Jacques Gernet (1921-2018)

Jacques Gernet (1921-2018)

Jacques Gernet (1921-2018)

Avec Jacques Gernet, décédé le 3 mars 2018, disparaît le dernier de ceux qu’on a appelés les « géants » de la sinologie française, grâce à qui notre pays a longtemps dominé les études chinoises dans le monde occidental : des hommes qui semblaient tout savoir de la culture complexe et de la longue histoire de la civilisation qu’ils avaient choisi d’étudier et dont la sûreté dans l’érudition n’avait d’égale que l’élégance et la clarté de leurs écrits. Sans remonter à Jean-Pierre Abel-Rémusat, premier titulaire d’une chaire d’études chinoises au Collège de France (1814) et fondateur de la sinologie professionnelle en Europe, il faut ici citer Édouard Chavannes (1865-1918), Paul Pelliot (1878-1945), Henri Maspero (1883-1945), Marcel Granet (1884-1940), et Paul Demiéville (1894-1979).

Demiéville, auquel Gernet succéda au Collège de France, était son maître vénéré. L’autre grand savant dont la pensée l’avait marqué, rappelait-il volontiers, était son propre père, l’helléniste Louis Gernet, élève de Durkheim et historien du droit grec, longtemps professeur à l’Université d’Alger, la ville natale de Jacques Gernet. L’influence paternelle a beaucoup compté dans le souci de Gernet d’approcher l’histoire de la Chine avec les préoccupations de l’anthropologue ou du sociologue. Cette ouverture aux sciences sociales, qui était aussi celle de Jean-Pierre Vernant, son ami et proche collègue au Collège de France, marque son œuvre au sein d’une sinologie volontiers encline à se replier sur elle-même. Elle nous a en fait tous marqués.

Initié aux études chinoises à l’École des Langues Orientales après une licence  de lettres classiques, Gernet a été membre de l’École française d’Extrême-Orient, chercheur au CNRS, titulaire de la première chaire de chinois à la Sorbonne (puis à Paris VII), directeur d’études à la 6e section de l’EPHE (devenue EHESS) – où des générations de jeunes chercheurs ont fréquenté son séminaire –, enfin titulaire de la chaire d’Histoire intellectuelle et sociale de la Chine au Collège de France, depuis 1975 jusqu’à sa retraite en 1992.

La plupart des ouvrages de Jacques Gernet ont été traduits en plusieurs langues. Cela n’est pas pour rien – pour lui qui n’était guère adepte d’un tourisme académique devenu banal à l’ère de l’aviation bon marché – dans son extraordinaire prestige international, en Chine d’abord, où certains titres ont été traduits plusieurs fois et où l’évocation de M. Xie Henai (son nom chinois) provoque toujours un sursaut de respect. Nous ne pouvons ici mentionner que les principaux titres: Les aspects économiques du bouddhisme dans la société chinoise du Ve au Xe siècle (1956) – sa thèse d’État basée sur les manuscrits de Dunhuang ramenés en France par Pelliot au début du siècle, dont il disait parfois que c’était son meilleur livre ; La vie quotidienne en Chine à la veille de l’invasion mongole (1959), un ouvrage destiné à un large public, tout comme Le monde chinois (1972), la grande et brillante synthèse maintes fois révisée et rééditée ; Chine et christianisme. Action et réaction (1982), qui fit l’objet de débats passionnés ; Tang Zhen. Écrits d’un sage encore inconnu (1991) ; enfin La raison des choses. Essai sur la philosophie de Wang Fuzhi (1619-1692). Les trois derniers ouvrages cités traitent du long XVIIe siècle chinois, auquel Gernet s’est énormément consacré (ainsi dans ses cours au Collège de France, dont les résumés ont été publiés en livre en 2007), s’intéressant en particulier à une pléiade d’auteurs non conformistes avec lesquels il entretenait à l’évidence de profondes affinités. L’intelligence de la Chine : le titre de son recueil d’articles paru chez Gallimard en 1994 résume peut-être le mieux la relation à la fois empathique et critique nouée par Jacques Gernet avec la civilisation chinoise au fil d’un parcours prolongé dont ses élèves et ses lecteurs n’ont pas fini de recueillir les fruits.

Anne Cheng, professeur au Collège de France

Pierre-Étienne Will, professeur honoraire au Collège de France


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *