David Serfass, jeune chercheur au CECMC

Le Conseil d’équipe a donné un avis favorable à la demande d’association de David Serfass comme jeune chercheur au CECMC, lors de sa réunion du 15 février 2018.

Docteur en histoire et civilisations de l’EHESS, David Serfass a soutenu, en novembre 2017, une thèse intitulée « Le gouvernement collaborateur de Wang Jingwei : aspects de l’État d’occupation durant la guerre sino-japonaise, 1940-1945 », sous la direction d’Yves Chevrier (résumé : https://cecmc.hypotheses.org/37765).

À travers le cas extrême des régimes dits « fantoches », il étudie la construction de l’État chinois post-impérial, notamment sous le Parti nationaliste chinois (Guomindang), dont le régime de Wang Jingwei affirmait être l’héritier légitime. L’avènement des partis-États dans les années 1920 s’est traduit par une expansion sans précédent du périmètre d’intervention de l’État en Chine. Ce processus s’est intensifié pendant la seconde guerre sino-japonaise, en zone occupée comme en zone libre, et, plus encore, après 1949. David Serfass compte notamment l’analyser dans le cadre d’une histoire politique et sociale du personnel administratif chinois à l’époque républicaine.

Ses recherches s’inscrivent dans l’Axe « Sociétés et États : interactions, confrontations, régulations » de l’UMR 8173 Chine Corée Japon.

Principales publications

  • « Le dilemme de Nankin : tergiversations autour de la reconnaissance du gouvernement de collaboration chinois (1940-1945) », Vingtième siècle : Revue d’histoire, n°133, janv.-mars 2017, p. 99-111.
  • « L’occupation japonaise comme objet pour l’histoire de l’État chinois : l’exemple de la campagne de pacification rurale du gouvernement de Wang Jingwei, 1941-45 », Études chinoises, vol. 35-2, 2016, p. 123-137.
  • « Occupation japonaise et collaboration chinoise : tendances historiographiques récentes », Revue historique, n° 680, oct. 2016, p. 941-966.
  • « Résister ou négocier face au Japon : la genèse du gouvernement de collaboration de Nankin (janvier 1938 – avril 1939) », Vingtième siècle : Revue d’histoire, n°125, janv-mars 2015, p. 121-132.
  • « Hanjian 漢奸 : définir la Chine à travers ses traîtres », SinoPolis, juillet 2010.  <https://www.academia.edu/10887878>

Communications récentes

  • « Constitution et collaboration : mirage constitutionnel et front (dés)uni des collaborateurs sous l’occupation japonaise, 1937-1945 », séminaire « État et société en Chine contemporaine », INALCO, 21 février 2018.
  • « Wang Jingwei ou la figure du traître : histoires de la collaboration et constructions nationales en Chine et à Taïwan », séminaire « Taïwan et ses lieux de mémoire : enquête sur les dynamiques identitaires et mémorielles de la société taïwanaise contemporaine », EHESS, Paris, 29 mai 2017.
  • « Reconstituting the Occupation State: The Wang Jingwei Regime’s Civil Service System (1940-43) », panel « Reassessing Chinese Collaborationist Regimes under Japanese Wartime Occupation, 1938–1945 », Association for Asian Studies, Annual Conference, Toronto, 19 mars 2017.
  • Intervenant aux côtés de Marie-Claire Bergère et Rana Mitter lors d’un débat à l’occasion de la sortie du livre Chiang Kaï-shek d’Alain Roux, EHESS, 16 décembre 2016.
  • « L’État d’occupation japonais en Chine, 1937-1945 », Université de Genève, 13 avril 2016.
  • « 汪精衛政府考銓制度的初步研究 » (Étude préliminaire du système d’examen et de gestion des carrières administratives du gouvernement de Wang Jingwei), Institut d’histoire moderne, Academia Sinica, Taipei, 6 novembre 2015.

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.