Maoism at the Grassroots. Everyday Life in China’s Era of High Socialism

Compte rendu inédit par Chistine Vidal, pour les Carnets du Centre Chine, de : Brown Jeremy et Johnson Matthew (dir.). Maoism at the grassroots : everyday life in China’s era of high socialism. Cambridge (Mass.) : Harvard University Press, 2015, 468 p. ISBN : 978-0-6742-8720-4

Issu d’un colloque international qui s’est tenu à l’Université Simon Fraser (Vancouver) en 2010, cet ouvrage collectif illustre les renouvellements intervenus depuis une dizaine d’années dans les études sur la période maoïste. Couvrant plus de deux décennies (milieu des années 1950-1980), il donne à voir des réalités et des expériences individuelles et collectives très diverses. Il invite aussi à relativiser certaines césures considérées comme allant de soi ainsi qu’à se défaire des grilles de lecture binaires ou réductrices sur lesquelles reposent encore parfois les travaux consacrés à cette période.

L’approche « par le bas » adoptée par les auteurs n’est ni une démarche nouvelle ni une démarche exclusivement historienne, contrairement à ce que laissent entendre les premières lignes de l’introduction. Ce qui est nouveau en revanche, et ce dont témoigne admirablement Maoism at the Grassroots, ce sont les possibilités offertes au développement d’une telle approche par l’ouverture des archives locales, la conduite d’entretiens, et l’accès à des matériaux tels que des fichiers de police, des dossiers d’accusation, des plaintes ou des journaux personnels.

L’ouvrage a pour ambition de « rendre compte des changements et continuités du point de vue d’acteurs relativement peu connus » (p. 2) à partir d’une exploration de la vie quotidienne, entendue de manière assez large. Il comporte quatre sections thématiques, rassemblant des contributions privilégiant l’angle local, et portant sur des objets d’étude variés qui sont explorés à partir de matériaux souvent inédits.

La première partie est consacrée aux étiquettes politiques et à la répression, qui a toujours été jugée centrale dans l’histoire de la Chine maoïste et son évaluation. Loin de nier cette place essentielle, les contributions en montrent les formes et les effets sur le long terme, mais apportent aussi du nouveau. Celle de Yang Kuisong (chap. 1) sur la « fabrique » d’un « mauvais élément » condamnée en 1977 à sept ans de prison en raison de ses pratiques sexuelles, et celle de Cao Shuji (chap. 3), qui révèle les conditions dans lesquelles se sont déroulées (de manière quasi-simultanée) la campagne des Cent fleurs et le mouvement antidroitiers en zone rurale, montrent que les risques encourus étaient loin de toujours conduire les gens à renoncer à certaines de leurs pratiques ou valeurs. De même, à la lumière de l’étude que Jeremy Brown consacre à l’impact de la campagne des Quatre assainissements sur la vie de villageois du Hubei et du Henan et à ses suites (chap. 2), les « statuts de classes » apparaissent moins figés que les analyses classiques, plus théoriques, l’ont longtemps laissé supposer, et le poids des cadres locaux plus décisif encore qu’on ne l’a cru dans la mise en œuvre (ou la non mise en œuvre) des politiques décidées à Pékin. Daniel Leesse souligne quant à lui dans le chapitre 4 la détermination et la capacité des plaignants à articuler leur requête selon leurs critères propres au lendemain de la Révolution culturelle, en dépit des limites de la politique de réhabilitation alors engagées.

La seconde partie pose le problème de la participation des individus aux différentes formes de mobilisation propres à la période, à travers trois contributions respectivement consacrées à un groupe de femmes travaillant en milieu rural (Jacob Eyferth, chap. 5), des jeunes gens envoyés à la campagne (Sigrid Schmalzer, chap. 6), et un jeune habitant de Tianjin au lendemain du tremblement de terre de Tangshan (Sha Qingqing et Jeremy Brown, chap. 7). Outre le fossé entre la propagande et la réalité, ces trois études mettent en évidence les impacts concrets des exigences du régime en termes de travail et de conduite. Les deux dernières soulignent notamment les efforts des plus jeunes pour satisfaire ces exigences et les résultats pour le moins ambivalents de ces tentatives, démontrant les limites de leur intériorisation des valeurs officielles du régime.

La troisième partie, centrée sur les domaines de la culture, de l’information et de la religion, atteste de l’existence de produits et de pratiques culturelles et religieuses largement ignorée, ce qui révèle en creux que le système de propagande était moins efficace et moins verrouillé qu’on ne le suppose en général. Des marges de manœuvre bien réelles existaient au niveau local de l’appareil du parti. L’étude de Matthew D. Johnson donne ainsi à voir, de Shanghai et ses environs, un paysage culturel loin de l’uniformité supposée, où les désordres de l’après Grand-Bond et la réduction des moyens de l’appareil culturel local constituent une sorte d’effet d’aubaine dont se saisissent toutes sortes d’acteurs, liés ou non aux institutions culturelles officielles (chap. 8). Michael Schoenhals s’intéresse à l’explosion de brochures et publications mises en circulation par les Gardes rouges au début de la Révolution culturelle : leur contenu atteste d’une pluralité de valeurs et d’opinions (chap. 9). Quant à Wang Xiaoxuan, il souligne dans son enquête sur la mise en œuvre de la politique antireligieuse un phénomène sans doute sous-estimé : nombre de cadres locaux ignorent délibérément les directives interdisant les rituels et cultes locaux (considérés comme « superstitieux »), notamment dans les périodes qui suivent de graves crises comme celle du Grand Bond (chap. 10).

La dernière partie est consacrée aux formes du mécontentement à l’égard du régime et de ses politiques. Dans son enquête sur le soulèvement de Mashan (Guizhou) survenu en 1956, Wang Haiguang analyse les éléments ethnico-religieux qui en constituent la toile de fond et montre la concomitance entre l’entrée en vigueur du système d’achat et de vente (qui prélude à la collectivisation) et le regain de tensions qui aboutit à la révolte, violemment réprimée par les pouvoirs locaux (chap. 11). Zhe Wu étudie pour sa part les tensions et violences interethniques qui caractérisent le Xinjiang des années 1950, en soulignant le rôle complexe joué par les cadres locaux non-han (chap. 12). Enfin, S. A. Smith offre une perspective saisissante sur l’agitation et les révoltes menées tout au long de la période en divers points du territoire par les sociétés rédemptrices. Sa contribution vient démentir l’idée selon laquelle ces groupes religieux auraient été complètement éradiqués au début des années 1950 pour ne renaître qu’après 1978. (chap. 13).

Un épilogue de Vivienne Shu clôt cet ouvrage stimulant qui, sans nier les apports des précédentes recherches, éclaire des aspects et des épisodes mal connus, sinon inconnus, donnant à voir des réalités qui ne cadrent pas toujours avec ce que l’on connaît par ailleurs de cette période et de ses grandes scansions. C’est là un des grands mérites de cette « histoire au ras du sol », qui démontre le parti que l’on peut tirer des matériaux nouvellement accessibles. Ces derniers, élaborés dans des conditions et selon des modalités fort diverses, auraient sans doute mérité une présentation plus détaillée. De même, on peut s’étonner de l’absence de toute référence aux nombreux travaux relevant d’une histoire d’en bas ou d’une histoire du quotidien, bien développées dans certaines historiographies, à commencer par celle de l’Union soviétique. Ces remarques mises à part, Maoism at the Grassroots constitue un livre important dont nous ne pouvons que recommander la lecture.

Christine Vidal

Christine Vidal est historienne, maître de conférences à l’université Lille 3.


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.