« Transmettre, perpétuer, suivre son époque » : quelques défis posés aux processions religieuses du sud de Taïwan

Fiorella Allio (CNRS-IrAsia, Aix-Marseille) intervient au séminaire EHESS, Anthropologie comparée à partir de l’Asie du Sud-Est, sur le sujet suivant : « Transmettre, perpétuer, suivre son époque » : quelques défis posés aux processions religieuses du sud de Taïwan.

Le scolopendre processionnel, Taiwan (photo : Fiorella Allio)

Le scolopendre processionnel, Taiwan (photo : Fiorella Allio)

Résumé

L’omniprésence de la religiosité à Taiwan — découlant en partie d’une liberté de croyance protégée par la Constitution de ce pays (désormais) démocratique—, dont la manifestation la plus frappante est le bâti religieux avec une densité parmi les plus élevées au monde (15422 lieux de cultes ont été relevés dans les statistiques de 2015, toutes confessions confondues, relevant en très grande majorité du système de la « religion populaire », très peu des religions importées), et ce dans une société en connexion étroite avec l’économie planétaire, ancrée en ce domaine dans la rationalité, tournée vers l’innovation, excellant notamment dans le secteur de la haute technologie. Cela nous amène à questionner les logiques à l’œuvre d’une telle constance et d’une telle « entente ». Dans cet environnement, le paysage religieux n’est pas resté inerte et immuable, il s’est bien au contraire étendu, complexifié et, surtout, il s’est transformé de l’intérieur, notamment au cours des dernières décennies. Les « traditions » ou « coutumes » liées aux pratiques religieuses, ou non, participent bien sûr de la même dynamique. En scrutant le champ que nous connaissons le mieux, à savoir celui de la « religion populaire chinoise » à Taiwan, nous sonderons les conditions de la perpétuation de ces activités, qui bien à propos ne sont pas cernées par des dogmes ni contrôlées par un quelconque clergé, ainsi que les logiques de résilience de ces processus.

Dans le cadre de cette communication, nous nous plongerons dans la réalité très concrète de la vie religieuse taiwanaise par l’exemple des célébrations collectives en l’honneur des divinités protectrices des lieux, honorées dans leurs innombrables temples locaux, qui génèrent des alliances inter-villageoises et délimitent, grâce aux processions, de vastes territoires dont les frontières ne sont pas officielles. Nous nous pencherons sur le cas des rituels processionnels du sud de Taiwan, pris en charge et exécutés par les communautés de culte elles-mêmes. Nous nous interrogerons sur leurs mutations contemporaines, qui au-delà des effets du changement des modes de vie, doivent aussi à des dynamiques politiques et identitaires propres à Taiwan, aux politiques culturelles, à la réinvention du tourisme et à la patrimonialisation. Une attention particulière sera malgré tout portée à leur maintien et à leur forte mobilisation et participation. Enfin, c’est sur différents processus de transmission des savoirs, des arts, des statuts et des rôles qu’occasionnent ces processions que nous nous pencherons ; le cas des troupes processionnelles cérémonielles nous fera toucher du doigt ce qui se joue, se noue mais aussi se défait dans cette transmission.

Date

  • Jeudi 8 juin 2017, 14h-16h

Lieu

  • Maison de l’Asie – Grand Salon 1er étage
    22 avenue du Président-Wilson – 75116 Paris

Rappel de la thématique du séminaire

Le séminaire Anthropologie comparée à partir de l’Asie du Sud-Est est organisé par Vanina Bouté ( UPJV/ CASE) / Béatrice David (Paris-8/ CECMC) / Yves Goudineau (EFEO/ CASE) / Denis Vidal (IRD/ CEIAS)

Le séminaire se situe dans une perspective comparative sud-est asiatique ouvrant sur le monde indien et sur la Chine du sud. Il s’intéresse aux modalités de reprise sur la longue durée de certaines pratiques rituelles, techniques, esthétiques dans des contextes politiques, religieux, technologiques qui les condamnent ou les rendent obsolètes. Après avoir étudié des rituels collectifs sacrificiels ou de possession, on s’interroge cette année encore sur la transmission, le maintien et la circulation de certaines autres formes de pratiques collectives qui perdurent en dépit des contestations dont elles font l’objet dans les champs de la croyance, de l’art ou de la technique. Le séminaire s’appuie sur la discussion de matériaux ethnographiques détaillés et vise à produire des propositions théoriques renouvelées concernant les logiques de résilience et les conditions d’un comparatisme pertinent sur des ensembles régionaux larges.


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *