Empreintes du tantrisme en Chine et en Asie orientale : imaginaires, rituels, influences

Empreintes du tantrisme en Chine et en Asie orientale : imaginaires, rituels, influences. Textes rassemblés par Vincent Durand-Dastès. Leuven : Peeters, 2016 (Mélanges chinois et bouddhiques ; 32) ISBN: 978-90-429-3034-6

9789042930346Ce volume collectif se propose, à travers ses huit chapitres, de contribuer à délimiter un «domaine tantrique» dans le paysage religieux de la Chine et de ses voisins. Si le bouddhisme ésotérique est au cœur de son propos, on y aborde aussi des pratiques et des représentations qui s’en inspirent en s’en distinguant, qu’elles soient rattachables au taoïsme, au shinto ou témoignent d’une présence plus diffuse au sein de la culture populaire d’Asie orientale.
La première section, Imaginaires, se demande dans quelle mesure un «aspect tantrique» des divinités fut adopté par les peintures liturgiques servant à accompagner un important rituel commun au bouddhisme et au taoïsme, comment les romans en langue vulgaire des XVIe et XVIIe siècles s’inspirèrent des divinités indiennes représentées dans des poses lascives ou furieuses pour construire certaines figures de héros, ou comment le personnage du très populaire dieu-enfant Nezha fut façonné au fil des siècles grâce à l’importation progressive de mythes indiens par le truchement de textes du bouddhisme ésotérique.
La section Rituels explique d’abord comment une efficace prière sanscrite en vint à occuper une place de choix dans la vie religieuse des Chinois du XIe siècle, puis retrace la carrière chinoise d’une œuvre du bouddhisme ésotérique indien, le Chant des noms de Mañjuśrī, avant d’aborder l’usage des mudrā par les maîtres de rituels taoïstes de la Chine du Sud-Est.
La partie Contrepoints montre comment, au Japon, une école prétendument «ésotérique» put finir par compter plus de dix million d’adeptes et son imaginaire comme ses pratiques influer sur les secteurs les plus divers de la société, puis décrit comment en Corée, l’État impérial s’employa à construire et promouvoir des lignées de bonzes spécialisés dans les rituels divinatoires d’inspiration tantrique. L’ouvrage se clôt par un bref essai bibliographique sur les développements récents des études tantriques en contexte chinois.
Ce volume a pour modeste ambition d’apporter aux études sur le bouddhisme ésotérique la contribution de spécialistes de domaines très variés, mais extérieurs au domaine de la pure bouddhologie.
Il rassemble des textes de Brigitte Baptandier, Ester Bianchi, Yannick Bruneton, Vincent Durand-Dastès, Caroline Gyss, Lui Hong, François Macé et Meir Shahar. Introduction (Vincent Durand-Dastès)

Imaginaires

  • Caroline Gyss. Les divinités d’aspect tantrique dans l’iconographie du Shuilu zhai 水陸齋.
  • Vincent Durand-Dastès. Rencontres hérétiques dans les monastères de Kaifeng : le bouddhisme tantrique vu par le roman en langue vulgaire des Ming et des Qing.
  • Meir Shahar. Mythologie indienne, imaginaire chinois: Nezha, Nalakūbara et Kŗşņa.

Rituels

  • Liu Hong. La pratique de la Dhāranī de la Grande compassion (大悲咒) dans la Chine du XIIe siècle d’après le Yi jian zhi 夷坚志 (1198).
  • Ester Bianchi. Chinese Chantings of the Names of Mañjuśrī: The Zhenshi ming jing 真實名經 in Late Imperial and Modern China.
  • Brigitte Baptandier. Les mudrā du Lüshan pai, le battement de la vie.

Contrepoints : Japon et Corée

  • François Macé. Quelques aspects de l’ésotérisme au Japon : depuis les divinités honteuses (Kangiten) et les pratiques abominables (Tachikawa ryû) jusqu’aux divinités familières et protectrices (Dakiniten, Fudômyôô, Jizô, Kannon) mais pas toujours très correctes.
  • Yannick Bruneton. Le tantrisme dans la Corée médiévale : entre école bouddhique, lignée spirituelle et école de pensée, hypothèse d’une école coréenne de Yixing (IXe – XVe siècles).

Bibliographie

  • Vincent Durand-Dastès. Le renouveau des études sino-tantriques, 1990-2010 (suivi de la Bibliographie des sources secondaires).

Plus d’informations

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search