De la pierre à l’ordinateur. Modalités de transmission des ‘‘lettres-esprits’’ chez les Sora (groupe tribal du centre-est de l’Inde)

Cécile Guillaume-Pey (EHESS-CéSor) interviendra sur le thème : « De la pierre à l’ordinateur. Modalités de transmission des ‘‘lettres-esprits’’ chez les Sora (groupe tribal du centre-est de l’Inde) » lors de la prochaine séance du séminaire qu’elle co-organise avec Aurélie Névot (CCJ-CECMC) : Les écritures minoritaires d’Asie. Origines, transmissions et usages.

Date

  • Jeudi 21 décembre 2018, de 13h à 15h

Lieu

Résumé

En Inde, à partir des années 1930, des prophètes tribaux inventent des écritures pour transcrire leurs langues, créations qui sont souvent présentées comme des ‘‘découvertes’’ inspirées de graphèmes inscrits sur des supports lithiques. Chez les Sora, un instituteur du nom de Mangaya ‘‘découvre’’ ainsi des lettres gravées sur une roche après avoir reçu une vision en rêve et fonde un mouvement religieux. Ses disciples racontent aujourd’hui que c’est face à un cadavre qu’il s’apprêtait à disséquer alors qu’il travaillait dans un hôpital que Mangaya prit conscience de l’importance d’avoir une écriture à soi. Comparant un corps nu, sans vie, prêt à passer au scalpel, à une langue dépourvue d’écriture, il pria pour obtenir « des habits pour la parole » : une écriture qui permettrait aux siens de se défendre contre le mépris et les sarcasmes des castes voisines. Ce système graphique est essentiellement utilisé en contexte rituel et la plupart des dévots, qui boivent les caractères alphabétiques sous la forme d’une potion lors des rites, sont incapables de déchiffrer les manuels de prières détenus par des spécialistes religieux. Mais de nos jours, les rituels scripturaires suscitent des frustrations. Certains acteurs réinventent des rituels autour de supports que l’écriture avait autrefois évincés et s’approprient de nouveaux médiums. Portée par des supports matériels tels que des pierres aussi bien que par des supports imprimés et digitaux, l’alphabet sora dont la transmission a été pendant longtemps monopolisée par des spécialistes rituels, traverse aujourd’hui des frontières rituelles et étatiques.



Citer ce billet
Monique Abud (2017, 14 décembre). De la pierre à l’ordinateur. Modalités de transmission des ‘‘lettres-esprits’’ chez les Sora (groupe tribal du centre-est de l’Inde). Carnets du Centre Chine (CNRS/EHESS). Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mge0

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search