Impressions de l’Université d’été de l’édition électronique ouverte

Participation d’Isabelle Deron et de Jacqueline Nivard à l’université d’été de l’édition électronique ouverte. La circulation des savoirs à l’ère numérique  (Campus Saint-Charles, Marseille, 12-16 septembre 2011). Les deux participantes n’avaient pas des attentes identiques. Isabelle Deron, pour qui il s’agissait d’une première immersion, souhaitait s’initier au monde numérique. Jacqueline Nivard qui venait pour la deuxième fois, souhaitait faire le point deux ans plus tard sur l’état du numérique et approfondir son expérience technique. Leur objectif commun était la mise en ligne prévue d’une revue.

Cette deuxième université d’été  était proposée par le CLEO et organisée par Marin Dacos et Pierre Mounier, et toute l’équipe du CLEO : un programme ambitieux mis en œuvre avec succès par une équipe impressionnante par le nombre de personnes et le dynamisme.

 

L’équipe du Cléo. Crédits Stéphane Pouyllau

  • La première université d’été qui s’était tenue en 2009 avait pour objectif « d’identifier les bonnes pratiques dans le domaine, et plus largement de déterminer les contours, pour l’ensemble des acteurs, d’un socle partagé de problématiques, de références, de normes et de technologies communes à partir desquelles un processus de professionnalisation peut se mettre en place ».
  • Cette seconde université d’été avait pour problématique :  « Quelle alliance entre auteurs, éditeurs, bibliothèques et lecteurs autour du livre numérique? »

Elle a réuni tous les partenaires réunissant tous ceux qui travaillent autour de l’édition :   Éditeurs, documentalistes/bibliothécaires, chercheurs, enseignants, chargés de communication, informaticiens. L’EHESS avait des représentants de toutes ces professions.

Les journées étaient organisées en conférences, cours et ateliers. Des présentations powerpoint sont déjà en ligne sur Slideshare; mais elles ne sont pas très utiles pour celui qui n’a pas assisté à la présentation. Les conférences et les cours ont été filmés et seront bientôt sur le site du CLEO.

Les conférences introductives du matin

Elles rassemblaient tous les participants et constituaient d’excellentes synthèses sur les thématiques suivantes

  • « Documents numériques et plateforme de distribution », avec J.M. Salaün
  •  « Les tablettes de lecture électronique » avec H. Bienvault
  •  « Enjeux des cyber-structures pour l’économie du savoir » avec F. Thibault
  •  « L’édition électronique dans les pays du Sud : émergence de nouveaux modèles ? », O. Kulesz

Les cours

Deux cours étaient proposés chaque matin aux participants sur des sujets plus pointus. Les conférences étaient plus ouvertes à l’internationale et elles étaient souvent proposées en anglais. De nombreux jeunes acteurs de terrain y ont participé.

  •  « Sociale la lecture ? », H. Guillaud ou « Le projet Unlibrary : les auterus amplifiés », C. Meade (en anglais)
  • « De l’open access au Freemium », F. Benhamou ou « Le Community Management en SHS », C. Puschmann (en anglais)
  •  « Expérimentations dans le domaine de l’édition numérique en SHS », J. Adema (en anglais) ou l’impression à la demande (I. Scondat de Montesquieu, P. Mounier, S. Roulet
  •  « Une nouvelle alliance entre éditeurs et bibliothécaires pour le développpement du libre accès : OpenEdition freemium », G. Teasdale, P. Mousnier
  •  « Les pratiques informationnelles des chercheurs : résultat d’enquête et analyse », G. Gallezot, M. Roland-Guill ou « Carte blanche à François Bon : Libre et numérique, comment s’orienter ? », F. Bon

 Les ateliers de l’après midi

Des formations aux nouvelles technologies étaient proposées l’après-midi. On passait dans l’apprentissage pratique en atelier devant des ordinateurs. Chaque après-midi offrait un choix de 4 ateliers.

  • Formation Lodel, le logiciel de revues.org pour la mise en ligne de documents ou de Manuscrits, la plateforme pour gérer le workflow éditorial d’une revue
  • Construction d’une veille thématique, mettre en place et utilisation des outils de lecture en réseau,  des plateformes multimédias pour l’édition en ligne, et maîtrise des fonctions avancées pour les blogs de la plateforme Hypothèses
  • Maîtrise de l’encodage de textes  (XML, TEI),  conception et réalisation d’un ouvrage avec le format epub
  • Pour le monde de la documentation : Présentation d’Open Edition, enrichissement des métadonnées : méthode manuelle et automatique, optimisation des données pour Isidore, le moteur de recherche en SHS, utilisation du webservice de l’agenda électronique en SHS Calenda sur ses propres supports de  diffusion
  • Valorisation du patrimoine scientifique, intégration d’OpenEdition sur des sites web, ouverture d’un carnet de recherche sur Hypothèses, maîtrise du stylage des documents dans Lodel

Les événements du soir
A 17 h, tous les participants se retrouvaient dans l’amphithéâtre pour des présentations

  • « De la lecture numérique », M. Roland-Guill
  • BookCamp des participants. Chacun était invité à présenter son projet.
  • « Présentation et débat autour de la licence édition équitable », H. Le Crosnier
  • la dernière conférence a eu lieu à la Bibliothèque de l’Alcazar sur le thème « Lire/Ecrire à l’heure du numérique », avec une présentation publique de if :lire, par A. Pierrot et S. Petit.

Devant un public diversifié par l’âge (beaucoup de jeunes mais aussi des seniors), et les professions, une vaste palette de réflexions sur l’état et les perspectives de l’édition à l’heure du numérique a été évoquée. Les bouleversements inévitables dans les pratiques de travail, mais aussi les permanences méthodologiques nécessaires pour le maintien de la qualité scientifique du travail ont fait l’objet de nombreux débats au travers des questions posées. La mutation générale avec le numérique de plus en plus présent fait évoluer nos métiers au rythme de l’évolution technologique, mais aussi émerger de nouveaux métiers comme par exemple le community manager. Ce fut aussi l’occasion de faire le point sur le développement de la lecture numérique, celui des tablettes/liseuses, mais aussi sur l’impression à la demande qui permettra à l’avenir une grande flexibilité pour les tirages et permettra de nouvelles mises à jour.

Un point sur les droits d’auteur avec l’ intervention de Lionel Maurel de la Bibliothèque nationale de France, intitulée « Tensions et innovations dans le droit d’auteur à l’heure du numérique ». Réflexion sur les modèles économiques et sur le libre accès mais aussi Les coûts exorbitants et sans cesse grandissants des abonnements aux revues proposées par les éditeurs commerciaux font perdre peu à peu aux bibliothèques et aux institutions le contrôle de leur politique d’acquisition. La question qui se pose désormais est plus de savoir comment garantir une diffusion maximale des textes scientifiques grâce au libre accès tout en menant une politique de soutien aux revues, grâce aux services payants.  Le nouveau modèle proposé par le CLEO, « OpenEdition Freemium », s’appuie sur le modèle utilisé déjà par des outils comme Flickr ou Skype. OpenEdition Freemium se présente comme un moyen de financer la voie dorée pour le libre accès, c’est à dire le libre accès aux revues et même aussi aux livres puisque OpenEdition propose plusieurs collections. La voie verte pour le libre accès étant celle des archives ouvertes.

Twitter a été très utilisé pendant la conférence, surtout par les jeunes qui rédigent des notes communiquées instantanément sur la toile. Les contacts humains directs ont aussi été très riches. Une promenade en bateau dans les calanques a favorisé l’ambiance conviviale et les échanges entre les collègues venus de tous horizons.

Isabelle Deron et Jacqueline Nivard

 En savoir plus sur l’université d’été avec

 

 

 

 

Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

More Posts - Website


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.