Le vide dans les arts chinois

Conférence de Yolaine Escande dans le cadre du cycle sur l’énergétique chinoise aux Temps du Corps-Centre de culture chinoise.

%e5%b9%bd%e8%98%ad%e3%80%8a%e5%85%83%e6%b0%a3%e6%b7%8b%e6%bc%93%e3%80%8b2017

“Le souffle originel est ruisselant et humide”. Calligraphie de Yolaine Escande (2016)

Dans les activités que les Chinois qualifient d’«arts», en particulier dans les arts graphiques, le vide occupe une place essentielle. Néanmoins, le vide ne se limite pas à une définition par opposition au plein. Comme pour la plupart des catégories esthétiques et artistiques chinoises, le « vide » est une dimension complexe, qui ne porte pas seulement sur le résultat final de l’œuvre ni uniquement sur l’effet visuel du ou des tracés, mais sur la totalité du processus créatif, de l’intention qui préside à l’activité artistique jusqu’à l’émotion ressentie par le spectateur. Il régit également la relation de l’homme au monde. C’est pourquoi le vide sera abordé selon différentes approches, afin de l’appréhender dans toute son étendue.

Date

  • Vendredi 13 janvier 2017, à 19 h 

Lieu

  • Les Temps du Corps – Centre de Culture Chinoise
    10, rue de l’Échiquier – 75010 Paris
    Tél. : 01 48 01 68 28 / secretariat@tempsducorps.org

Plus d’informations

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search