Illusions et souffrances. Les migrants chinois à Paris

Deux recensions de l’ouvrage de Simeng Wang, Illusions et souffrances : les migrants chinois à Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2017, ont été publiées en janvier 2018, l’une dans la revue en ligne La Vie des idées, l’autre dans Le Monde diplomatique.

Simeng Wang est sociologue, chargée de recherche au CNRS (CERMES3).

Dominique Vidal, Migrer et souffrir, La Vie des idées , 31 janvier 2018. URL : http://www.laviedesidees.fr/Migrer-et-souffrir.html (consulté le 5 février 2018)

En dépit de leur importance numérique, les populations d’origine asiatique restent peu étudiées en France par rapport aux immigrations postcoloniales. De cette méconnaissance résulte un ensemble de stéréotypes qui, en les essentialisant, différencient ces populations des immigrés et descendants d’immigrés du continent africain, en insistant, entre autres, sur leur prétendue bonne intégration dans la société française. Les Chinois, dont le nombre de primo-arrivants était estimé à 450 000 en 2012, n’échappent pas à cette image. On les présente ordinairement comme un groupe discret, soucieux de faire parler de lui en bien, en dépit de poncifs récurrents sur un ethos communautaire propice à des activités illégales. Dans ce livre tiré de sa thèse, Simeng Wang montre pourtant qu’on ne saurait parler de ces migrants comme d’un groupe homogène, et, dans ce dessein, elle choisit de prendre pour objet leurs souffrances et celles de leurs descendants. Une enquête ethnographique de 4 ans en région parisienne l’a conduite sur des terrains variés (structures de soins psychiatriques, écoles, associations, lieux de travail, domiciles familiaux) où sa maîtrise du mandarin et du français lui a permis de jouer le rôle d’interprète et de médiatrice. En observant des familles chinoises dans des espaces qui sont aussi différentes scènes sociales, elle est parvenue à saisir la complexité de pratiques diverses.

Lire la suite

Zhang Zhulin, Le Monde diplomatique, janvier 2018, p. 24. URL (version en ligne) : https://www.monde-diplomatique.fr/2018/01/ZHULIN/58293 (consulté le 5 février 2018). Le mensuel est aussi en vente en kiosques.

« J’ai envie de proposer à ma mère d’aller voir un psy ou d’y aller ensemble tous les deux. » Cette idée choquante dans le milieu des Chinois de France est émise par Alex, 25 ans, arrivé à 7 ans dans l’Hexagone ; elle est symbolique de ces situations familiales où règnent les conflits culturels entre deux générations. Chercheuse au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), Wang Simeng apporte une série de témoignages, mettant en lumière les zones sombres de cette communauté, souvent considérée comme un modèle d’intégration. Les enfants s’interrogent : « Qu’y a-t-il d’important pour mes parents en dehors de gagner de l’argent ? », « Qu’est-ce que je suis pour eux ? ». Certains de ces adolescents de double culture préfèrent même aller dans un foyer ou en internat. L’ouvrage accompagne ainsi l’évolution de la communauté chinoise de France, à travers le récit des premières générations, celui des demandeurs d’asile politique de 1989, puis des étudiants, des jeunes nés en Chine et rejoignant leurs parents vivant sans papiers en France, des jeunes nés en France…

Lire la suite (accès restreint)


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *