La fabrique des droits hydrauliques : Dong Xiaoping et C. Lamouroux

«Cet article reprend plusieurs des matériaux et des analyses du livre publié après cinq missions conduites entre 1999 et 2002 dans des villages du Shanxi : voir Dong Xiaoping et Lan Keli (Christian Lamouroux), Bu guan er zhi: Shanxi sishe wucun shuili guanli ge’an — Gestion de l’eau et hiérarchies rurales, Pékin, Zhonghua shuju/efeo, 2003 (désormais BGEZ). Ce programme (RG-010-U-97) avait été financé par la Chiang Ching-kuo foundation for international scholarly exchange que nous remercions pour sa générosité. Nous tenons à exprimer notre gratitude à Jérôme Bourgon, Marianne Bujard, Alice Ingold et Pierre-Étienne Will qui ont pris le temps de discuter avec nous la mise en perspective des données».

Christian Lamouroux et Dong Xiaoping

Aborder aujourd’hui l’histoire d’un système hydraulique en Chine exige de situer d’emblée sa recherche parmi une multitude d’approches et d’analyses. Même si l’abondance des études spécialisées interdit désormais toute lecture exhaustive, l’exigence d’assumer au moins une partie de l’héritage historiographique se fait d’autant plus pressante que cette littérature déplace son propos. Depuis quelques années en effet, s’est ouvert le débat relatif à l’impact de la société sur les ressources et sur l’environnement, avec son corollaire au sein des milieux académiques sur la place et le rôle des sciences sociales dans ce débat. Pour ne parler que des historiens les plus soucieux de prendre en compte l’espace et l’environnement dans leurs analyses, on peut dire qu’ils se tiennent toujours regroupés sous la bannière de la géographie historique. Cependant, le poids de l’approche productiviste, qui pense la nature comme un facteur de production, les stricts découpages disciplinaires, qui n’encouragent pas les historiens à passer de nouvelles alliances, en particulier avec les sciences de la nature, et confortent de fait l’hégémonie encore prégnante de la tradition textuelle, tous ces éléments constituent des handicaps aux yeux des spécialistes les plus engagés dans le développement de l’histoire environnementale1.

Pour compliquer ce tableau, il faut également rappeler que le problème général de la gestion des ressources naturelles se pose aujourd’hui dans un monde rural où, depuis l’effacement des discours de légitimation révolutionnaires et l’abandon des organisations collectivistes imposées par l’État, le droit et plus généralement les normes sociales sont toujours en question et en reconstruction2.  Par exemple, après les changements politiques des années 1980 et la promulgation de la nouvelle constitution en 1982, le retour en force dans les organisations collectives des modèles familiaux ou des organisations inspirées explicitement des institutions de l’empire est ambigu3 Pour le dire vite, faut-il y voir un choix propre à restaurer des traditions, seules capables de refermer la parenthèse des violences révolutionnaires, ou un premier recours face au vide juridique et éthique, une étape nécessaire dans le processus de rétablissement d’un droit positif ?

Telle que le terrain nous l’a révélée, l’histoire de l’association de villages qui continuait, au tournant du xxie siècle, de gérer collectivement l’eau des sources situées sur le mont Huoshan dans la province du Shanxi, est difficilement séparable de son fonctionnement social actuel. Au début des années 1980, la réactivation de cette alliance entre communautés, dont l’épigraphie atteste que certaines d’entre elles existaient déjà au xiie siècle, a permis alors à ses quinze membres d’assurer la distribution de l’eau de la montagne, en réglant l’accès des villages à cette ressource, autrement dit de maintenir des intérêts collectifs en pleine décollectivisation. Cet emboîtement entre une histoire, des traditions revendiquées et la réhabilitation de normes locales nous a incités à revenir sur l’articulation entre la politique de l’État et l’action des communautés d’utilisateurs, capables de faire respecter les règlements qu’elles émettent pour assurer l’entretien des systèmes hydrauliques et contrôler l’utilisation et la distribution de l’eau. Le vieux problème qui hante les études chinoises, celui des rapports entre l’organisation sociale et l’organisation hydraulique, a certes ressurgi mais, grâce au terrain, il a été abordé à travers les formes, directement observables, que revêt l’appropriation par la société locale de son territoire. Or, si la gestion de l’eau représente l’une de ces formes particulière, les règles hydrauliques constituent l’expression de cette appropriation, à la fois par leur contenu et par le processus de leur production. C’est ce double aspect qui est au centre de notre propos, et c’est la raison pour laquelle l’historien doit se montrer aussi attentif aux documents que soucieux d’entendre la parole des acteurs contemporains, en s’interrogeant sur la signification et sur le rôle que l’histoire écrite et orale du système tient dans l’action.

Après avoir situé notre projet dans la perspective des nombreux travaux sur l’histoire de l’hydraulique en Chine, en précisant ce qu’il doit aux études antérieures et les raisons pour lesquelles nous avons choisi ces terrains, nous décrirons brièvement le système du Huoshan. Il nous faudra ensuite présenter les matériaux écrits qui constituent la matière sur laquelle est fondée l’analyse tout en évoquant les conditions dans lesquelles nous les avons recueillis. De ce point de vue, l’histoire que nous tentons de reconstruire ici recoupe bel et bien le défi que rencontre aujourd’hui chaque société en matière environnementale : comment redéfinir les droits hérités sur des systèmes qui relient de manière inextricable, souvent depuis des siècles, les hommes entre eux et leur communauté à une nature changeante, transformée depuis moins d’un siècle en une ressource par des ingénieurs et les administrations hydrauliques. Il faut donc sans doute se garder de postuler que la mise au clair en Chine des droits particuliers, en l’occurrence ici les droits hydrauliques, accuse aujourd’hui un quelconque « retard » par rapport à la redéfinition de ces droits dans nos propres sociétés, où le droit s’affiche comme l’institution au fondement même des liens sociaux et du régime politique. On peut même penser que l’expérience chinoise multiséculaire des rapports entre l’État impérial, les communautés locales et les individus n’est pas sans intérêt pour quiconque s’aventure à penser le pluralisme des droits et la dynamique particulière de leur coexistence au sein d’un État fortement centralisé. C’est autour de ces problèmes que s’organise cette contribution.

Lire la suite de l’article dans

«La fabrique des droits hydrauliques — Histoire, traditions et innovations dans le nord de la Chine», Annales — His­toire, Sciences sociales, 2011, n° 1 (janvier-mars), p. 33-67. Article disponible sur CAIRN

Résumé
Christian Lamouroux et Dong Xiaoping, « La fabrique des droits hydrauliques : Histoire, traditions et innovations dans le nord de la Chine »

Grâce aux matériaux recueillis dans un groupe de villages du Shanxi (Chine), les auteurs analysent l’histoire des anciens droits hydrauliques qui lient ces villages entre eux. Au sortir de la collectivisation socialiste, la nouvelle alliance que leurs chefs ont choisi de réactiver visait à préserver les ressources en eau tout en maintenant les liens entre les villages. La gestion de l’eau collective se fonde sur une hiérarchie, légitimée par la longue durée de l’histoire, en tendant ainsi à figer des rapports inégalitaires.

Abstract
Christian Lamouroux and Dong Xiaoping, « The production of water rights: History, customs and innovation in Northern China »

Thanks to the materials collected in a cluster of villages in the Shanxi province (China), the authors analyse the history of the old water rights that bind these villages together. At the end of the socialist collectivization, leaders chose to renew this alliance, both to preserve water resources and keep the villages linked. Thus, the collective water management is based on a hierarchy, justified by the longue durée of history, freezing ancient inequalities between villages.



Citer ce billet
Christian Lamouroux (2011, 2 mai). La fabrique des droits hydrauliques : Dong Xiaoping et C. Lamouroux. Carnets du Centre Chine (CNRS/EHESS). Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/me3c

  1. Publié en chinois puis en anglais, le livre de Mark Elvin et Liu Ts’ui-jung (dir.), Sediments of time: Environment and society in Chinese history, Cambridge/New York, Cambridge University Press, [1995] 1998, marque la première entreprise d’envergure pour constituer l’environnement en un champ d’étude autonome au sein de la sinologie. Sur la situation de l’histoire environnementale en Chine, on se reportera à Bao Maohong qui a consacré plusieurs articles à la définition de ce champ et au dialogue avec des historiens non chinois : voir Bao Maohong, « Environmental history in China », Environment and History, 10-4, 2004, p. 475-499 (repris de « Histoire environnementale : histoire, théorie et méthodes » (en chinois), Shixue lilun yanjiu, 4, 2000, p. 70-82), ainsi que ses deux articles consacrés à Mark Elvin, « Une nouvelle catégorie explicative de l’histoire chinoise : l’histoire environnementale. Compte rendu du nouveau livre du professeur Mark Elvin, The retreat of the Elephants: An environmental history of China (en chinois) et « Recherches sur l’histoire environnementale en Chine : un entretien avec le professeur Mark Elvin » (en chinois), Zhongguo lishi dili luncong, 19-1, 2004, p. 124-137 et 19-3, 2004, p. 93-103. Mei Xuejin vient de publier un bilan d’étape dans « Passé, présent et avenir des recherches sur l’histoire environnementale en Chine » (en chinois), Shixue yuekan, 6, 2009, p. 17-38 []
  2. Voir le dossier dirigé par Isabelle Thireau, « D’une illégitimité à l’autre dans la Chine rurale contemporaine », Études rurales, 179, 2007 []
  3. Une analyse des rapports entre formes actuelles d’organisation rurale et modèles impériaux est proposée par Harald Bøckman, « The background and potential of Chinese village compacts (Xiang gui min yue) » : l’adresse url du site sur lequel l’article était déposé lors de la consultation le 8/06/2007 est désormais inaccessible. Plusieurs points sont évoqués dans la présentation de sa contribution, « The re-emergence of village compacts (xiang gui min yue) in the Chinese countryside » , consulté le 6/01/2010. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search