Tianjin cosmopolis : une autre histoire de la mondialisation

Paulès, Xavier. [Compte rendu de] Pierre Singaravélou, Tianjin cosmopolis : une autre histoire de la mondialisation (Paris, Éditions du Seuil, 2017). « Librairie », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, vol. 138, n° 2, 2018, pp. 203-204. URL : https://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2018-2-page-203.htm (consulté le 26 avril 2018)

Compte rendu

Le titre, avouons-le, est peu explicite. Aussi faut-il commencer par dire que l’enquête de Pierre Singaravélou, professeur à l’Université Paris-I, porte sur le gouvernement international provisoire de Tianjin (juillet 1900-août 1902).

Peu connue du grand public, cette expérience est consécutive à l’intervention conjointe des principales puissances occidentales, de la Russie et du Japon contre la Chine lors de la guerre dite des Boxeurs. Dans le récit habituel de ce conflit, comme Pierre Singaravélou le rappelle, le siège des Légations de Pékin occupe généralement une place centrale. Pourtant, la bataille décisive eut lieu en juin-juillet 1900 dans et autour de la ville qui faisait office de capitale des Boxeurs : Tianjin. Elle fut rude. Les troupes alliées eurent dans un premier temps le plus grand mal à dégager les concessions étrangères. La prise de la ville chinoise (à mettre largement au crédit du contingent japonais) le 14 juillet fut suivie du massacre de milliers de civils assorti d’un pillage en règle. Les alliés se partagent alors la domination d’une ville en grande partie détruite par la violence des combats et des bombardements. C’est pour la reconstruire et l’administrer que le gouvernement international provisoire de Tianjin est fondé le 16 juillet 1900.

Ce livre se situe pleinement dans le renouveau des études des empires qui, cessant de les envisager indépendamment les uns des autres, interroge l’entrelacement compliqué de leurs interactions. Loin de se résumer à des rivalités, ces dernières incluent aussi de nombreuses formes de coopération, d’émulation et d’entraide. Dans le cas présent, en puisant dans de nombreux fonds d’archives éparpillés, Pierre Singaravélou décrit un statut de coimperium que les acteurs doivent littéralement inventer au jour le jour. En dépit des tensions et rivalités incessantes en son sein, le gouvernement international provisoire, grâce à des personnalités d’envergure comme Charles Denby et Charles Tenney, est à créditer pendant ses deux années d’existence de réalisations très significatives sur le plan sanitaire, des infrastructures et du maintien de l’ordre public.

Sans doute, le sinologue trouvera à redire sur quelques points de détail : des transcriptions des termes chinois ou japonais qui ne sont pas harmonisées, ou encore une tendance à exagérer un « oubli de Tianjin» dans l’historiographie. Toutefois, il sait gré à Pierre Singaravélou d’avoir, grâce à ce livre, redonné sa juste importance à une expérience certes brève, mais originale et féconde. Le dernier chapitre du livre montre à quel point elle a pu servir de modèle dans le cadre des nouvelles politiques (xinzheng) impulsées dans l’ensemble du pays à partir de 1901. Un nombre significatif d’anciens cadres du gouvernement provisoire ont du reste repris aussitôt du service auprès du gouverneur général du Zhili, Yuan Shikai, le principal maître d’œuvre des xinzheng.

Texte reproduit avec l’aimable autorisation de Xavier Paulès (CCJ-CECMC) et des Presses de Sciences Po

Lire le compte rendu sur Cairn.info (accès restreint)

Fiche du livre : Tianjin cosmopolis : une autre histoire de la mondialisation

Cet ouvrage est disponible à la bibliothèque du CECMC


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *