Compte rendu : Direito do jogo

Paulès, Xavier. (Compte rendu de] Godinho, Jorge A. Direito do jogo, vol. 1. Macao : Fundação Rui Cunha, 2016. 350 p. ISBN : 978-99965-665-0-9

Compte rendu

Gageons-le, l’historien de la Chine n’aura guère été mis en appétit par le titre. Pourtant, il aurait tort de passer son chemin, car cet ouvrage du juriste Jorge Godinho recèle un trésor : les 112 pages très denses qui composent sa dernière partie « A indústria do jogo de Macau ».

En effet, aussi étonnant que cela puisse paraître, on ne disposait jusqu’alors dans aucune langue d’un exposé clair, rigoureux et bien documenté des grandes lignes de l’histoire des jeux de hasard à Macao. Confusions, lacunes et imprécisions étaient le lot des différentes publications qui abordaient cette question. L’une des erreurs les plus récurrentes, par exemple, est l’estimation totalement absurde de 200 maisons de jeu à Macao à la fin du XIXe siècle (chiffre qui trouve son origine dans 澳門窩匪論, un brûlot publié le 12 novembre 1872 par le célèbre Zheng Guanying 鄭觀應 dans le Shenbao 申報, et qui sera repris peu après, avec d’autres articles dénonçant Macao, dans une compilation du nom de 救时揭要). Espérons que, grâce à cet important livre, l’époque où de semblables énormités se répétaient inlassablement de publications en publications est désormais révolue.

Jorge Godinho, s’il n’est pas historien, a en effet le grand mérite d’avoir puisé dans l’essentiel des sources disponibles, notamment, pour les sources imprimées, dans les publications officielles de Macao (surtout le Boletim Oficial, mais aussi, ce qui est plus original, les Actas das sessões da Junta da Fazenda). Concernant les archives, il a, contrairement à la quasi-totalité de ses prédécesseurs qui ne s’en étaient guère donné la peine, soigneusement dépouillé les deux principaux fonds utiles pour le sujet : les archives de Macao (Arquivo de Macau) ainsi que les archives d’Outre-mer (Arquivo Histórico Ultramarino) conservées, elles, à Lisbonne. L’auteur maîtrise aussi très bien la littérature secondaire ; tout au plus peut-on regretter qu’il ne se soit pas appuyé sur des travaux en chinois, comme le livre commode de Zhang Tingmao 張廷茂, 晚清澳門番攤賭博專營研究 (Canton : Jinan daxue chubanshe, 2011) qui a en particulier patiemment récolté des données sur la part des recettes des jeux de hasard dans le budget de la colonie, ou encore la synthèse de Hu Gen 胡根, 澳门近代博彩业史 (Canton: Guangdong renmin chubanshe, 2010).

Godinho se penche dans ce livre sur la période qui va des années 1840 au milieu des années 1930. La période suivante fera l’objet d’un second opus dans lequel, par ailleurs, une étude détaillée sera consacrée aux différents jeux de hasard ayant marqué l’histoire de Macao.

Loin de livrer un exposé platement événementiel, Godinho identifie avec beaucoup de clarté les principales dynamiques à l’œuvre, s’attardant particulièrement sur les années 1840-1850. C’est l’époque fondatrice durant laquelle le territoire, privé de tout rôle commercial par l’émergence de Hong Kong, doit se réinventer. Il le fera notamment sous la houlette de l’énergique gouverneur João Maria Ferreira do Amaral (g. 1846-1849). Après quelques tâtonnements, Macao se trouve une nouvelle assise économique et fiscale. Elle est fondée sur la légalisation et l’affermage de l’opium et des jeux de hasard (outre le fameux fantan 番攤, les deux autres jeux d’importance sont le baigepiao 白鴿票 et le weixing 闈姓). Dès lors, Macao vit littéralement de la prohibition des jeux qui est appliquée à Hong Kong et dans la province du Guangdong (avec toutefois quelques exceptions notables dans ce dernier cas). Une situation qui perdure aujourd’hui.

Godhino montre très bien que les gouverneurs de Macao doivent non seulement jouer un jeu serré avec le milieu des brasseurs d’affaires chinois duquel sont issus les fermiers, mais qu’ils restent soumis à l’attention vigilante de la Métropole, qui considère toujours avec beaucoup de méfiance les innovations qu’ils proposent. L’auteur décrit très bien, en particulier, les deux moments de crise lors desquels les autorités se trouvent confrontées à la collusion des fermiers potentiels au moment de l’adjudication (ils s’entendent pour ne pas faire monter les enchères). Le gouverneur parvient à surmonter cet obstacle en renonçant provisoirement à l’affermage en bloc pour recourir à un système de licences accordées établissement par établissement (1877-1880 et 1935-1936).

Godinho décrit aussi les principales figures des fermiers des jeux de hasard de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, s’attardant notamment sur leurs réseaux. Parmi ces fermiers, les plus remarquables sont les Ho père (Ho Lok Kwai, 何老桂, mort en 1888) et fils (Ho Lin Vong, 何连旺, 1855-1931), qui afferment la loterie weixing et le fantan durant les années 1870-80. Les deux décennies suivantes sont, elles, dominées par le fameux Lou Kau (盧九, 1848-1907) et son fils Lou Lim Ioc (盧廉若, 1878-1927).

Au total, on ne peut que se réjouir de disposer désormais d’une base aussi solide sur l’histoire institutionnelle du jeu à Macao dans sa première période. Les études historiques du secteur des jeux de hasard de Macao s’en trouveront grandement facilitées.

Le second volume est attendu avec impatience. Il éclairera probablement certaines zones d’ombres sur lesquelles les travaux existants ne distillent que très peu d’informations, tout particulièrement la période 1945-1962.

Xavier Paulès (CCJ-CECMC)

À noter

Xavier Paulès (CCJ-CECMC) lance un appel à comptes rendus, qui seront mis en ligne sur les Carnets du Centre Chine. Toutes les bonnes volontés pour en écrire sont les bienvenues. Les personnes intéressées peuvent le contacter à cette adresse : xavier.paules@ehess.fr


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *