Du cultuel au culturel : les mutations du festival des Fantômes de Keelung Zhongyuanjie, 20e-21e s.

Alain Arrault (EFEO-CECMC) est rapporteur et membre du jury de soutenance de la thèse de Mme Yu Chia-fang, « Du cultuel au culturel : les mutations du festival des Fantômes de Keelung Zhongyuanjie, XXe-XXIe siècle », thèse préparée sous la direction de Mme Catherine Bertho-Lavenir, USPC, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, Laboratoire CERLIS UMR 8070, le mardi 9 octobre 2018.

Résumé

Un festival tel que le Festival des fantômes de Keelung Zhongyuanjie est un fait religieux, esthétique et de communication qui assure des fonctions de transmission des pratiques et des valeurs ainsi que des fonctions symboliques de régulation des relations entre groupes sociaux et de diffusion des représentations. Dans cet espace-temps spécial les cadres de la vie collective et les identités sont en permanence décomposées et recomposées selon une dynamique qui évolue avec le temps. Les individus y jouent temporairement, au sein des clans, un rôle social qui ne dépend pas directement de leur statut social, de leur niveau de richesse, de leur origine ethnique ou provinciale, et même les appartenances religieuses sont associées dans des pratiques syncrétiques. Les festivals traditionnels de Taïwan ont évolué au cours du XXe siècle. A l’origine une double fonction dominait : sociale – il s’agissait d’assurer une cohabitation harmonieuse entre clans – et religieuse – il s’agissait d’assurer une relation apaisée avec les âmes des disparus. Au cours du XXe siècle le festival s’est transformé pour intégrer la nouvelle culture nationale dominante. Au début du XXIe siècle le renforcement de l’identité culturelle taiwanaise est devenu une priorité politique. Les autorités ont œuvré à la promotion d’un ensemble de festivals rassemblés sous le nom de « Festivals d’art de Formose ». Un de ces festivals, la fête des fantômes de Keelung Zhongyunjie, qui était jusqu’alors plutôt traditionnelle et folklorique, a dès lors connu une telle expansion qu’elle est devenue un festival d’art national. Cette étude traite du processus qui voit la mutation de la Fête des Fantômes de Keelung Zhongyuanjie en festival. Des facteurs tels que la mondialisation de l’économie, les mutations technologiques et la dynamique des politiques publiques se combinent pour modifier le modèle original qui passe d’une dominante cultuelle à une dominante culturelle. Ce processus à l’œuvre ne se comprend que dans le cadre des transformations plus générales de l’identité nationale taïwanaise au XXIe siècle.


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.