Les traductions de traités scientifiques européens en Chine au XVIIe siècle : enjeux des langues et des disciplines

Jami, Catherine. Les traductions de traités scientifiques européens en Chine au XVIIe siècle : enjeux des langues et des disciplines. La Révolution française : carnets de l’Institut d’histoire de la Révolution française [En ligne], 2018, n° 13. Mis en ligne le 22 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/lrf/1898 ; DOI : 10.4000/lrf.1898 (consulté le 30 janvier 2018).

Résumé

Au XVIIe siècle, dans le cadre de leur entreprise d’évangélisation, des missionnaires jésuites introduisent en Chine certains savoirs scientifiques européens. Dans les dernières décennies de la dynastie Ming (1368-1644), des ouvrages présentant ces savoirs sont publiés, dont certains sont des traductions. Après l’avènement de la dynastie mandchoue des Qing (1644-1911), de nouvelles traductions sont effectuées, sous patronage impérial. Le mandchou s’ajoute alors au chinois classique comme langue cible, alors que le français devient une langue source. L’analyse de traductions d’ouvrages de géométrie euclidienne et d’anatomie permet de mettre en lumière les conditions de la réception de savoirs importés d’Europe en Chine dans différents domaines et les enjeux intellectuels, culturels et politiques qui sous-tendent cette réception.

Lire l’article (texte intégral)

Abstract

During the 17th century, Jesuits missionaries introduced into China some elements of European scientific knowledge as part of their evangelisation enterprise. During the last decades of the Ming dynasty (1368-1644), a number of works expounding this knowledge were published, some of which were translations. After the advent of the Manchu Qing dynasty (1644-1911), more translations were made, under imperial patronage. Manchu became one of the target languages, whereas French became a source language. Analysing the translations of works on Euclidean geometry and on anatomy sheds light on the reception of knowledge imported from Europe into China in different fields, and on the intellectual, cultural and political stakes that underlay this reception.

Read full text (in French)


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *