Anthropologie des espaces et des territoires

Annonce de la troisième séance de l’année universitaire 2018-2019 du séminaire “Anthropologie des espaces et des territoires : l’Asie orientale en perspective”

Date

Mardi 18 décembre  de 13h à 15h

Lieu

Attention changement de salle : Salle 8, 105 boulevard Raspail, Paris

Invitée : Florence Padovani

Directrice du Centre franco-chinois, Beijing, R.P.C

Titre de l’intervention

“La réappropriation de l’espace commun par les résidents à Xi’an et à Shanghai après une phase de modernisation-rénovation”.

Argumentaire introductif

Les villes de Xi’an et Shanghai ont été choisies comme cas d’étude afin de montrer comment les politiques liées à la rénovation urbaine peuvent avoir des conséquences très disparates sur la vie quotidienne des résidents dans des situations différentes. Shanghai, métropole ayant pour vocation à devenir la capitale économique de la Chine, mais aussi d’Asie de l’Est a adopté des mesures drastiques pour donner à voir la ville selon un rationnel décliné avec soin. Le quartier de Tianzifang fait ici figure d’exception dans la planification urbaine.
Xi’an pour sa part, a pour ambition d’être la capitale historique et culturelle de la Chine. L’inscription de plusieurs quartiers et sites historiques au patrimoine de l’humanité a influencé les plans d’urbanisme élaborés par la municipalité. Comme à Shanghai, la vie quotidienne des résidents a été particulièrement affectée par la modernisation urbaine et la patrimonialisation. Plusieurs études ont déjà montré que les processus à l’œuvre ont des effets importants sur l’habitat et ses habitants : précarisation, évictions, gentrification, reconstructions identitaires, transformations de certaines pratiques urbaines etc. Mais il y a aussi un mouvement de réaction des résidents qui se réapproprient l’espace commun et privé. Nous nous interrogerons sur le fait de savoir comment l’habiter est devenu un objet de patrimonialisation et quelles conséquences cela induit pour les résidents. Nous nous intéresserons aussi aux lieux, aux espaces de la vie quotidienne concernés par les transformations urbaines. Les quartiers de la ville de Xi’an et ceux de Shanghai pris en exemple permettront de mettre en lumière les contradictions ou les intérêts divergents entre les politiques au niveau national, provincial et métropolitain d’un côté et les résidents dans leur vie quotidienne d’un autre.


Tianzhifang avant la rénovation (F. Padovani)

Présentation du séminaire

Dans le cadre de ce séminaire mensuel, nous proposons d’interroger les notions d’espace et de territoire en Asie orientale. À partir d’approches anthropologiques et de matériaux ethnographiques diversifiés, nous réfléchirons à la façon dont les individus et les communautés habitent, occupent et traversent des espaces, identifient des territoires et (se) les représentent. Comment manifeste-t-on, justifie-t-on l’appartenance, la (dé)possession ou le partage d’un lieu, mais aussi de quelle façon ce lieu est-il représenté, (re)qualifié dans le temps et dans l’espace ? Notre intérêt ne se limitera pas aux espaces physiques, qu’ils prennent la forme d’un espace rituel, public ou privé, d’un ensemble architectural, d’une région frontalière ou d’une zone sinistrée. Nous prendrons également en compte les espaces imaginés, le monde des entités spirituelles et de l’au-delà. Nous explorerons le rapport à l’espace et au territoire selon des échelles d’observation variées (famille, lignage, communauté, quartier, ville, région, nation, État, etc.) et à partir d’éléments discursifs et figuratifs recueillis sur le terrain, en mettant à l’épreuve les méthodes d’enquêtes, les cadres théoriques mobilisés et les modes d’analyse des données.

https://enseignements-2018.ehess.fr/2018/ue/2785/

Contact

Katiana Le Mentec : katianalementec(at)yahoo.fr