La France face aux Nouvelles routes de la soie chinoises

Ekman, Alice (dir.). La France face aux Nouvelles routes de la soie chinoises. Paris : Centre Asie, IFRI, 2018. (Coll. « Les études de l’IFRI »). 145 p. ISBN / ISSN : 978-2-36567-915-2

Alice Ekman est responsable des activités Chine à l’IFRI. Elle est également membre associé du CECMC.

Présentation

Le projet dit des « Nouvelles routes de la soie de la Chine » (ou « Une ceinture, une route », « Ceinture et route », « Belt and Road Initiative » en anglais – désigné « B&R » dans cette étude) lancé en automne 2013, est l’une des priorités du président Xi Jinping, qui a placé le concept au cœur de la politique intérieure et extérieure du pays. Le projet pourrait même rester d’actualité jusqu’en 2050, pour le centenaire de la République populaire de Chine (RPC), qui constitue une échéance importante pour le Parti communiste chinois (PCC).

Si le projet interpelle par son ampleur géographique (plus d’une centaine de pays et d’institutions concernés – selon les déclarations officielles) et sectorielle (transports, énergie, télécommunications, finance, tourisme, culture…), il se distingue surtout par sa méthodologie. Car la méthodologie de B&R est peu commune : le concept a été lancé avant même que son contenu précis n’ait été défini et les partenaires de la Chine sont depuis fréquemment encouragés à fournir des idées quant à la manière de le concrétiser. Il est difficile d’identifier un projet qui a été lancé par un État au cours des dernières décennies avec autant de détermination, autant d’investissement dans sa promotion nationale et internationale, mais aussi avec autant d’ambiguïté. Le projet, en constante évolution, est promu selon des méthodes de communication et de mise en œuvre habituellement employées en Chine, mais jamais, avec cette ampleur, à l’international. Face à la nouveauté de l’approche, et la rapidité avec laquelle le projet a gagné en notoriété, de nombreux acteurs français et européens apparaissent déstabilisés.

C’est cette approche si particulière de B&R – jusqu’à présent peu analysée – qu’il apparaît aujourd’hui indispensable de comprendre, afin d’éclairer l’analyse stratégique et la prise de décision des pays concernés par le projet chinois, dont la France. En quoi consiste l’approche chinoise et quelles en sont les intentions ? Compte tenu de ses spécificités, quelle approche française et européenne serait la plus appropriée pour y faire face ?

Plus d’informations

La publication peut être téléchargée librement sur le site de l’IFRI.


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.