L’“Individu” et la “personne” comme outils de la “comparaison radicale” : entre unité et différence

Conférence de Xie Jing (Faculté de philosophie, université Fudan de Shanghai), qui se tiendra dans le cadre du séminaire collectif du CRH : Historiographies modernes : histoire, écritures, temporalités.

Elle a pour titre : « L' »Individu” et la “personne” comme outils de la “comparaison radicale” : entre unité et différence ».

Discutant : Pablo Blitstein (EHESS-CRH)

Date

  • Lundi 15 janvier 2018, de 16 h à 19 h

Lieu

  • EHESS – Salle A04_47
    54, boulevard Raspail – 75006 Paris

Résumé

Avec au fond un regard critique de la société moderne, la sociologie de la « personne » s’installe dès le départ dans une perspective comparative qui se veut unifiante (il faut rappeler aux modernes le « roc humain » sur lequel se bâtit également leur propre société) mais qui encourt toujours le risque de perdre cette unité. La primauté accordée à l’« individu » ou à la « personne » devient dans ce cas stratégique : elle véhicule une certaine thèse au sein de la « comparaison radicale », à l’intérieur d’une tension entre radicaliser la différence ou reconstituer l’identité. On peut notamment distinguer quatre types de thèses : 1) les modernes sont les seuls individus, car l’individualisation, qui a pour origine et effet un type singulier de société, n’est pas à la portée de tous. 2) Les modernes sont les seuls individus mais ne sont pas que des individus, car l’individualisation étant nécessairement désocialisante doit toujours se combiner avec d’autres principes que les modernes partagent avec les traditionnels. 3) Moderne ou pas, nous sommes tous des personnes, car l’élaboration de la personne s’ensuit directement des exigences fondamentales de toute vie sociale. 4) Moderne ou pas, nous sommes tous des individus, car l’individuation est d’abord l’aboutissement d’une opération mentale de tout homme avant de servir à structurer la société.

Xie Jing est membre associée du LIER (EHESS/CNRS, Paris). Elle a fait une thèse à l’EHESS de Paris sous la direction de Vincent Descombes sur la philosophie sociale holiste en France. Ses domaines de spécialité comprennent : la philosophie sociale, l’histoire conceptuelle de la sociologie française et de l’anthropologie structurale, les théories de la modernité.


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.