Les échanges culturels de la Chine entre 1850-1950 : le mauvais diagnostic de l’« influence occidentale »

Intervention de Xavier Paulès (CCJ-CECMC) dans le cadre du séminaire collectif Savoirs, institutions, économies : histoires connectées et dynamiques globales (référent : Alessandro Stanziani, EHESS-CRH). La thématique de cette séance est : « Ce que occidentalisation veut dire ». Deux autres intervenants sont prévus : Williard Sunderland et Emmanuel Szurek.

Date

  • Vendredi 15 juin 2018, de 15h à 19 h

Lieu

  • EHESS (Salle 2)
    105 bd Raspail – 75006 Paris

Présentation de la séance

Thématique : l’eurocentrisme est une notion que l’histoire globale mentionne le plu souvent comme présupposé même de sa démarche critique. En grande partie justifiée, cette démarche exige néanmoins une clarification, sur au moins deux niveaux : l’eurocentrisme ne constitue pas une catégorie cohérente au sein de la pensée « occidentale » et il faudra l’examiner de près, suivant les périodes, les auteurs, les pays. En même temps, il est important de prendre en considération la présence de « ismes » dans d’autres contextes : sinocentrisme, indocentrisme, russo centrisme , africa-centrisme, américa-centrisme etc.

Entre ces deux éléments, une connexion possible est à étudier : la manière dont certaines régions pensent se « moderniser » en adoptant-ou refusant- des éléments considérés comme « occidentaux. Nous allons discuter de cette démarche dans trois contextes : la Russie sous Pierre le Grand ; la Chine républicaine ; la Turquie issue des cendres de l’Empire ottoman.

Résumés des interventions

Williard Sunderland : Peter’s Horizons: Russian History as World History in the 18th Century

Peter the Great « Westernized » Russia, but did he do it the way that we think he did? And what does « Westernization » mean anyway? Is it the same as « Europeanization » or even globalization, and how did these abstract processes operate in the Russian case? This paper proposes taking a more obviously multi-national and trans-imperial approach to the « West »ernization question » through a wide-ranging reexamination of the cross-cultural actors, networks, and transfers that defined the emergence of the new Petrine order.

Xavier Paulès : Les échanges culturels de la Chine entre 1850-1950 : le mauvais diagnostic de l’« influence occidentale »

Ma présentation sera consacrée aux interactions entre la Chine et le reste du monde sur le plan culturel durant la période 1850-1950. Cette question a fait l’objet de deux récits historiographiques dominants. Le premier considère ce siècle comme celui de l’entrée de la Chine dans la modernité, et s’attache surtout à décrire la façon dont la Chine a subi et réagi à l’influence de l’Occident. Le second récit, que l’on peut qualifier de « nationaliste », s’attache à décrire la Chine comme une victime de l’impérialisme durant un « siècle de la honte ».

Mais ces récits ont un présupposé commun : tous deux considèrent la Chine entre 1850-1950 uniquement comme le réceptacle des influences occidentales.

Je vais montrer que ces deux récits ont presque totalement occulté le fait que, dans le même temps, l’influence culturelle de la Chine ne s’est pas seulement maintenue, mais a progressé sur une vaste échelle, notamment en raison de l’énorme extension prise par la diaspora chinoise. Cette influence se fait particulièrement sentir en Asie du Sud-est, mais elle a aussi pour particularité d’acquérir durant cette période une ampleur mondiale, en atteignant des espaces nouveaux, en particulier dans les Amériques.

Emmanuel Szurek : Modernité, modernisation, occidentalisation : l’épreuve turque.

En turc, les mots « modernisation », « contemporanéisation » et « occidentalisation » sont synonymes. L’épreuve turque, en particulier sous son visage kémaliste, confirme ainsi sans nuance le schématisme du crédo moderniste en tant qu’il oppose à un Occident civilisé un Orient ou un Sud rétrograde, un Occident moderne à un non-Occident non moderne. Et la question de la modernité n’est jamais traitée autrement qu’en référence à l’antinomie Orient/Occident, plus exactement Orient musulman/Occident sécularisé – que cela soit pour l’entériner ou au contraire la dénoncer, au nom d’une modernité alternative, « islamique ». Mon propos est de voir comment on peut revisiter cette lecture « classique » (saidienne) et très intellectualiste de la notion de modernisation (et de sa critique) une perspective sociologique. Pour ce faire, je me concentrerai sur une réforme en particulier, particulièrement symbolique : l’abandon des caractères arabes au profit de l’alphabet latin (1928), réforme qui d’ailleurs porte le nom hautement symbolique de latinisation de l’alphabet. J’étudierai comment la relation turque à la « modernité-occidentale », avant d’être mise en forme dans le grand récit que nous connaissons (quand nous ne le partageons pas encore), et dans lequel communiaient déjà les réformateurs turcs aussi bien que leurs observateurs européens, était déjà inscrite dans « l’ordre des choses », c’est-à-dire dans un faisceau de contraintes matérielles et technologiques qui expliquent le « choix » – somme toute assez improbable – de l’alphabet latin, ainsi que dans la trajectoire même, scolaire, intellectuelle et professionnelle, des individus qui menèrent ce projet à bien. Enfin, au-delà de la sociologisation d’un enjeu/objet fortement investi, voire surdéterminé par les cultural studies, mon propos est penser le cas turc non comme variation singulière du fait moderne mais comme la réfraction locale d’une dynamique à la fois transnationale et éminemment contemporaine.


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.