Compte rendu : La Chine en Algérie

Cabestan, Jean-Pierre. [Compte rendu de] La Chine en Algérie : approches socio-économiques. Abderrezak Adel, Thierry Pairault et Fatiha Talahite (dir.). Perspectives chinoises, n° 1-2, 2018. URL : http://www.cefc.com.hk/fr/article/katy-n-lam-chinese-state-owned-enterprises-in-west-africa-triple-embedded-globalization-abderrezak-adel-thierry-pairault-and-fatiha-talahite-eds-la-chine-en-algerie-approches-socio-economiq/ (consulté le 5 juillet 2018)

Compte rendu

Voici deux livres assez différents sur un phénomène désormais bien connu : l’empreinte croissante de la Chine en Afrique. Mais tous deux se concentrent sur la sphère économique et sociale. L’un analyse l’enracinement (embeddedness) des entreprises publiques chinoises au Ghana et au Bénin tandis que l’autre porte sur un partenariat économique ancien et essentiel de Pékin sur le continent, le partenariat sino-algérien. S’ils s’attachent principalement, l’un comme l’autre, à présenter divers aspects de la présence économique chinoise en Afrique, ils incluent un certain nombre de conclusions qui ne peuvent qu’intéresser les politistes et les spécialistes de relations internationales.

[…]

Mais cette internationalisation des firmes chinoises peut-elle être imitée par les autres pays du Sud ? Pas si sûr nous disent les auteurs de La Chine en Algérie.

Rassemblant quelques-unes des contributions initialement présentées à un colloque tenu à l’Université Abdelhamid Mehri de Constantine en mai 2015, le second ouvrage comble une lacune importante sur la présence économique chinoise en Algérie et en particulier sur les acteurs qui, de part et d’autre, sont impliqués dans cette coopération. Faisant suite à un livre de Thierry Pairault et Fatiha Talahite intitulé Chine-Algérie, une relation singulière en Afrique, publié en 2014 (Paris, Riveneuve Editions), La Chine en Algérie apporte à la fois de nombreuses données factuelles et chiffrées sur les relations économiques et commerciales bilatérales et une analyse d’un certain nombre de pratiques chinoises dans un pays qui a maintenu depuis 1958, c’est-à-dire quatre ans avant son indépendance et à travers le Front de libération nationale (FLN), une étroite complicité avec le Parti communiste chinois.

Lire l’intégralité du compte rendu

Lire la version anglaise du compte rendu


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.