Pressions sur le net chinois

Frenkiel, Émilie. Pressions sur le net chinois. La Vie des idées, 2 octobre 2017. ISSN : 2105-3030. URL : http://www.laviedesidees.fr/Pressions-sur-le-net-chinois.html (consulté le 3 octobre 2017)

Recension de : J. deLisle, A. Goldstein et G. Yang, (dir.), The Internet, Social Media, and a Changing China, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2016.

Avec l’ouverture au marché des médias et leur prolifération, les Chinois n’ont jamais été aussi bien informés depuis 1949, même si le Parti communiste chinois n’a pas renoncé à réglementer la circulation de l’information. Malgré l’ampleur des dispositifs de contrôle, les résultats sont nécessairement mitigés par l’importance, pour le régime, de son programme de modernisation, qui repose fortement sur l’expertise scientifique et technique, l’utilisation de nouvelles technologies d’information et d’échanges transfrontaliers. Les débats diffusés sur les chaînes de télévision nationales et provinciales, qui invitent fréquemment chercheurs, membres de think tanks, fonctionnaires et officiers à intervenir sur des questions comme la politique étrangère, la politique sociale, le système éducatif, ne sortent pas du périmètre de ce qui est acceptable pour le régime. La prolifération de discussions diffusées publiquement, même contraintes, sur des questions politiques fondamentales, a mis un terme aux débats à huis clos et encourage les discussions en ligne.

Un des grands apports de l’ouvrage dirigé par Jacques deLisle et ses confrères est de s’efforcer de rendre la complexité, la diversité et le dynamisme de la relation entre Internet et la société, le gouvernement, le système juridique et même la diplomatie chinoise. Il écarte les dichotomies simplistes opposant liberté et contrôle, promotion de la démocratie et renforcement de l’autoritarisme qui obstruent toute compréhension fine du rôle et de l’impact des nouveaux médias en Chine. L’ouvrage décrit les conséquences économiques, sociales et politiques d’Internet en Chine, dont l’ampleur était encore insoupçonnée il y a dix ans.

Lire le compte rendu (texte intégral)


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *