Anne Kerlan, membre du CECMC

Nous souhaitons la bienvenue à Anne Kerlan, directrice de recherche (seconde classe) au CNRS, qui a rejoint le 1er septembre 2017 le Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine, une des trois équipes de recherche composant l’UMR Chine Corée Japon.

Dans le billet qui suit, rédigé par Anne Kerlan, cette dernière présente sa carrière, ses recherches passées et en cours et ses projets à venir.

Carrière au CNRS et recherches passées

Anne Kerlan est entrée en 2001 au CNRS comme Chargée de recherche. Sa thèse, soutenue en décembre 2000, dirigée par François Martin (EPHE), portait sur un peintre de la région de Hangzhou, Fang Xun (1736-1799) : combinant histoire de l’art et analyse esthétique, la thèse consistait en une biographie de Fang Xun, l’analyse de son œuvre peinte et la traduction commentée de son traité de peinture. Cette recherche amena Anne à s’intéresser aux milieux des collectionneurs d’art du XVIIIe siècle et aux catalogues de peintures et calligraphies qu’ils avaient rédigés. Anne a d’abord mené ses recherches au Centre d’étude de l’écriture et de l’image, alors dirigé par Anne-Marie Christin à l’université Paris 7, puis au Centre de recherche sur la civilisation chinoise (UMR 8583 EPHE-CNRS), selon une double perspective : l’une étudiant les rapports entre le texte et l’image, l’autre l’histoire et la sociologie des milieux artistiques du XVIIIe siècle. Ces travaux ont notamment donné lieu à un colloque (suivi d’une publication), organisé avec Michèle Pirazzoli-t’Serstevens : Autour des collections d’art en Chine au XVIIIe siècle, et à une publication dirigée par Cécile Sakai et Anne Kerlan : Du visible au lisible : texte et image en Chine et au Japon.

Dès ses années de thèse, Anne avait également commencé à s’intéresser à un champ entièrement neuf en France : le cinéma. A la fin des années 1990, il était possible de se porter acquéreur en Chine, pour de très modiques sommes, de films chinois de la première moitié du XXe siècle gravés sur supports VCD. Beaucoup de ces films étaient en fait des copies mystérieusement issues des Archives du film de Pékin. La découverte de ces films et de nombreuses sources inédites la convainquit de l’intérêt de se lancer dans une recherche portant sur l’histoire du cinéma chinois. Une des principales compagnies cinématographiques de la période républicaine, la Lianhua, retint son intérêt : rien, sinon de courts articles, n’avait alors été écrit (en chinois ou en langue occidentale) sur cette compagnie qui comptait pourtant dans ses rangs les plus importants artistes, réalisateurs, acteurs, scénaristes, techniciens, de la période et même au-delà.

Elle fut aidée à ce moment par la mise en place d’un important projet lancé par Christian Henriot et financé par la CCK Foundation au sein de l’Institut d’Asie Orientale à Lyon. Ce projet, intitulé « Common people and artists in 1930’s China » avait pour objectif de réfléchir à une écriture de l’histoire avec les images (animées et inanimées). Dans le cadre de ce projet, Anne s’intéressa à la figure des actrices de la compagnie, cherchant à comprendre comment la Lianhua avait construit leur personnage médiatique par les films mais aussi les publications promotionnelles. Une importante partie de ces recherches fut versée à une base de données croisées portant le nom du projet. Une partie de cette base fut ensuite ajoutée au site Visual Cultures in East Asia.

Quand on aborde un champ nouveau, se pose nécessairement la question des outils et des méthodes. Émergeaient alors aux États-Unis des études sur le cinéma chinois très inspirées des cultural studies. Celles-ci avaient souvent tendance à analyser les films comme s’il s’agissait de textes ; le contexte historique, les documents d’archives n’y étaient guère privilégiés. Formée en histoire de l’art, s’étant intéressée dans ce cadre à la question des milieux artistiques, des relations entre mécène et artiste, à la circulation et la réception des œuvres, Anne souhaitait travailler sur les films en reprenant ces problématiques. S’inspirant de Marc Ferro qui écrivit d’importantes pages programmatiques, elle voulait faire du film une source et un objet d’histoire (voir en ligne l’article de Marc Ferro « Le film, une contre analyse de la société ? », Annales. ESC, 1973, vol. 28-1).

L’approche de Marc Ferro, centrée sur les films de propagande, notamment ceux de l’Union soviétique, s’avéra cependant difficile à suivre quand il s’agit de travailler sur les films de la Lianhua, une compagnie privée très inspirée dans son fonctionnement et ses productions du cinéma hollywoodien. Il fallut donc chercher d’autres méthodes. C’est finalement en rencontrant un groupe de chercheurs et enseignants réunis sous la bannière de l’histoire culturelle du cinéma qu’Anne trouva l’approche qui répondait à ses exigences. A partir de 2007, elle commença à participer à leurs activités, notamment au séminaire de recherche qu’ils tenaient.

L’histoire culturelle du cinéma s’inscrit dans le champ de l’histoire culturelle, qu’on peut définir, en suivant Pascal Ory, comme « une histoire sociale des représentations », une « histoire du conditionnement social de la création et de la réception des biens culturels », le « conditionnement » désignant l’ensemble des conditions d’existence sociale des produits culturels. L’histoire culturelle du cinéma ne se limite donc pas à une histoire des films, des formes ou des représentations cinématographiques : c’est la globalité du phénomène cinématographique, de la production à ses modes d’exposition et de réception, qui est prise en compte (voir cette conférence de Pascal Ory en ligne : https://www.canal-u.tv/video/universite_de_tous_les_savoirs/qu_est_ce_que_l_histoire_culturelle.963).

Anne et ses collègues purent mettre en œuvre cette approche dans le cadre de l’ANR « Loin d’Hollywood. Histoire culturelle du cinéma en France, Chine et URSS, 1927-1933 », obtenue en 2008 pour une durée de quatre ans. Cette ANR permit de nombreuses productions, individuelles ou collectives, dont deux colloques, une publication, une exposition et une base de données. À cette occasion, Anne rejoignit l’Institut d’histoire du temps présent, auquel étaient rattachés les chercheurs et enseignants-chercheurs de l’ANR et où les problématiques histoire et cinéma étaient bien représentées.

Recherche en cours et projets à venir

Après les recherches sur la compagnie Lianhua, qui donnèrent lieu à un mémoire d’HDR et à un ouvrage publié en 2015 aux PUR (présenté sur le Carnet de recherche ici), Anne est en train de terminer un projet portant sur la biographie d’une jeune intellectuelle durant la période maoïste. L’histoire de cette jeune femme est connue par un film documentaire, Xunzhao Lin Zhao de linghunIn search of Lin Zhao’s soul, de Hu Jie. Dans ce projet, il s’agit de retracer le parcours d’une étudiante brillante qui accueillit avec ferveur le pouvoir communiste en 1949 avant d’en devenir une de ses victimes mais aussi d’explorer la façon dont le cinéma de la Chine contemporaine contribue, avec d’autres médias, à construire une mémoire de la période maoïste bien différente de la mémoire officielle.

Dans les prochains mois et prochaines années Anne projette d’engager au sein du laboratoire CCJ et de l’équipe du CECMC de nouvelles recherches sur l’histoire du cinéma chinois.

L’un de ces projets revient sur des recherches anciennes mises de côté. Il concerne l’actrice de cinéma Ruan Lingyu (1910-1935). La vie et la carrière de Ruan Lingyu ont déjà été abondamment commentées, notamment en Chine, mais en mêlant souvent de façon indifférenciée fiction, mythe et réalité. Mais comment faire, en historienne, le récit d’une vie assez peu documentée et fortement « fictionnalisée » ? Dans ce travail biographique, dont la forme reste à inventer, l’intérêt sera justement de croiser archives et sources documentaires (relativement peu nombreuses et construisant déjà une figure imaginaire, une icône, une star, différente de la personne privée) et films de l’actrice ou toute autre source relevant de l’imaginaire relatif à la vie et la mort de Ruan Lingyu.

Hormis ce projet de nature un peu particulière, Anne souhaiterait dans les années à venir mettre au centre de ses recherches les questions de circulation et de réception des films pour la période républicaine et le début de la période communiste. Pour sortir des études classiques sur le cinéma qui se sont concentrées sur Shanghai, capitale du cinéma en Chine jusqu’en 1950, Anne projette de s’intéresser au spectacle cinématographique hors des métropoles. Elle compte ainsi travailler sur l’histoire d’une salle de cinéma fondée en 1935 à Hangzhou par des entrepreneurs privés, avant de passer aux mains des Japonais durant la guerre. Après 1949, cette salle fut nationalisée. Il s’agira d’étudier l’histoire de cette salle sous différents aspects : celle de l’entreprise, de son architecture extérieure et intérieure, et aussi celle des spectacles et événements qu’elle hébergea et des pratiques du public. Une recherche précédente sur l’histoire d’une salle pékinoise (le théâtre Zhenguang- Lumière véritable) a en effet convaincu Anne que la salle de spectacle pouvait être étudiée comme une sorte de microcosme où se rejouent les rapports sociaux en même temps que s’expriment des émotions esthétiques, où la société « réelle » rencontre et fabrique les représentations, les imaginaires qui la nourrissent.

D’autres projets qui ont besoin d’être précisés sont en gestation autour de la question du spectacle cinématographique hors les grandes villes. Anne a rejoint à cet effet cet été le réseau Homer (History of Moviegoieng, Exhibition and Reception) et espère y participer activement les prochaines années.

Mentionnons enfin, pour clore cette présentation, qu’Anne continue d’animer avec ses collègues Christophe Gauthier (professeur à l’ENC), Myriam Juan (MdC, Université de Caen), Mélisande Lévantopoulos (MdC, Université Paris 8) et Dimitri Vezyroglou (MdC, Université Paris 1) le séminaire d’histoire culturelle du cinéma qui se tient mensuellement à l’Institut national d’histoire de l’art. Elle assure également un enseignement en histoire du cinéma chinois à l’Université Paris 1 ainsi qu’un enseignement à Sciences Po intitulé « Communist China viewed from its cinema ». Et elle projette de monter à la rentrée 2018 avec Michela Bussotti un séminaire s’adressant à tous les collègues et étudiants du CECMC et de l’UMR CCJ portant sur l’histoire culturelle des images en Chine et en Asie.


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.