Zhang Yinde, nouvelles parutions

    De «La Montagne de l’âme» au «Livre d’un homme seul», l’oeuvre romanesque de Gao Xingjian s’investit dans un travail de mémoire transgressif : exhumer les patrimoines minoritaires occultés par la culture dominante, sauvegarder la mémoire individuelle contre l’historiographie établie et sonder les zones troubles du souvenir personnel, moins pour se livrer à la « repentance » qu’aux interrogations identitaires. L’écriture mémorielle, à la faveur de la fictionalisation, se rapproche dès lors d’un certain rituel exorciste, qui permet de braver les interdits en conjurant les démons extérieurs comme intérieurs et en faisant prévaloir la prescription existentielle contre le jugement normatif : « Gao Xingjian : fiction et mémoire interdite », Perspectives chinoises, n° 2, 2010, p. 26-35 Lire le texte intégral de l’article sur revues.org

    • « Gao Xingjian : Fiction and Forbidden Memory », China Perspectives, n° 2, 2010, p. 25-33

    From Soul Mountain to One Man’s Bible, Gao Xingjian’s fiction is committed to a labour of transgressive remembering: excavating minority heritages eclipsed by the dominant culture, protecting individual memory from established historiography, and sounding the dark areas of personal memory, less to indulge in “repentance” than to examine identity. The writing of memory, thanks to fictionalisation, thus comes to resemble an exorcism that makes it possible to defy prohibitions by casting out external and internal demons and by imposing the existential prescription against normative judgement. Lire le texte intégral de l’article sur revues.org

    • « La fiction du vivant : l’homme et l’animal chez Mo Yan », Perspectives chinoises, n° 3, 2010, p. 134-142  / « The fiction of living beings : man and animal in the work of Mo Yan », China Perspectives, n° 3, 2010, p. 124-132.

    • « Les sociabilités littéraires shanghaiennes des années 1930 : le cas de Shao Xunmei », in Nicolas Idier (dir.), Shanghai. Histoire, promenades, anthologie et dictionnaire, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2010, p. 617-635.

    Jacqueline Nivard

    Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

    More Posts - Website


    Jacqueline Nivard

    Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Rechercher dans OpenEdition Search

    Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search