L’Appel du bonheur. Le partage alimentaire mongol

Marchina, Charlotte. [Compte rendu de] Sandrine Ruhlmann. L’Appel du bonheur. Le partage alimentaire mongol (Paris, Centre d’études mongoles et sibériennes/Éditions de l’EHESS, 2015). Gradhiva [En ligne], n° 26, 2017. URL : http://journals.openedition.org/gradhiva/3490 (consulté le 13 décembre 2017.

L’ouvrage de Sandrine Ruhlmann, tiré de sa thèse de doctorat, nous offre une riche ethnographie des pratiques alimentaires chez les éleveurs mongols qui se fonde sur quatorze mois d’enquêtes de terrain réalisées entre 2000 et 2015 en Mongolie, dans les provinces du Hentij et du Töv, ainsi que dans la capitale. Alors que les anthropologues qui ont étudié l’alimentation se sont surtout intéressés aux préparations culinaires et aux manières de table, Sandrine Ruhlmann opte pour une approche diachronique des pratiques alimentaires qui suit toutes les étapes de la chaîne alimentaire, de l’approvisionnement au traitement des déchets, en passant par le stockage, la préparation, la distribution, la consommation et la conservation des aliments. Dans cette étude, elle prend pour fil directeur le partage alimentaire « comme principe fondamental qui structure [la] société » (p. 141). Comme le montre avec conviction cet ouvrage, « l’alimentation est un moyen très concret et complet d’étudier tous les domaines d’une société, la parenté, l’économie domestique et la division sexuelle du travail, la technologie, l’économie de subsistance, l’écologie, la religion et le rapport au monde spirituel, mais aussi son histoire et son système politique » (p. 12).

Le livre est structuré en deux parties, suivant une distinction entre les situations ordinaires – le quotidien et les pratiques d’hospitalité – et les situations extra-ordinaires, qui comprennent les fêtes et « revers de fête », dichotomie empruntée à l’ethnologue Yvonne Verdier, qui a inspiré l’auteur par son analyse structurale de la cuisine (p. 26). La première partie (chapitres I à VII, p. 39-178) traite du partage restreint des situations ordinaires, tandis que la seconde (chapitres VIII à XIII, p. 179-313) concerne le partage élargi des situations extra-ordinaires.

Lire le compte rendu (texte intégral)


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *