Les chartistes et l’Asie : destins croisés de l’École française d’Extrême-Orient et de l’École nationale des chartes

Intervention de Danielle Elisseeff (CCJ-CECMC) intitulée « Le hasard d’une résurrection : vie post-mortem du bibliothécaire chinois de Louis XIV », jeudi 15 novembre 2018 au colloque Les chartistes et l’Asie : destins croisés de l’École française d’Extrême-Orient et de l’École nationale des chartes.

Dates du colloque

  • 15 et 16 novembre 2018

Lieux du colloque

  • 1er jour : ENC (salle Delisle), 65 rue de Richelieu, 75002 Paris
    2e jour : EFEO (1er étage de la Maison de l’Asie), 22 avenue du Président Wilson, 75116 Paris

Présentation du colloque

L’École des chartes et l’École française d’Extrême-Orient organisent le colloque « Les chartistes et l’Asie : destins croisés de l’École nationale des chartes et de l’École française d’Extrême-Orient ».

L’École française d’Extrême-Orient et l’École nationale des chartes ont souhaité s’associer pour la première fois de leur histoire afin de se pencher sur leur passé et leurs centres d’intérêt communs contemporains. Les chartistes et les membres de l’École française d’Extrême-Orient ont-ils pu se croiser et se croisent-ils encore ? Les liens sont anciens. Rappelons que Louis Finot, qui a eu la charge d’organiser la Mission archéologique permanente de l’Indochine en 1898 – devenue l’École française d’Extrême-Orient en 1900 – était chartiste. Paul Boudet, autre chartiste, fut d’abord recruté par l’EFEO – qui déplorait alors l’état d’abandon des archives de l’administration indochinoise – avant de devenir le directeur des Archives et Bibliothèques de l’Indochine.

Ces deux Écoles ont, en outre, des centres d’intérêt communs : d’une part, une mission de préservation du patrimoine, d’autre part, une tradition de recherche dans des domaines tels que l’histoire et la philologie, s’appuyant sur l’archéologie, sur l’épigraphie et sur l’étude de corpus manuscrits. Elles partagent également des partenaires historiques – l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, le Collège de France, l’École Pratique des Hautes Études – et se retrouvent aujourd’hui au sein de PSL.

Les chartistes venus en Indochine et les membres de l’EFEO ont connu un même contexte historique, traversant successivement la période coloniale, avec des institutions propres à faciliter leurs recherches sur le terrain, puis celle des indépendances les amenant à se pencher sur la question, inédite pour eux, de la répartition des fonds entre la France et les nations nouvellement constituées.

Nous verrons que leurs activités ne se limitent pas à cette partie de l’Asie ni à cette période et que l’intérêt des chartistes pour l’Asie est toujours là, entre recherches, travaux sur des fonds conservés en bibliothèque et dans des services conservant des archives et enseignement de l’archivistique.

Les capacités d’accueil étant limitées, nous vous remercions de confirmer votre présence via ce formulaire : http://www.chartes.psl.eu/fr/formulaire/inscription-colloque-les-chartistes-et-l-asie ou d’écrire à Cécile Capot, qui vous inscrira : cecile.capot@efeo.net

Annonce du colloque sur le site de l’ENC : http://www.chartes.psl.eu/fr/actualite/chartistes-asie

Programme du colloque

Affiche du colloque

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.