Savoirs, institutions, économies : histoires connectées et dynamiques globales

Le séminaire Savoirs, institutions, économies : histoires connectées et dynamiques globales coordonné par Alessandro Stanziani (EHESS-CRH) reprend vendredi 19 octobre 2018.

Plusieurs membres du CECMC y participent : Xavier Paulès (co-animateur du séminaire), Catherine Jami (18 janvier 2019), Christian Lamouroux (15 février 2019).

3e vendredi du mois de 15 h à 18 h (salle 2, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 19 octobre 2018 au 21 juin 2019

Présentation

Ce séminaire vise à discuter – suivant une perspective interdisciplinaire – des trajectoires multiples des circulations des personnes, des idées et savoirs, des institutions et des valeurs au-delà des confins géographiques et politiques. À la différence des programmes déjà existant qui traitent l’histoire globale comme une extension de l’histoire impériale ou de l’économie historique, nous mettons en évidence les connections entre des régions spécifiques et des structures globales. En ayant recours aux comparaisons, connections et aux processus d’intégration globale, nous invitons chercheurs et étudiants à comprendre les forces qui ont contribué à structurer notre monde dans le passé et de nos jours.

Avec : Pablo Blitstein, CRH, Claude Chevaleyre, ENS Lyon, Jawad Daheur, CERCEC, Cloé Drieu, CETOBaC, Marc Elie, CERCEC ; Corinne Lefevre, CEIAS ; Catarina Madeira Santos, IMAF, Natalia Muchnik CRH-GEI, Xavier Paulès, CCJ, Antonella Romano, CAK, Silvia Sebastiani, CRH , Emmanuel Szurek, CETOBaC, Ines Županov, CEIAS

Consulter la page du séminaire sur le site des enseignements de l’EHESS

Programme du séminaire

19 octobre 2018
Autour de l’ouvrage de Masashi Haneda, Université de Tokyo : Global history and positionality : Japanese perspectives on global history.

L’histoire globale cherche à dépasser les limites de l’histoire conventionnelle et surtout son eurocentrisme. En même temps, l’histoire globale très influencée par les travaux anglo-saxons risque de produire une nouvelle forme d’eurocentrisme. Dans son travail novateur Masashi Haneda suggère d’envisager l’histoire globale suivant une perspective japonaise.

16 novembre 2018
Environmental history

Jawad Daheur, Marc Elie « Comment sortir de l’Anthropocène ? Perspectives en histoire globale environnementale »
L’anthropocène se pose depuis une dizaine d’années comme nouvelle synthèse historique. Ce grand discours dépasse résolument les paradigmes historiographiques aussi bien en histoire environnementale qu’en histoire mondiale ou transnationale. Quel est l’intérêt et quelles sont les limites de la proposition anthropocénologique pour les historiens environnementalistes et les historiens globalistes ? Plus largement, si une histoire environnementale globale est possible et souhaitable, quelles sont les chemins intellectuels qu’elle peut emprunter ? Dans cette séance nous proposons de revenir sur les débats historiographiques à la jonction de l’histoire globale et de l’histoire environnementale en présentant des recherches récentes.

  • Jawad Daheur « La sylviculture allemande et ses hectares fantômes, tournant 19e-20e »,
  • Marc Elie « Y a-t-il une histoire environnementale globale ? Perspectives sur l’historiographie »

21 décembre 2018
Cultures et savoirs économiques connectés

Est-il possible de décentraliser la pensée économique, probablement le domaine le plus eurocentrique développé ?

Afin de répondre cette séance ne cherchera pas à opposer une pensée économique « indienne » ou « chinoise » ou « islamique » aux approches occidentales, mais, au contraire, les intervenants mettront en évidence les circulations et influences réciproques entre plusieurs mondes.

  • Andrew Sartori, NYU,  the emergence of political economy, between Asia and Europe during the 17th century
  • Alessandro Stanziani, Utilitarisme global. Bentham et les Benthamites entre Royaume-Uni, Russie et Inde.
  • Pablo Blitstein, The emergence of the concept of « economy » among late 19th Chinese reformers

18 janvier 2019
Catherine Jami

What is the impact of individuals’ geographic mobility on the spatial dynamics of knowledge in the fields of science, technology and medicine? The project “Individual itineraries and the circulation of scientific and technical knowledge in China (16th–20th centuries)” strove to answer the question for late imperial China, where it was of particular relevance. For during the last centuries of the empire, the bureaucratic system dictated a specific mode of mobility of the elites. A sequence of examinations led successful candidates from their district of origin to the provincial capital, and then on to the imperial capital. Selected for their mastery of the Classics, the metropolitan graduates who were the final product of this process were assigned to positions in the provinces, and subsequently were regularly reassigned to different locations during their career. The ways in which individual itineraries shaped knowledge and its circulation were studied not only for officials, who formed only a minority among the literati class, but also for other socio-professional groups, such as the scholars privately employed by officials, for craftsmen, medical doctors, monks, and even emperors themselves. Furthermore, in order to integrate China into a global history of science, the actors who circulated knowledge beyond the boundaries of the empire during this period were also considered, at the regional as well as the transcontinental scale; these include, among others, Korean astronomers and Japanese physicians, Christian missionaries and French colonial doctors, as well as the East Asian students who were trained abroad at the turn of the twentieth century.

15 février 2019
Philologies connectées :

  • Christian Lamouroux, Marc Aymes, Fabrizio Speziale
  • Christian Lamouroux, Philologie, marxisme et sciences sociales dans l’historiographie chinoise du 20e siècle
  • Fabrizio Speziale, Philology and Translation Studies in South Asia
  • Marc Aymes, Reading the Ottoman Archives

15 mars 2019
Rencontres antiquaires dans l’Asie du Sud

  • Corinne Lefevre, Cultures antiquaires mogholes
  • Ines Zupnov, La découverte des antiquités chrétiennes en Inde
  • Anne-Julie Etter, Antiquariat, commerce et colonisation : la vie des antiquités indiennes au xviiie siècle
  • Stéphane Van Damme, Collectionner les antiquités scandaleuses dans l’Inde du Sud

4 avril 2019
Séance exceptionnelle
Catherine Hall, The legacies of slavery, séminaire en collaboration avec l’Université de Paris 1

19 avril 2019
Giorgio Riello, Université de Warwick, Histoire globale, techniques et connexions Asie-Europe.

17 mai 2019

Cette séance est commune avec le séminaire sur l’« Histoire mondiale de l’esclavage », coordonné par Paulin Ismard, Claude Chevaleyre, Benedetta Rossi et Cécile Vidal. Ce séminaire vise à préparer un volume collectif portant le même titre, à paraître aux Éditions du Seuil. L’ouvrage entend aborder l’esclavage dans toutes ses dimensions depuis la plus haute antiquité jusqu’à la période contemporaine et contribuer à renouveler une approche comparatiste dans l’étude du phénomène. Il sera composé de trois grandes sections : Situations ; Comparaisons ; Transformations. Le séminaire est consacré à la discussion d’un certain nombre d’articles en cours de rédaction de la deuxième partie « Comparaisons », qui abordera un ensemble de thèmes ou d’institutions transversales, communes à la plupart des systèmes esclavagistes dans le temps et dans l’espace. Lors de la séance commune avec le séminaire « Savoirs, institutions, économies : histoires connectées et dynamiques globales », deux articles seront discutés, l’un sur la propriété (Paulin Ismard, Université Paris 1 et IUF) et l’autre sur le travail (Benedetta Rossi, University of Birmingham).

21 juin 2019
Dernière séance


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.