Qu’a-t-on fait des Lumières chinoises ?

Bartel, David. Qu’a-t-on fait des Lumières chinoises ?. La Vie des idées , 14 juillet 2017. ISSN : 2105-3030. URL : http://www.laviedesidees.fr/Qu-a-t-on-fait-des-Lumieres-chinoises.html(consulté le 15 juillet 2017)

David Bartel a soutenu en 2017 à l’EHESS une thèse de doctorat, préparée sous la direction de Michel Bonnin : « Au carrefour de l’histoire. Les Lumières de Liu Qingfeng et Jin Guantao ».

Entre 1915 et 1925, le Mouvement pour la nouvelle culture a posé les jalons de la modernité chinoise et nourri la pensée des révolutionnaires communistes. Aujourd’hui, les autorités hésitent pourtant à revendiquer son héritage, conscients de ses potentialités contestataires.

Il faut sans doute se rappeler l’injonction de Simon Leys à être attentif, en Chine communiste, à la non-célébration des événements importants, souvent enterrés sous la célébration en fanfare de non-événements. Cette année encore, l’anniversaire du 4 mai 1919 est passé sous silence. Un silence qui signale à quel point les autorités chinoises ont encore des difficultés avec l’examen et le sens à donner à leur propre histoire. Elles se retrouvent aujourd’hui devant l’impossible mission de concilier un héritage socialiste avec une tradition plus ancienne longtemps conspuée. Cet article entend, en guise de célébration de l’anniversaire du 4 mai, revenir sur cette date fondamentale dans l’historiographie du Parti communiste, et expliquer les raisons de l’embarras de celui-ci face à un passé dont pourtant, il se réclame encore, même si c’est désormais du bout des lèvres. Un passage par l’histoire qui éclaire l’équilibre précaire du Parti quant à sa propre légitimité.

Le 4 mai 1919 marque en fait le point d’orgue de plusieurs décennies d’effervescence intellectuelle pendant lesquelles tous les aspects de l’histoire et de la culture chinoises ont été révisés à l’aune des marqueurs de la modernité que sont la raison, l’individu, le droit ou la science. Cette période, qualifiée à juste titre de « Lumières chinoises », inscrit les manifestations du 4 mai dans un Mouvement pour la nouvelle culture (1915-1925) qui, de l’écriture chinoise à la culture politique, cherche à adapter la Chine et sa culture au défi d’un monde nouveau sur lequel elle s’ouvre comme jamais auparavant avec un appétit parfois boulimique et la certitude d’y trouver les solutions adéquates à la variété de problèmes – sociaux, politiques, économiques – à laquelle elle est confrontée depuis la fin du XVIIIe siècle. Ses grandes figures – éducateurs, historiens, intellectuels, écrivains – en font « la période la plus importante de débats intellectuels et de créativité du XXe siècle ».

Lire la suite sur La Vie des idées


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *