La fabrique des restes : réflexions sur les procédures aléatoires produisant des restes dans les arts divinatoires chinois

Homola, Stéphanie. « La fabrique des restes : réflexions sur les procédures aléatoires produisant des restes dans les arts divinatoires chinois ». Anthropologie et Sociétés, vol. 42, n°2/3, Numéro spécial « Deviner, prévoir et faire advenir » coordonné par Frédéric Laugrand et Lionel Simon, pp. 37-68.

L’ensemble du numéro est disponible sur le site érudit.org

Résumé

Les arts mantiques chinois sont fondés sur le postulat d’une dynamique cosmique cyclique dont la régularité rendrait les évènements futurs prédictibles. Cependant, du fait de la multiplicité des paramètres qui entrent en jeu dans cette dynamique, son déchiffrement est particulièrement complexe et nécessite des techniques élaborées de « calcul » du destin. Ce travail se concentre, en particulier, sur des opérations de décompte visant à produire des restes dans plusieurs pratiques divinatoires spécialisées et communes observées aujourd’hui dans le monde chinois. Ce processus opératoire est mis en relation avec des procédures divinatoires similaires dans d’autres contextes culturels ainsi qu’avec d’autres activités telles que le jeu. Cet article interroge la tension entre la complexité des techniques divinatoires (qui visent à inclure le maximum de paramètres pour rendre compte d’une situation de la manière la plus juste possible) et la nécessaire simplicité que requiert l’application de ces techniques dans des contextes d’action et de prise de décision. Il met ainsi en évidence à quel point les artefacts divinatoires et les schèmes de pensée qui leur sont associés fonctionnent comme des outils de déchiffrement et d’orientation en réduisant l’insondable diversité du cosmos à une échelle appréhendable par l’esprit humain.

Abstract

Chinese mantic arts rely on the premise of a cyclical cosmic dynamic whose regularity would make future events predictable. However, because of the multiplicity of parameters involved in this dynamic, it is particularly complex to decipher and it requires elaborate techniques of fate « calculation ». This work focuses on counting-out operations that aim at producing remainders in various specialized and common divinatory techniques that can be observed today in the Chinese world. This operating process is related to similar divinatory procedures in other cultural contexts and to other activities such as games. This article questions the tension between the complexity of divinatory techniques (which aim to include as many parameters as possible to account for a situation in the most accurate way) and the necessary simplicity that is required when these techniques are applied in contexts of action and decision-making. It highlights how divinatory artefacts and associated cognitive patterns work as deciphering and orientation tools by reducing the unfathomable diversity of the cosmos to a scale that can be apprehended by the human mind.

Lire l’article sur Érudit (accès réservé)

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.