La parole chrétienne en écritures chamaniques. Pratiques textuelles du Père Paul Vial chez les Yi-Sani (1887-1917)

Névot, Aurélie. « La parole  chrétienne en écritures chamaniques : pratiques textuelles du Père Paul Vial chez les Yi-Sani (1887-1917) ». Textimage : revue d’étude du dialogue texte-image. Le conférencier, Dossier : Christianismes en transfert. Images, cartes et écritures à travers l’Europe, les Amériques et la Chine, automne 2018. URL : http://revue-textimage.com/conferencier/08_christianismes_en_transfert/nevot1.html?fbclid=IwAR2fkJEy2wkXvnyT8788RH_FwyPnC-5YNqZbaUGzYKM9CmN3R27XZQ0VMaY (consulté le 15 janvier 2019)

Aurélie Névot est chargée de recherches au CNRS, membre de CCJ-CECMC.

Résumé

Christianismes en transfert. Images, cartes et écritures à travers l’Europe (Textimage)

Le Père Paul Vial vécut de 1887 à 1917 parmi les Yi-Sani. Au sein de cette minorité ethnique de la province chinoise du Yunnan, le prêtre catholique développa des stratégies textuelles afin de greffer le dogme chrétien sur la religion locale : un chamanisme scriptural qui repose sur l’emploi d’une écriture différente de l’écriture chinoise. Au fondement du phénomène d’« inculturation » qui en découla : l’étude et l’utilisation par Vial de textes rituels que seuls les chamanes appelés Maîtres de la psalmodie (bimo) sont d’ordinaire autorisés à mettre en voix pour accomplir des rituels et voyager dans le cosmos. Considérant les Yi-Sani comme une civilisation chrétienne originelle de l’écrit, non seulement le Père Vial étudia auprès de bimo, copia certains de leurs manuscrits et édita un dictionnaire, mais il écrivit de surcroît plusieurs catéchismes en utilisant l’écriture chamanique locale. Il alla encore plus loin dans le processus d’évangélisation en enseignant cette écriture à l’école, promouvant un processus d’institutionnalisation et un projet local de civilisation. On assiste tout à la fois à un transfert de sacralité – Vial prêta de nouvelles valeurs à l’écriture chamanique –, et à un transfert de ritualité – l’écriture chamanique devenant l’écriture du rite chrétien.

Abstract

From 1887 to 1917, while living among the Yi-Sanis–a Yunnanese population (China)–, Father Paul Vial developed textual strategies in order to graft the catholic dogma onto the local religion: a scriptural shamanism based on a writing that differs from the Chinese one. This “inculturation” phenomenon was possible through the study and the use by Vial of ritual texts that only the shamans called Masters of Psalmody (bimos) are ordinarily allowed to chant in order to perform rituals and to travel through the cosmos. In considering the Yi-Sani population as an original Christian civilization that uses the written word, not only did Father Vial study alongside bimos, got copies of some of their manuscripts and edited a dictionary, but he also wrote a few catechisms using the local shamanic writing. He went further into his evangelization process by teaching this writing at school, promoting an institutionalization process and a local civilization project. At the same time we observe a transfer of sacrality – Vial gave new values to shamanic writing – and a transfer of rituality – with shamanic writing becoming the writing of the Christian cult.

Lire le texte intégral de l’article

Sommaire du numéro

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.