Actualité d’Étienne Balazs (1905-1963) — Témoignages et réflexions pour un centenaire

Ce volume réunit des textes qui ont leur origine dans un colloque organisé le 25 novembre 2005 au Collège de France en commémoration du centenaire d’Étienne Balazs.

Pierre-Étienne Will et Isabelle Ang (éd.), Actualité d’Étienne Balazs (1905-1963) — Témoignages et réflexions pour un centenaire, Paris, Collège de France – Institut des Hautes Études Chinoises, 2010, 127 p.

(Diffusion : http://www.deboccard.com/)

Avant propos de l’ouvrage rédigé par Pierre-Étienne Willl, reproduit avec son autorisation.

Né en Hongrie en 1905, mort à Paris en 1963, Étienne Balazs a profondément marqué les études chinoises non seulement en France, où il a accompli sa carrière, mais aussi en Europe, en Amérique du Nord et en Asie. Et son impact dépasse largement les cercles spécialisés, comme l’atteste la popularité jamais démentie des recueils de ses études publiés en anglais en 1964 sous le titre Chinese Civilization and Bureaucracy et en français en 1968 sous le titre La bureaucratie céleste.

Les textes qu’on lira dans ce volume ont leur origine dans un colloque organisé le 25 novembre 2005 au Collège de France en commémoration du centenaire de Balazs. On y trouvera les précieux témoignages de ses anciens collaborateurs et collègues, Françoise Aubin, Jacques Gernet et Michael Loewe, sur sa vie, sa personnalité et sa contribution au renouveau des études chinoises en Europe au lendemain de la dernière guerre. Les recherches de Maurice Aymard dans les archives de Fernand Braudel et de la VIe section de l’École Pratique des Hautes Études font revivre l’enthousiasme et la créativité qui marquèrent les débuts de cette institution, à laquelle fut associé Balazs en 1955 : connaissant les conditions de la recherche aujourd’hui, il est difficile de ne pas en concevoir quelque nostalgie. Les essais de Christian Lamouroux et Pierre-Étienne Will tentent pour leur part d’évaluer la signification de l’œuvre de Balazs pour la recherche sinologique actuelle. Enfin, nous avons mis à profit la préparation de ce volume pour mettre au point une bibliographie exhaustive des travaux de Balazs, qui inclut également les comptes rendus de ses ouvrages et articles ainsi que d’autres textes sur lui, et une note sur le « projet Song ». Nous remercions Claude Chevaleyre d’avoir bien voulu se charger de ce travail.

Frederic Wakeman avait accepté de se joindre au colloque de novembre 2005 pour parler de l’influence de l’œuvre de Balazs sur les études chinoises aux États-Unis. Sa disparition subite le 14 septembre 2006 ne lui a pas laissé le temps de nous faire parvenir le texte qu’il nous avait promis. Pour que le sujet « Balazs et l’Amérique » ne soit pas absent du présent volume il nous a paru judicieux d’y reproduire la belle introduction d’Arthur Wright à Chinese Civilization and Bureaucracy. Nous remercions Yale University Press de nous y avoir autorisés.
Enfin, nous souhaitons exprimer notre gratitude à Gabrielle Balazs, qui a suivi de près l’élaboration de ce volume et nous a communiqué de précieux documents provenant des archives de son père ; et à Harriet Zurndorfer, dont l’étude parue dans Past & Present en 2004 a relancé l’intérêt pour l’œuvre et la carrière de Balazs et à qui revient en premier lieu l’idée du colloque de novembre 2005.

Table des matières

  • Pierre-Étienne Will, Avant-propos, p.7
  • Françoise Aubin, Étienne Balazs (1905-1963) : un destin tragique, p.9
  • Maurice Aymard, Étienne Balazs et Fernand Braudel, p. 37
  • Michael Loewe, Étienne Balazs in the days of the Junior Sinologues, p. 67
  • Jacques Gernet, Mes souvenirs d’Étienne Balazs, p. 69
  • Christian Lamouroux, Balazs ou l’actualité de la sinologie, p. 75
  • Pierre-Étienne Will, Théorie et réalité : la leçon de Balazs, p.85
  • Arthur F. Wright Introduction to Chinese Civilization and Bureaucracy: Variations on a Theme, p.  101
  • Claude Chevaleyre Bibliographie d’Étienne Balazs : Œuvres, Projets, Appréciations, p. 111

Relire aussi la recensionde Michel Cartier : Etienne Balazs, Chinese civilization and bureaucracy, variations on a theme, traduit par H. M. Wright, avec une introduction par Arthur F. Wright paru dans   Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 1968 , Volume 23, Numéro 5, p. 1127-1128.


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

More Posts - Website

Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.