Calendriers annuels

Manuscrit Pelliot chinois 3248. Source : gallica.bnf.fr

L’une des principales caractéristiques des premiers calendriers chinois, en comparaison avec les calendriers européens de l’Antiquité et du Moyen Age, repose sur le fait qu’ils sont annuels : chacun d’entre eux correspond en effet à une année précise alors que l’Europe continuera à diffuser un calendrier perpétuel jusqu’à l’aube de la Renaissance. Mais le revers de cette médaille est la vulnérabilité de ces calendriers qui a priori ont un temps de vie très réduit et doivent rejoindre inéluctablement les poubelles : à quoi bon en effet conserver des écrits dont on a plus l’usage ? Ce sont pourtant des tombes et des fosses qui ont permis de les conserver, les premières parce qu’elles contenaient entre autres la « bibliothèque » du défunt, et les secondes en raison d’une étrange coutume d’ensevelir dans un puits les documents administratifs relevant d’une région, le plus souvent située sur les marges de l’empire chinois. Les premiers calendriers annuels actuellement connus datent ainsi du IIIe siècle AEC. D’abord écrits sur lamelles de bambou et planchettes de bois, ils changeront de support aux alentours du Ve EC avec l’apparition du papier. Le plus grand nombre d’entre eux a été retrouvé dans la région de Turfan, située aux confins occidentaux de la Chine, et sont datés du Ve au VIIe siècle, puis à Dunhuang où ils couvrent la période allant du IXe au Xe siècle. Un maillon essentiel dans cette histoire est le Japon qui a conservé des calendriers, datés du VIIIe siècle et du début du IXe siècle, fortement inspirés des calendriers du Continent. Le changement de support correspond à un saut quantitatif et qualitatif : les informations ayant trait aux paramètres des mois et des jours y sont beaucoup plus nombreuses et l’une des spécificités de ces calendriers, que l’on appelle désormais « calendriers annotés » (juzhu liri), est d’inscrire au jour le jour les activités recommandées, contribuant à mettre en avant leur aspect divinatoire et hémérologique, — qu’ils ne perdront plus –, tandis que de l’autre côté du monde, c’est le calendrier liturgique qui s’impose. La soixantaine de calendriers de cette époque sont répartis à part presque égale entre la British Library et la Bibliothèque nationale de France qui compte vingt-six calendriers fragmentaires ou complets. Le reste se distribue entre Saint Pétersbourg, Berlin, la Chine, le Japon…

Lire l’article