Chine, construire l’héritage

Événement multimédia à Lyon (séminaires, vernissages, conférences et exposition), « Chine, construire l’héritage » est réalisé par un collectif qui comprend Archipel, l’École Urbaine de Lyon, le Nouvel Institut Franco-Chinois, la Cité de l’Architecture et du Patrimoine et l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Saint-Étienne. Des architectes, urbanistes et chercheurs chinois seront présents : Liu Yichun, Zhang Ke, Chen Haoru, Jiang Ying, Hua Li, Zhuo Min, Shao Yong et Wu Shabing.

L’événement se tiendra du 13 au 16 septembre 2018.

À noter, la participation de Caroline Bodolec (CECMC) au séminaire de samedi 15 septembre.

Présentation

Que savons-nous de la Chine ? Qu’elle est l’une des civilisations les plus anciennes, qu’elle est aujourd’hui le pays le plus peuplé de notre planète avec 1,400 milliards d’habitants, qu’elle talonne la première puissance économique mondiale, qu’elle est l’usine du monde… peu de choses en somme. Nous sommes traversés d’images de mégalopoles et de rizières en restanque, de rues bondées et de calligraphies, de photomontages de Liu Di et de films de Zhang Yimou, de la Cité interdite de Beijing et des tulou du Fujian, d’idéogrammes et de lanternes célestes, de la Grande Muraille et du Fleuve Jaune … Mais que connaissons-nous réellement de cette partie de notre monde ? Savons-nous par exemple que la Chine cherche à se réapproprier sa richesse culturelle, alors qu’elle a engagé une éradication massive des traces construites de son passé, afin d’entrer dans une modernité d’une ampleur sans précédent ?

Des « modèles » immobiliers inscrits dans des plannings contraints, associant partenaires publics et privés dans le montage financier, sont appliqués dans tout le pays. La mixité sociale et la mixité d’usage d’un grand nombre d’anciens quartiers ont été détruits, et pourtant, en rupture ou en réaction, la Chine est devenue un véritable laboratoire d’expérimentation architecturale et urbaine mené par une nouvelle génération d’architectes. À l’instar de Wang Shu (Amateur Architecture Studio), le plus repéré d’entre tous, Pritzker 2012 oblige, ces architectes et urbanistes œuvrent depuis une vingtaine d’années à une remise en cause des processus de production de l’architecture et de l’urbanisme qui se sont imposés en Chine. Leurs travaux sont précieux pour comprendre ces évolutions dont nous sommes les témoins. Ils savent puiser dans leur histoire pour dessiner les lieux de vie, des urbains et des ruraux, du domestique au public, du collectif à l’individuel, du ludique au labeur, du culturel à l’artisanat, du social au commerce.

Engagées, leurs réalisations sont nourries des vertus opératoires de la pensée traditionnelle qui exploite les capacités de l’architecture à convoquer l’art, l’usage, et la technique. Ainsi, au croisement de l’architecture et de la ville, ces principes réhabilitent parfois des éléments fondamentaux de l’architecture chinoise, ou s’en inspirent. Ils forcent ainsi à une relecture d’une culture souvent mal connue, volontairement ou par ignorance, et posent la question de l’héritage.

Dans ce climat ouvert et expérimental, l’architecture se libère et se livre à des expériences, parfois radicales, mais qui contiennent une magnifique énergie où surgit la création, née d’un travail intense. Tisser les liens entre les gens, comprendre la complexité des enjeux à résoudre, réconcilier passé et présent, absorber et transcender les savoir-faire, voir pour comprendre, écouter pour convaincre, faire avec le déjà-là, faire avec ceux qui sont là, emmener les idées jusqu’à leur concrétisation… processus de création à l’œuvre en Chine et dans le monde.

Entrée libre sur inscription : contact@archipel-cdcu.fr

Plus d’informations


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.