Création artistique et politique dans la Chine contemporaine

Deux thèses sur la création artistique dans la Chine contemporaine et sur ses rapports à la politique ont été déposées à la bibliothèque du CECMC par Sebastian Veg, directeur d’études à l’EHESS et président du jury de soutenance des deux thèses. Il s’agit de :

1. Yu, Min. « Art sous contrainte : artistes, peinture et politique en République populaire de Chine (1949-1966) ». Thèse préparée sous la direction de Jean-Marie Schaeffer. Paris : EHESS, 2016. 2 vol. (578 et 271 p.).

Résumé

De la fondation de la République populaire de Chine (1949) à la veille de la Révolution culturelle (1966), les artistes furent soumis à un dogme : l’art doit être au service du peuple. Cet impératif, qui fut sans cesse répété, entraîna deux assujettissements. Celui des artistes dont le statut changea radicalement : devenus travailleurs artistiques, ils furent contraints de se plier aux flux et reflux des mouvements de masse et des campagnes politiques. Celui de la création dont la mission fut de cautionner et de célébrer le nouveau régime, et d’éduquer le peuple. Cette recherche tente de déterminer comment la politique artistique du Parti Communiste Chinois, en contraignant les artistes à être « rouges » avant d’être « experts », a bouleversé et mis en concurrence trois sortes de peintures : la peinture à l’huile, la peinture chinoise (guohua), la peinture du nouvel an (nianhua). Au centre de ces bouleversements, se pose la question du choix du réalisme, et plus particulièrement du réalisme socialiste soviétique, comme unique réponse aux attentes politiques : ce choix a-t-il privilégié la lisibilité de la peinture au détriment de ses qualités visuelles ? A-t-il engendré des modèles et des codes plastiques spécifiques pour illustrer la nouvelle politique ainsi que la transformation du paysage, la représentation du peuple ou la célébration du culte de Mao Zedong ? Ou encore cette instrumentalisation de la peinture a-t-elle rencontré des résistances ou des modes de contournement qui ont permis de préserver une part d’autonomie des peintres ?

Abstract

From the foundation of the People’s Republic of China (1949) to the eve of the Cultural Revolution (1966), artists were subjected to a dogma : art must serve the people. This imperative, which was constantly repeated, cause two subjections. For the artists, their status changed radically. To become artistic workers, they were obliged to submit to the ebb and flow of mass movements and political campaigns. For the artistic creation, the mission was to support and celebrate the new regime, and to educate the people. This research attempts to examine how the artistic policy of the Chinese Communist Party, by forcing the artists to be « red » before being « experts », disrupts and put the three kinds of paintings in competition : oil painting, Chinese painting (guohua) and New Year painting (nianhua). At the center of these disruptions, the question of the choice of realism is posed, especially the Soviet socialist realism, which was a unique response to the political expectations. Has this choice prioritized the legibility of painting to the detriment of its pictorial qualities ? Has it engendered specific visual models and codes to illustrate the new policy and the transformation of landscape, the representation of the people, or the celebration of the cult of Mao Zedong ? Or has this instrumentalization of painting met with the resistance or a way of escape, which has preserved some of the autonomy of painters ?

Thèse disponible à la bibliothèque du CECMC

2. Amar, Nathanel. « Scream for Life : usages politiques de la culture en Chine : échanges et résistance au sein de communautés alternatives : le cas des punks et des cinéastes indépendants ». Thèse préparée sous la direction de Jean-Philippe Béja. Paris : Institut d’études politiques, 2015. 1 vol. (448 p.).

Résumé

Cette thèse propose d’analyser l’émergence de la contre-culture en République Populaire de Chine à travers le prisme de la contestation politique, à partir des productions culturelles et d’enquêtes menées dans plusieurs villes chinoises de 2012 à 2015. Deux communautés contre-culturelles ont été étudiées durant la thèse, celles des punks et des cinéastes indépendants. Ce choix permet de révéler des logiques similaires au sein de ces deux communautés concernant leur rapport au politique et aux espaces qu’ils ont créés, dans un État qui contrôle encore fermement l’expression culturelle. La contre-culture chinoise doit être tout d’abord replacée dans le contexte de la gestion, par le Parti communiste, de toute forme d’expression culturelle, et ce depuis les thèses de Qu Qiubai et du Discours sur la littérature et l’art de Mao Zedong. Punks et cinéastes indépendants se placent ainsi dans l’histoire de la résistance des artistes et des intellectuels à la mainmise des autorités chinoises sur le domaine culturel, et trouvent de nouveaux moyens d’exprimer leurs désaccords à travers l’appropriation mineure de techniques qui sont à leur disposition. La thèse propose ainsi d’étudier ces deux formes de contre-culture à travers les effets qu’elles produisent sur les acteurs eux-mêmes, mais également dans la recherche d’espaces autonomes, qui symbolisent la lutte contre la monopolisation de l’espace public par le Parti communiste chinois. L’analyse abordera également l’expression contre-culturelle comme une forme du discours de vérité (parrêsia), dans une société où, selon Liu Xiaobo, « refuser le mensonge constitue précisément la force la plus efficace pour saper la tyrannie ».

Abstract

His thesis offers a study of the emergence of counter-culture in the People’s Republic of China through the lens of political contestation, with the help of cultural productions and a fieldwork carried on in several Chinese cities from 2012 to 2015. Two counter-cultural communities have been studied in this thesis, the punks and the independent filmmakers. This choice allows us to reveal similar logics within these two communities about their relationship to politics and to the spaces they have been able to create in order to produce and release their works, in a State which still tightly controls cultural expression. Chinese counter-culture must first be put back into the context of the management, by the Communist Party, of all forms of cultural expression, from Qu Qiubai’s theories to Mao Zedong’s Talks about literature and art. Punks and independent filmmakers thus place themselves into the history of artists and intellectuals’ resistance against the control by Chinese authorities of the cultural field. They find new tools in order to express their disagreements, through the minor appropriation of available techniques. The thesis proposes to study this two forms of counter-culture through the effects they produce on the actors themselves, through the new forms of subjectivity they create, but also through the search of autonomous spaces, which embodies the struggle against the Chinese Communist Party’s monopoly of public space. The analysis will also address the counter-cultural expression as a kind of speech of truth (parrhesia), in a society where, according to Liu Xiaobo, “to refuse lies is precisely the most effective way to undermine tyranny”.

Thèse disponible à la bibliothèque du CECMC

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search