L’institution du mariage et ses transformations en Chine rurale contemporaine

Hou Renyou (doctorant INALCO) soutient sa thèse intitulée : « L’institution du mariage et ses transformations en Chine rurale contemporaine : une enquête ethnographique sur les activités matrimoniales dans un village du Henan ». Cette thèse a été préparée sous la direction de Catherine Capdeville-Zeng (INALCO, membre associée CCJ-CECMC).

Jury

  • M. Jean-Michel BUTEL Maître de conférences, INALCO
  • Mme Catherine CAPDEVILLE-ZENG Professeure des universités, INALCO, directrice de thèse
  • Mme Béatrice DAVID Maîtresse de conférences, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, pré-rapporteure
  • M. Bernard FORMOSO Professeur des universités, Université Paul-Valéry-Montpellier, pré-rapporteur
  • Mme Adeline HERROU Chargée de recherche (HDR), CNRS/Université Paris Nanterre
  • M. André ITÉANU Directeur de recherche, CNRS/EPHE

Date

  • Mardi 11 décembre 2018, à 13h30

Lieu

  • INALCO (Les Salons)
    2 rue de Lille -75007 Paris

La soutenance sera suivie d’un pot, auquel vous êtes chaleureusement invité.e.s !  Pour des questions d’organisation, je vous remercie de bien vouloir m’informer à l’avance de votre présence, par retour de mail à hourenyou@hotmail.com.

Résumé de la thèse

À partir d’une enquête ethnographique portant sur les continuités et les changements des pratiques matrimoniales au village de Zhang (province du Henan), cette thèse vise à identifier et à expliquer si les modifications des rites et des processus matrimoniaux observés sont les témoins d’une transformation structurelle de l’institution du mariage en Chine rurale contemporaine. En étudiant les activités matrimoniales étape par étape, elle démontre que la valeur de la perpétuation du lignage patrilinéaire en tant que valeur transcendante englobant tous types de relations familiales demeure une réalité intangible. Même si de nombreux changements sont constatés dans le domaine de la vie privée depuis l’arrivée au pouvoir du Parti Communiste Chinois en 1949, ces changements concernent avant tout les manières dont les membres de la famille entretiennent et maintiennent les liens qui les unissent les uns avec les autres, mais ne remettent guère en question l’institution du mariage elle-même ni sa vocation principale, celle de la perpétuation du lignage patrilinéaire. Contrairement à la théorie de l’individualisation de la société chinoise proposée par l’anthropologue sino-américain YAN Yunxiang 阎云翔, les analyses fournies dans cette thèse soutiennent l’idée que les changements observés s’inscrivent dans un niveau secondaire et s’opèrent à l’intérieur d’une structure pérenne, soit un « changement dans la société » au lieu d’un « changement de la société ».


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.