Expériences muséales en Chine : douloureuses mémoires locales d’un départ forcé

Le dernier numéro de la revue Communications (Paris, Seuil) vient de paraître.

Michèle Baussant, Marine Chauliac, Irène Dos Santos, Evelyne Ribert et Nancy Venel (dir.). Des passés déplacés. Mémoires des migrations. Communications, n° 100, 2017, 181 p. ISBN : 978-2-0213-4060-0.

Présentation du  numéro

Depuis les années 1970, émergent, dans de nombreux pays, des initiatives visant à valoriser les mémoires des migrations. Toutes ont pour objectif l’obtention d’une reconnaissance et la pleine acceptation des migrants (immigrés et émigrés) et de leurs descendants par les populations locales. Ce numéro analyse en amont les raisons et les conditions de cet intérêt ainsi que les caractéristiques des initiateurs mais surtout en aval les effets paradoxaux des actions entreprises. Il questionne l’intérêt conféré par les personnes concernées, migrants et descendants, à ces initiatives, ainsi que l’écart entre les mémoires transmises dans l’espace privé et les usages publics du passé. Enfin, il interroge la croyance en les bienfaits de la mise en récit publique et de la ptarimonialisation des passés migratoires et leur capacité à agir sur les représentations des migrations.

Ce numéro comprend une contribution de Katiana Le Mentec (CECMC) : « Expériences muséales en Chine : douloureuses mémoires locales d’un départ forcé », pp. 135-147

Résumé de l’article

Diorama du déplacement des Trois Gorges, Musée de Yunyang (Municipalité de Chongqing) source : K. Le Mentec, 2014

Le musée de Yunyang (Municipalité de Chongqing) expose la migration planifiée induite par le barrage des Trois Gorges qui a concerné un habitant du district sur six. Basée sur une enquête ethnographique d’un mois menée en 2014, l’analyse présentée dans cet article porte sur l’expression de la subjectivité des visiteurs locaux confrontés aux éléments de la scénographie relatifs aux familles déplacées dans des provinces lointaines (diorama, photographies, cartes, plans, panneaux et diagrammes). La mémoire des habitants visitant le musée semblent s’être cristallisées autour de trois thématiques entrelacées : un départ forcé de la contrée ancestrale, la souffrance de ceux qui sont partis et la brisure du corps social.

Extrait de l’introduction de l’article

La Chine, dont l’histoire des deux derniers siècles est marquée par l’émigration, a doté sa diaspora d’un Oversea Chinese Museum (Xiamen) dès l’époque maoïste, puis en 2009 d’un Museum of Chinese Nationals Residing Abroad (Canton). Phénomènes pourtant conséquents et cruciaux dans l’histoire nationale mais aux enjeux forts différents, les déplacements de population à l’intérieur même du pays, qu’ils soient spontanés ou organisés, n’ont pas bénéficié de telles initiatives, bien que le pays connaisse une fièvre muséale sans précédent. Au sein des expositions, les rares mentions de déplacements planifiés, tels ceux induits par les campagnes maoïstes et les plans d’urbanisme, sont concises et positives. Face à la sensibilité politique du sujet, tant les pouvoirs publics locaux que les entrepreneurs privés du patrimoine préfèrent éviter le casse-tête de l’élaboration d’une scénographie et d’un discours muséal conformes aux exigences du Parti communiste chinois sur le sujet. Dans ce panorama national, la « migration des Trois Gorges » 三峡移民 constitue un cas à part. Entre 1995 et 2009, de un à deux millions de personnes furent délogées en amont du barrage massif des Trois Gorges. En écho à la surmédiatisation de ce déplacement de grande ampleur, des projets muséaux furent élaborés dans les villes affectées par la montée des eaux, alors même que les délocalisations n’étaient pas achevées. […]

Cet article présente des données et une analyse qui font suite à trois autres publications de Katiana Le Mentec :

  • « Chongqing Museums after the Upheaval: Exhibitions in the Wake of the Three Gorges Dam Migration ». Journal of Curatorial Studies, Special issue: China: Curating, Exhibitions and Display Culture. 2015, vol.4, n1, 108-141.
  • « Interprétations plurielles d’un déplacement forcé. De la mémoire et du passé revisités en amont du barrage des Trois Gorges ». In I. Rivoal et M. Baussant [eds.] Logiques mémorielles et temporalités migratoires, Presses de l’UPO, 2015.
  • « Barrage des Trois Gorges : Exposer le monde local après l’immersion. Genèse et programme du premier musée de Yunyang », Gradhiva, Dossier : Chines, l’État au musée, 2012, 16 : 84-105.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.