Sebastian Veg : « Xi a renforcé le pouvoir du parti au détriment de l’Etat chinois »

« Xi a renforcé le pouvoir du parti au détriment de l’État chinois » : entretien avec Sebastian Veg. Propos recueillis par François Bougon. Le Monde, [En ligne]15 octobre 2017. URL : http://www.lemonde.fr/international/article/2017/10/15/sebastian-veg-xi-a-renforce-le-pouvoir-du-parti-au-detriment-de-l-etat-chinois_5201210_3210.html (consulté le 15 octobre 2015)

Selon le chercheur Sebastian Veg, le président chinois a redonné le rôle principal au PCC en réactivant les autocritiques, la « ligne de masse », l’idéologie et la discipline.

Comment Xi Jinping se distingue-t-il de ses prédécesseurs ?

Chaque nouveau dirigeant du Parti communiste chinois (PCC) est confronté à la nécessité de préserver trois équilibres fondamentaux, qui ont assuré la ­pérennité du régime depuis ­Tiananmen [en 1989] : entre institutionnalisation du régime et projet politique, entre méritocratie et factionnalisme, et entre libéralisation et contrôle de la société. L’institutionnalisation des promotions et des successions a permis de stabiliser le système en mettant en place des règles contraignantes qui canalisent et dissimulent les conflits de personnes.

Pour autant, le PCC tire sa légitimité historique de son idéologie et ne peut se contenter d’être une technocratie sans projet politique. Le principe de promotion au mérite a permis de donner une large base sociale et une nouvelle légitimité au parti, qui compte aujourd’hui 89 millions de membres. En même temps, l’existence de factions et de réseaux clientélistes dans le parti, officiellement niée, permet de souder les équipes dirigeantes et d’assurer leur contrôle sur la hiérarchie bureaucratique. Enfin, depuis les années 1980, des phases de détente [fang] et de durcissement [shou] idéologique se succèdent selon des cycles d’environ dix ans ; on peut estimer que le cycle répressif actuel a débuté autour de 2008.

M. Xi a-t-il changé tout cela ?

Xi Jinping n’a pour l’instant pas fondamentalement transformé ces trois équilibres. S’il a concentré un certain nombre de pouvoirs en se faisant déclarer « noyau » [hexin] de la direction du parti – comme Jiang Zemin [secrétaire général du PCC entre 1989 et 2002] avant lui –, il a préservé…

Lire l’entretien dans Le Monde du 16 octobre 2017 ou sur LeMonde.fr (accès payant)


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.