, par l’intermédiaire des académies, un questionnaire sur la Chine. Un lectorat avide attendait impatiemment des renseignements sur un espace perçu depuis l’Antiquité classique comme lointain, retranché derrière sa Grande Muraille, dérobé à la connaissance par des appellations variables. Il réclamait mieux que les bribes d’information obtenues auprès d’intermédiaires incertains à la faveur d’ouvertures intermittentes. Au VIe siècle de notre ère, Isidore de Séville mentionne comme un propos répandu qu’on ignore les traits des Sères mais non les tissus sériques. Ces textiles légers et chatoyants étaient ce qu’on en connaissait de plus palpable depuis bien des siècles. Virgile croit que la soie est une fine toison que les Sères détachent des feuilles des arbres. Pline ignore comment elle parvient jusqu’aux rivages méditerranéens mais déplore qu’elle vide le trésor. À l’occasion de son triomphe en 46 avant J.-C., César fait profiter la plèbe de ce « luxe barbare » en faisant étendre des voiles de soie au-dessus des spectateurs des jeux organisés au champ de Mars pour les abriter du soleil estival. […]

Télécharger l’article (PDF) pour lire le texte intégral (avec l’aimable autorisation des Éditions Actes Sud).

Présentation de l’ouvrage L’Europe. Encyclopédie historique

De la fin de l’Antiquité à nos jours circulent les cultures, se métissent les peuples, se transforment les sociétés, s’étendent les pouvoirs au sein d’une Europe aux dimensions variables selon les époques et ses rapports changeants avec le reste du monde.
L’Europe livre tous les éléments indispensables pour comprendre la multiplicité des strates, des conflits ou des échanges qui ont fait naître, déployé ou remodelé ce continent. Celui-ci cumule paradoxes et contradictions historiques : à la fois fort et faible, temporairement réuni ou profondément divisé ; y alternent phases d’expansion et de repli, périodes de certitude et de supériorité proclamée et moments de dépression ou de décadence réelle ou supposée.
En ressort un portrait polyphonique et dynamique, raisonné et critique, d’une civilisation, une et plurielle, à bien des égards plus unie qu’on ne le croit, dont l’histoire tour à tour exalte, instruit ou désespère.
Ce faisant, L’Europe offre le guide d’exploration nécessaire au moment crucial que nous traversons :
– une organisation des savoirs à la fois chronologique et thématique ;
– une présentation des cultures matérielles et immatérielles ;
– la diversité spatiale et temporelle des Europes ;
– la pluralité productive des approches historiques : intellectuelle, politique, économique, sociale, technique, religieuse, culturelle, symbolique ;
– la contribution multinationale de plus de 430 spécialistes.

Plus d’informations sur le site des Éditions Actes Sud

Page personnelle d’Isabelle Landry-Deron (CCJ-CECMC)

Page personnelle de Pierre-Étienne Will (Collège de France/CCJ-CECMC)


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.