L’idéal de la preuve : l’examen post mortem entre théorie et pratique en Chine à la fin de l’époque impériale

Xie Xin-Zhe (doctorante CECMC) soutient sa thèse intitulée : « L’idéal de la preuve : l’examen post mortem entre théorie et pratique en Chine à la fin de l’époque impériale ». Cette thèse a été préparée sous la direction de Pierre-Étienne Will (CCJ-CECMC).

Jury

  • M. Pierre-Etienne Will (Directeur de thèse), EHESS
  • M. Jérôme Bourgon, CNRS
  • M. Rafael Mandressi, CNRS
  • M. Frédéric Obringer, CNRS
  • M. Michel Porret, Université de Genève
  • Mme Laure Zhang, Université de Genève

Date

  • Samedi 8 décembre 2018, à 9h00

Lieu

  • EHESS (salle 7)
    105 boulevard Raspail – 75006 Paris

Résumé

Ce travail pose un regard holiste sur un sujet longtemps abordé pour l’essentiel sous l’angle de l’histoire de la médecine chinoise : celui de la pratique de l’autopsie et des connaissances requises pour sa réalisation en Chine à la fin de l’époque impériale. En mettant en cause cette approche médicaliste, nous nous employons à mettre en lumière la configuration épistémologique dans laquelle s’est façonnée la méthodologie traditionnelle d’autopsie en tant que discipline de savoir à part entière. Cette configuration se caractérise par un faisceau de considérations relevant les unes du système d’administration impérial, d’autres de l’éthique mandarinale, d’autres encore de la culture lettrée, ou d’activités savantes ou encore de la culture judiciaire. En explorant ces divers éléments au fil des chapitres, notre travail s’attache à révéler comment ils ont concouru à déterminer les modes de raisonnement ainsi que l’objectif caractéristiques du savoir traditionnel relatif aux techniques d’autopsie. Cet objectif était la standardisation d’un ensemble de critères précis et intellectuellement accessibles afin que l’interprétation des traces de violence devienne, dans l’idéal, quasi-automatique et donc exempte de controverse. Ce faisant, cette thèse entend dégager les critères de véracité ainsi que la rationalité à l’oeuvre dans la quête de preuves sur la scène des autopsies dans la Chine traditionnelle.

Voir l’annonce de la soutenance sur le site de l’EHESS


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.