Conférence d’Alain Roux : Mao/Jiang ou l’ironie du destin

Dans le cadre du séminaire de Xavier Paulès « La Chine républicaine (1912-1949) : nouvelles approches historiques », Alain Roux , professeur émérite des universités, auteur de l’ouvrage « Le Singe et le Tigre. Mao, un destin chinois », Larousse 2009   fait  une intervention intitulée «Mao Zedong/Jiang Jieshi ou l’ironie du destin».

A. Roux

L’évocation par Alain Roux des destins de Mao Zedong et Jiang Jieshi nous place au cœur même des évolutions politiques qui traversent le XXe siècle chinois.

Adversaires durant la plus grande partie de leurs existences, Mao et Jiang ont, surtout dans le début de leur trajectoire, des points communs. Ce sont deux hommes du sud. Leur origine sociale se situe juste au-dessus du peuple, dans des milieux de tout petits notables locaux qui ne peuvent même pas prétendre être associé un tant soit peu à l’appareil d’état. Ils appartiennent grosso modo à la même génération. Tous deux ont vu et ressenti douloureusement la réalité d’une Chine humiliée et victime de l’impérialisme, point de départ commun de leur vie politique. Ils ont enfin été des acteurs de la Révolution de 1911.

Un aspect quelque peu sous-estimé de la vie de Mao est son brillant passage par le journalisme, durant lequel il produit de remarquables enquêtes. Bien que largement autodidacte, il se révèle un grand écrivain. Jiang suit un cursus plus classique, ses études militaires lui offrent l’occasion d’une expérience à l’étranger et de la maîtrise d’une langue étrangère (le japonais) qui feront toujours défaut à Mao. Il n’est pourtant pas un stratège brillant. C’est même une des plus lourdes de ses erreurs que d’avoir systématiquement écarté les chefs de guerre les plus habiles, leur préférant ses hommes-lige. Il est, plus que Mao (même si ce dernier ne manque pas de courage physique), un homme d’action et le montre avec brio en juin 1922 lorsqu’il vient à la rescousse de Sun Yat-sen en danger de mort à Canton. Par contre, sa plume manque de nerf et il fait écrire ses livres par des nègres.

Les trajectoires de Mao Zedong et Jiang Jieshi se recoupent à trois moments clés.

Dans les années précédant immédiatement l’Expédition du Nord, en 1925-26, dans le Guangdong qui alors fait office de base du Guomindang, Mao est placé sous les ordres de Jiang (ils ont quelques entrevues). A l’époque, il est un cadre assez important du parti nationaliste et se voit confier la direction occupé d’un journal de formation des cadres.

En décembre 1936, lors de l’incident de Xi’an, il ne se produit aucune rencontre entre les deux hommes, mais le sort de Jiang kidnappé est alors entre les mains de Mao. Sous la pression de Staline inquiet de la possibilité, si Jiang était écarté, d’un compromis entre le Japon et la Chine qui aurait permis au Japon de se retourner contre l’URSS, il est finalement relâché. Les deux hommes se rencontrent une dernière fois en octobre 1945, à Chongqing. Durant cette rencontre très médiatisée, Mao, personnage plus brillant et charismatique, plus éminemment conscient aussi de cet enjeu, gagne incontestablement la bataille de l’image.

A ce moment, leur rencontre est aussi celle de deux visions, de deux stratégies forgées dans les épreuves du quart de siècle précédent. S’il serait vain de prétendre les résumer en quelques lignes, on peut pourtant s’attarder sur une divergence profonde concernant deux instruments essentiels : le parti et l’armée. Jiang échoue à faire du Guomindang un instrument docile à sa volonté et organisé de façon centralisée, si bien qu’il est contraint de mener sans arrêt une politique d’équilibre entre des cliques rivales (clique CC, clique de Huangpu, clique des sciences politiques, sans oublier les sociétés secrètes dont la fameuse Bande Verte), tandis que la force de mobilisation du Guomindang finit de s’étioler durant la guerre sino-japonaise. Mao, s’il ne devient réellement le numéro 1 qu’en octobre 1938, parvient à faire du PCC un parti de plus en plus unitaire et centralisé. L’armée doit, pour Mao, être populaire, et la guérilla constitue un élément hautement stratégique de sa tactique révolutionnaire. Jiang, lui, envisage l’armée comme l’officier qu’il est, cherchant avant tout à perfectionner son organisation et moderniser son équipement. Pour lui l’armée est un modèle, le moyen de rénover le pays, et même de lui conférer l’unité qui lui fait défaut.

Au cours de la période républicaine, la rivalité PCC/Guomindang prend de plus en plus l’aspect d’une rivalité entre deux personnalités. Le constat de la supériorité intellectuelle de Mao, mis en évidence de façon très claire au fil de l’exposé d’Alain Roux, revêt donc une importance énorme. Elle constitue probablement une des causes importantes de la victoire finale des communistes.

Résumé de Xavier Paulès

X. Paulès

  • Vidéo du débat autour de l’ouvrage d’Alain Roux, Le Singe et le TigreMao, un destin chinois
  • Compte rendu de l’ouvrage d’Alain Roux, Le singe et le tigre : Mao, un destin chinois, Paris, Larousse, 2009, 1127 p. par Lucien Bianco

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.