Jeux de renard. Protection de l’âme du nourrisson en Mongolie

Ruhlmann, Sandrine. « Jeux de renard : protection de l’âme du nourrisson en Mongolie ». Ethnographiques.org, Jouer avec les animaux [En ligne], n° 36, novembre 2018. URL : http://www.ethnographiques.org/2018/Ruhlmann (consulté le 5 décembre 2018)

ethnographiques.org est une revue internationale de sciences humaines et sociales en libre accès.

Sandrine Ruhlmann est chargée de recherches au CNRS, membre de CCJ-CECMC.

Résumé

©Sandrine Ruhlmann, 2017

En Mongolie, il est courant de voir une figurine en forme de renard suspendue au-dessus d’un nouveau-né : elle est censée protéger l’âme du nourrisson. Or l’animal n’a qu’une place marginale dans l’économie de la chasse ; il est occasionnellement braconné pour sa fourrure, jamais pour sa chair. L’analyse du vocabulaire et des notions liées à cette pratique révèle l’ambivalence de la figure de cet animal dans les conceptions mongoles : il est tout autant vu comme capable de « jouer » avec l’âme du nourrisson pour la ramener dans son corps que de « ruser » avec l’âme errante d’un mort menaçant de la dévorer ou de prendre sa place dans le corps, pour la repousser au loin.

Abstract

When the fox plays. Protection of the soul of the new-born child in Mongolia

In Mongolia, it is common to see a fox figurine hanging over a newly born child : it is supposed to protect the infant’s soul. However, the animal has only a marginal place in the hunting economy ; it is occasionally poached for its fur, never for its flesh. The analysis of the vocabulary and notions related to this practice reveals the ambivalence of this animal figure in Mongolian conceptions : it is seen as equally capable of “playing” with the infant’s soul in order to bring it back into the infant’s body as of “tricking” the wandering soul of a dead person threatening to devour it or of taking its place in the infant’s body to push it away.

Lire l’intégralité de l’article sur ethnographiques.org

Télécharger le PDF de l’article


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.