Chinatowns : la diaspora chinoise dans la mondialisation

À partir de leur livre sur les chinatowns dans le monde (Paris, Prodig, 2017), Thierry Sanjuan, Marie Gibert-Flutre et Romain Dittgen sont intervenus, mardi 3 avril 2018, dans l’émission « Cultures monde » sur France Culture. URL : https://www.franceculture. fr/emissions/cultures-monde/ culturesmonde-du-lundi-02- avril-2018

Intervenants

  • Thierry Sanjuan, sinologue, professeur de géographie, titulaire de la chaire d’Asie méridionale et orientale à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.
  • Marie Gibert-Flutre, géographe et maître de conférences à l’Université Paris-Diderot
  • Romain Dittgen, chercheur au African Centre for Migration & Society à l’Université de Witwatersrand.

Présentation

Mises en scène stéréotypées de la sinité, mobilier urbain soigneusement markété destiné au tourisme, faisant l’objet d’une forte promotion de la part des villes ; il est très difficile de passer à côté du phénomène désormais mondial des chinatowns. De quoi sont-ils le nom?

New York, Londres, Paris, mais aussi Melbourne, Los Angeles, mais aussi Kuala Lumpur, Yukoham… La plupart des grandes métropoles ont aujourd’hui leur « quartier chinois » ; avec ses commerces, ses toits-pagodes, ses lanternes, ses restaurants. Mise en scène stéréotypée de la sinité, il est impossible de passer à côté du phénomène désormais mondial des chinatowns.

Mais à quand remonte le phénomène « Chinatown » ? Chaque quartier chinois a son histoire propre et révèle beaucoup des politiques migratoires, du rapport à l’identité nationale, de la culture du vivre-ensemble, alors de quoi ces espaces sont-ils le nom ?

Sont-ils seulement des quartiers où se concentrent les populations immigrées ou issues de l’immigration chinoise ? Où sont-ils aussi autre chose ? Quelles réalités sociales derrière ces étendards pour une diaspora qui représente aujourd’hui environ 50 millions de personnes à travers le monde ?

Écouter l’émission

 


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.