La publication en chinois de «Génération perdue» par Michel Bonnin

La publication, ou plutôt les publications  en chinois de « Génération perdue » peuvent s’apparenter à un véritable parcours du combattant. Mais, le jeu en valait la chandelle et le récit de cette expérience peut sans doute être utile à d’autres sinologues en quête de lecteurs chinois. Pour un sinologue français, la publication dans n’importe quelle langue étrangère est sans doute la bienvenue, mais les deux langues les plus intéressantes sont évidemment l’anglais et le chinois. L’anglais est à la fois une langue de portée internationale et celle des États-Unis, qui abritent la communauté sinologique la plus nombreuse et la plus influente dans le monde, surtout en ce qui concerne la Chine moderne et contemporaine. Quant à la publication en chinois, elle est stimulante, parce qu’elle permet de toucher l’objet d’étude lui-même et parce qu’elle peut être considérée comme une sorte de reconnaissance par des personnes familières avec le sujet. Je ne présenterai ici que mon expérience de publication en chinois, dans la mesure où la publication en anglais est en cours, mais non achevée1.

Une affaire d’amitié et de relations personnelles

Remarquons, tout d’abord, que pour nous autres chercheurs qui ne publions généralement pas des best-sellers, la publication d’ouvrages à l’étranger est rarement le résultat de simples arrangements commerciaux entre éditeurs. Des aides financières extérieures sont généralement nécessaires et, très souvent, l’intervention de relations personnelles, amicales et professionnelles, l’est également. Ainsi, la publication de  « Shiluo de yidai version chinoise de mon livre intitulé en français Génération perdue, n’aurait pu se faire sans l’aide amicale de plusieurs personnes ».2

À l’origine de cette publication, il y a une intervention que j’avais rédigée en anglais pour une conférence en l’honneur du 40e anniversaire de la fondation du Universities Service Centre (USC), aujourd’hui hébergé par l’Université chinoise de Hong Kong. Ce papier, qui présentait certains points abordés dans mon ouvrage consacré au mouvement d’envoi des jeunes citadins à la campagne, a été sélectionné par les organisateurs de la conférence pour être inclus dans un ouvrage en chinois regroupant une partie des interventions. Par manque d’argent, le projet a été abandonné, mais entre-temps, mon papier avait été traduit de l’anglais en chinois par un étudiant chinois vivant en Australie, que je ne connaissais pas. La traduction n’était pas mauvaise, mais j’ai quand même dû proposer un certain nombre de corrections au traducteur pour produire le texte définitif. Xiong Jingming, la directrice adjointe du USC, appréciait mon article, et a décidé de lui chercher un autre débouché après l’échec de son projet éditorial. C’est ainsi qu’il a été accepté par la revue de sociologie Shehuixue Yanjiu (Études sociologiques) dépendant de l’Académie des Sciences sociales de Chine 3.  J’ai obtenu alors ma première expérience à la fois d’un travail éditorial rigoureux en chinois et de la censure politique d’un de mes articles.

Premiers contacts avec la censure

En fait, un de mes textes en chinois avait déjà été censuré en 1989, mais je n’avais pas pu participer à la mise au point de la version définitive, ni même donner mon avis sur le résultat. À l’époque, l’Internet n’existait pas. J’avais rencontré à Paris l’écrivain et ancien jeune instruit Han Shaogong qui, ayant vu l’article publié dans la revue de Hong Kong Zhengming dans lequel je présentais certaines conclusions de ma thèse sur le mouvement d’envoi des jeunes instruits à la campagne, m’avait demandé l’autorisation d’en publier une version légèrement expurgée dans la revue Hainan Jishi qu’il dirigeait alors4. Touché par son enthousiasme et par sa volonté de briser un tabou interdisant à toute une génération de réfléchir à propos de sa propre histoire, je n’avais pu que lui faire confiance. Je ne le regrette d’ailleurs pas, puisque je me suis aperçu très longtemps après que cet article avait joué un rôle dans la vocation des premiers historiens chinois du mouvement ayant commencé à traiter ce sujet au début des années 19905.

Mais, en 2005, les choses étaient différentes, puisque, grâce à l’Internet, j’ai pu participer à la mise au point du texte définitif et négocier avec la rédactrice de Shehuixue Yanjiu en charge de mon article. Celle-ci a fait un travail éditorial remarquable et beaucoup des modifications qu’elle proposait avaient simplement pour but de rendre le texte plus clair et plus concis. Mais d’autres corrections étaient motivées par la prudence politique. Je ne peux pas entrer ici dans le détail, mais ce qui m’a le plus amusé à l’époque était le remplacement au début d’une phrase du nom de Mao Zedong par l’expression « mouge lingdaoren » (« un certain dirigeant »). J’avais finalement obtenu de garder « Mao Zedong » en montrant que l’information en question était tirée d’un ouvrage rédigé sous la direction d’un haut responsable du Bureau des jeunes instruits du gouvernement de l’époque. Je me suis alors rendu compte qu’il était possible de négocier et je ne m’en suis pas privé. Je dois d’ailleurs dire que pour cette publication comme pour celle de Shiluo de yidai, mes relations avec les rédactrices chinoises ont été excellentes. Dans les deux cas, j’ai pu sentir à quel point elles faisaient tout leur possible pour réduire l’ampleur de l’inévitable censure et pour ne pas trahir ma pensée.

Par la suite, Xiong Jingming m’a dit que, puisque mes écrits intéressaient visiblement les Chinois, je pourrais essayer de publier mon livre et elle a proposé de le présenter aux éditions de l’Université chinoise de Hong Kong. Je n’imaginais pas pouvoir traduire 500 pages en chinois, d’une part par manque de temps, et d’autre part, parce que, même si je suis capable d’écrire directement en chinois des articles courts, ma traduction vers le chinois d’un texte déjà écrit sentirait trop la traduction, manquerait de style et d’expressions idiomatiques. J’ai donc demandé à une amie de longue date, Annie Au-yeung, formée à l’Institut des langues étrangères de Pékin mais vivant à Hong Kong, si elle accepterait de traduire un chapitre ainsi que le sommaire, et j’ai obtenu du Centre Chine de l’EHESS une petite somme pour payer cette tâche. La réponse du comité de lecture de Chinese University Press ayant été positive, nous avons poursuivi la traduction.

La traduction comme passion partagée

Le problème du paiement a été, pendant tout ce temps, un casse-tête pour moi et je n’ai finalement pas trouvé d’autre solution que de promettre à la traductrice de la payer sur mes droits d’auteur, c’est-à-dire de lui donner une somme dérisoire par rapport au très gros travail qu’elle a accompli. J’espérais obtenir un soutien du Consulat général de Hong Kong ou de l’Ambassade de France à Pékin, mais finalement, cela n’a pu se faire, essentiellement à cause de la lourdeur de la procédure et du fait qu’elle devait être entreprise par l’éditeur lui-même6.

Heureusement, ma traductrice était une véritable amie et elle s’est également passionnée pour le livre et pour ce travail, que nous avons réellement fait à deux grâce à l’Internet. Je relisais chaque passage en surlignant d’une certaine couleur ce qui ne me plaisait pas et en proposant autre chose, qu’elle acceptait ou remplaçait par une troisième solution surlignée d’une autre couleur. Il est arrivé que nous ayons jusqu’à six ou sept échanges pour un passage de quelques pages qui devenait ainsi très coloré. Ce travail nous a certainement été très bénéfique à tous les deux linguistiquement, même s’il ne l’a pas été financièrement. En tout cas, depuis la publication à Hong Kong, début janvier 2009, la plupart des lecteurs chinois m’ont affirmé que l’ouvrage ne sentait pas du tout la traduction. Par ailleurs, je peux garantir la fidélité à l’original et l’absence des contresens et des faux-sens qui entachent un très grand nombre de traductions publiées en Chine. Mais, même en faisant preuve de la plus grande rigueur, il n’y a pas de traduction parfaite. En passant d’une langue à l’autre, certaines nuances disparaissent et l’on risque de surtraduire ou de sous-traduire. J’ai également constaté que certaines phrases qui, en français, ne me paraissaient pas poser de problème, étaient en réalité ambiguës et le fait de les réécrire en chinois m’a obligé à clarifier ma pensée.

Une divine surprise : l’autorisation de publication à Pékin

C’est surtout en retravaillant le texte pour la version pékinoise que j’ai constaté des problèmes de nuances. Mais j’ai découvert aussi d’autres choses intéressantes au cours de cet exercice. Je ne pensais pas que le livre pourrait sortir en Chine continentale, et jusqu’au dernier moment, je n’osais y croire. Plusieurs amis chinois, spécialistes du mouvement d’envoi à la campagne ou familiers du milieu de l’édition, étaient très sceptiques sur la possibilité de publier ce livre sur le continent. Mais, j’ai compris depuis quelques années que les frontières du tolérable et de l’intolérable dans l’édition sont très fluctuantes. Un sujet qui est tabou pendant des années peut soudain devenir « acceptable », avant, éventuellement, de redevenir tabou. J’ai compris aussi que la tolérance à l’égard des étrangers est plus grande qu’à l’égard des auteurs chinois. Les étrangers peuvent avoir certaines « mauvaises pensées », sans que cela tire à conséquence. Du moins, on ne peut pas les contraindre à utiliser tout le vocabulaire orthodoxe, ni à intérioriser toutes les idées qui vont avec. Malgré tout, cette tolérance a des limites que j’ai pu tester.

Comme dans le cas de la version hongkongaise, la publication pékinoise n’aurait pas été possible sans certains soutiens amicaux. Un de mes anciens étudiants retourné depuis peu en Chine m’a envoyé un jour un courriel disant : « J’ai trouvé un éditeur pour votre livre. » J’étais un peu sceptique, mais, comme je devais me rendre à Pékin, il m’a donné rendez-vous pour me présenter un écrivain bien introduit dans les milieux de l’édition, avec qui j’ai sympathisé et qui m’a promis de faire tout son possible pour m’aider à trouver un éditeur. Je lui avais envoyé la version électronique complète du livre, celle que j’avais déjà envoyée à l’éditeur de Hong Kong. C’était bien avant la publication effective par Chinese University Press. Un an après, l’ouvrage était enfin publié à Hong Kong, et j’ai reçu un courriel me disant qu’il était accepté également par les Éditions encyclopédiques de Chine (Zhongguo dabaike quanshu chubanshe), une maison sérieuse et officielle de Pékin. La responsable des ouvrages académiques, qui était une ancienne amie de l’écrivain en question, avait présenté le projet pour accord au Bureau des publications du Département central de la propagande qui l’avait transmis pour avis au Centre de recherches sur l’histoire du Parti dépendant du Comité central. L’avis avait été favorable, et même élogieux, mais avec certaines propositions de changement dont il faudrait tenir compte.

J’ai répondu que j’étais très heureux et très honoré, que je ne m’opposais pas en principe à certaines modifications, mais que je voulais d’abord savoir ce qui était demandé et faire moi-même le texte définitif. L’éditrice m’a alors tout simplement envoyé la liste des problèmes telle qu’elle l’avait reçue des autorités. J’étais très heureux de recevoir ce document pour deux raisons : d’une part, c’était une véritable leçon de choses pour quelqu’un qui s’intéresse comme moi au fonctionnement du système politique chinois, et notamment au contrôle des idées ; d’autre part, toutes les demandes me paraissaient acceptables, sauf une qui était de supprimer le titre Génération perdue et de ne garder que le sous-titre : Le mouvement d’envoi des jeunes instruits à la campagne en Chine, 1968-1980. Heureusement, cette demande était présentée plutôt comme un souhait que comme une exigence et l’éditrice m’a dit que, si j’insistais, je pourrais conserver le titre, ce que j’ai fait.

Une autocensure peu douloureuse

Dans l’ensemble, ce petit texte de seize lignes demandant huit changements était d’ailleurs très poli et se présentait comme une « proposition d’ajustement du manuscrit » (« shugao tiaozheng de jianyi »). Il ne demandait la suppression pure et simple que d’une seule phrase dans laquelle je parle de Wei Jingsheng (célèbre dissident chinois que je cite à propos d’un épisode de la Révolution culturelle qu’il a décrit dans son autobiographie), et encore c’était en mettant en avant le fait, exact, que cette phrase n’avait pas beaucoup de rapport avec l’envoi à la campagne et en demandant que l’on prenne en compte le caractère « fuza » (littéralement « compliqué », en fait « délicat ») de ce sujet. Pour le reste, il s’agissait seulement de modifier des termes jugés trop peu respectueux à l’égard des dirigeants (trois changements dans cette catégorie) ou à l’égard du mouvement d’envoi à la campagne ou du régime lui-même. Le terme « fin de règne » (« yidai wangchao de zhongjie ») appliqué aux dernières années maoïstes a été, par exemple, jugé inapproprié. Nous l’avons remplacé par « fin d’une époque » (« yige shidai de zhongjie »). Le terme de daguanjia (grand intendant) appliqué à des dirigeants comme Liu Shaoqi ou Zhou Enlai par opposition au grand dirigeant et idéologue Mao a été jugé trop ironique. Nous l’avons remplacé par zhangguan shiwu de lingdao (dirigeant en charge des affaires pratiques), terme plus neutre et en fait plus proche de l’original français (gestionnaire) que daguanjia choisi dans la version hongkongaise, car il est fréquemment employé dans le vocabulaire politique chinois non officiel et semblait plus idiomatique et parlant que la traduction littérale guanliyuan.

La demande qui nous a fait perdre le plus de temps a été celle de changer la traduction de l’expression « envoyer à la campagne » qui apparaît évidemment à de nombreuses reprises dans le texte. Cette demande m’a paru tout à fait acceptable, dans la mesure où nous avions employé assez souvent l’expression « qiansong » qui implique une notion claire de contrainte, alors qu’ « envoi » est neutre en français. Mais il y avait deux raisons à ce choix : une raison de fond, car ces envois étaient la plupart du temps faussement volontaires et donc assimilables à des « déportations volontaires », terme ironique que j’emploie dans un sous-titre (qui a évidemment déplu au censeur). Mais il y avait aussi une raison linguistique : le fait que le verbe xiaxiang n’est pas transitif. On ne peut pas dire xiaxiang yige ren. On est obligé de dire xiafang qui est moins précis, car on peut xiafang ailleurs qu’à la campagne. Mais finalement, nous nous sommes rabattus sur xiafang ou sur des expressions comme rang (yige zhiqing) xiaxiang (faire descendre un jeune instruit à la campagne). C’était un vrai casse-tête, car on ne pouvait pas faire un simple remplacement automatique par le logiciel de traitement de textes. Il fallait revoir la structure même de la phrase.

Le point sans doute le plus délicat et celui qui avait été gardé pour la fin par le censeur était l’emploi du terme « totalitarisme » pour décrire le régime maoïste. Selon lui, cette expression est « inappropriée et en outre sensible » (« tifa bu shidang, erqie mingan »). Ne voulant pas supprimer l’ensemble du passage, qui se trouve dans la conclusion, j’ai rusé en transformant « pouvoir totalitaire » en « pouvoir charismatique », et j’ai gardé le reste du texte intact, ainsi que les notes qui renvoient à des ouvrages occidentaux de réflexion sur le totalitarisme. Mon point de vue reste donc très clair et, comme les termes meili quanwei et meili lingxiu sonnent assez positivement en chinois, j’espérais bien que cela pourrait passer. L’éditeur, en tout cas, a été satisfait.

Un nouvel obstacle inattendu : le contrat

Hélas, mon parcours du combattant n’était pas terminé avec la mise au point du texte définitif. Le contrat a posé aussi beaucoup de problèmes, mais sa mise au point a été également très instructive. Quand j’ai accepté la proposition des Éditions encyclopédiques, la responsable des ouvrages académiques m’a envoyé un projet de contrat qui m’a frappé par son contenu très différent de celui des contrats que j’avais déjà signés en France. On y parlait beaucoup plus de politique que de commerce. Il fallait s’engager à respecter un tas de choses. Ceux qui pensent que la Chine est devenue un pays capitaliste à peu près comme les autres n’ont pas lu un contrat d’édition chinois. En outre, l’éditeur insistait pour signer directement avec moi en m’affirmant que j’avais le droit de le faire, alors que j’avais signé un contrat avec les Éditions de l’EHESS pour toutes les langues et que celles-ci avaient accordé les droits à Chinese University Press pour toutes les versions chinoises (j’avais essayé de ne concéder que les droits pour le chinois traditionnel, mais CUP avait refusé en affirmant que les marchés hongkongais et taiwanais étaient trop étroits). Finalement, j’ai réussi à convaincre l’éditeur pékinois de signer avec celui de Hong Kong.

C’était donc aux responsables de CUP de leur proposer un contrat, mais j’ai constaté qu’ils faisaient traîner les choses et j’ai finalement compris qu’ils voulaient attendre d’avoir écoulé une bonne partie de leur stock avant de signer pour une édition pékinoise qui leur ferait du tort commercialement, car les livres du continent peuvent entrer à Hong Kong et sont moins chers. Heureusement, la nouvelle directrice des éditions de Hong Kong, qui a repris le dossier après le départ à la retraite du précédent, est la femme du poète Bei Dao qui est un ami. En outre, elle a elle-même une expérience de responsable d’édition à Pékin. Elle s’est donc laissée convaincre par mes arguments, selon lesquels l’autorisation reçue était une chance qu’il fallait saisir avant que les autorités ne changent d’avis et que, de toute façon, les droits que CUP toucherait de Pékin compenseraient largement les pertes, car le marché chinois était clairement plus important que celui de Hong Kong, surtout sur un sujet intéressant directement environ 18 millions de citadins du continent. J’ai aussi fait valoir que l’éditeur chinois insistait pour sortir le livre rapidement et menaçait, sinon, d’abandonner.

Le piratage : un douteux honneur

J’ai compris un peu plus tard la raison principale de cette hâte  de l’éditeur pékinois, quand j’ai vu que la librairie en ligne chinoise Kongfuzi jiushudian (Librairie Confucius de livres anciens) vendait déjà une version photocopiée du livre deux semaines après sa sortie à Hong Kong et surtout quand, lors de mon passage en juin à Pékin et Shanghai, j’ai rencontré plusieurs personnes qui avaient déjà lu une autre version piratée du livre (que j’ai moi-même pu me procurer dans les deux villes). Cette version n’est pas censurée. Elle est en caractères traditionnels, mais le problème est qu’elle a été retapée avec quelques fautes de caractères et surtout une police différente, un format de livre différent et une façon différente de numéroter les notes, si bien que tous les renvois internes au livre (numéros de pages ou de notes) sont faux. Malgré tout, elle a un certain succès. Une amie de l’Institut de sociologie de l’Académie des Sciences sociales de Chine m’a écrit, avant la sortie de la version chinoise légale, qu’un chercheur avait dit, lors d’une réunion, qu’il avait acheté cette version piratée et que plusieurs collègues avaient alors déclaré qu’ils avaient fait de même. Elle ajoutait que tous en avaient dit du bien et affirmé qu’il était plus intéressant que ce qui était écrit par les auteurs chinois. Elle me demandait si ce succès de l’édition piratée me satisfaisait ou me déplaisait. Je lui ai répondu qu’il me satisfaisait plutôt, mais que j’aurais bien aimé que les pirates soient plus consciencieux et évitent de faire des changements intempestifs.

En y réfléchissant plus profondément, je me suis également demandé dans quel monde les autorités chinoises allaient nous faire entrer, si les auteurs, y compris étrangers, en venaient à souhaiter que leurs oeuvres soient piratées pour pouvoir accéder sans censure à leur public. Tout récemment, un lecteur hongkongais travaillant à Pékin a écrit à CUP pour dénoncer le fait que, malgré la sortie de la version légale, l’édition piratée se vend toujours dans la rue et dans les petites librairies de quartier. CUP a donc demandé aux Éditions encyclopédiques d’entreprendre des démarches pour mettre fin à cette situation anormale qui touche les intérêts des deux maisons. Mais, j’ai su de façon officieuse que l’éditeur chinois n’a strictement aucun espoir de pouvoir faire quoi que ce soit contre les pirates. Cette situation est si banale en Chine que la police ne daignerait même pas répondre à une demande d’intervention.

La seule question intéressante est celle de savoir pourquoi des lecteurs continuent à acheter la version pirate. Je vois trois explications possibles, qui ne sont pas exclusives :

  • la version pirate est moins chère (elle coûte environ 15 yuans, alors que la version officielle coûte 45 yuans en librairie et 32 yuans sur l’Internet)
  • certaines personnes peuvent voir la version pirate chez un petit marchand et l’acheter sans savoir qu’il existe une version officielle en chinois simplifié
  • Bien que les Chinois du continent préfèrent de beaucoup lire en caractères simplifiés, ils peuvent avoir plus confiance dans une édition en caractères complexes qui se présente comme la copie exacte de la version originale de Hong Kong que dans une version officielle qu’ils soupçonnent par principe d’être lourdement censurée. Les exemples sont en effet nombreux d’ouvrages académiques publiés à Hong Kong ou à Taiwan qui ont été entièrement défigurés par leurs éditeurs du continent pour raison de censure. Cette question du degré de censure de la version officielle chinoise est celle qui m’a été le plus régulièrement posée lors des conférences que j’ai faites à Pékin et des interviews que j’ai données au mois de juillet 2010. Elle l’est également sur de nombreux sites Internet où mon ouvrage est discuté.

Une expérience riche d’enseignements

Mais revenons à notre contrat : l’accord de CUP sur le fait d’envoyer rapidement un projet de texte a été loin de signifier la fin de mes tourments. Il a fallu ensuite négocier les termes. Pékin refusait de garantir la publication inchangée du texte et Hong Kong craignait qu’il ne soit changé sans possibilité de contrôle. Il a donc fallu que, de Paris, je passe des demi-heures au téléphone, d’abord avec l’un puis avec l’autre, puis de nouveau avec l’un, pour résoudre le problème. La solution a consisté à me faire entrer directement dans les termes du contrat (alors que normalement c’est uniquement une affaire entre les deux éditeurs), en spécifiant que l’auteur aurait le dernier mot sur le texte définitif. J’ai trouvé également instructif d’être, moi l’étranger, le seul à pouvoir surmonter l’obstacle d’une profonde méfiance réciproque entre Pékinois et Hongkongais.

Toute cette expérience a été très riche d’enseignements et d’informations. Grâce à elle, j’ai pu avoir une compréhension directe de certains fonctionnements que je ne connaissais alors qu’en tant qu’observateur extérieur. À plusieurs reprises, je me suis surpris à penser « comme un Chinois », c’est-à-dire, par exemple, à spontanément chercher comment ruser dès que j’étais confronté à un obstacle ou bien à m’inquiéter d’une recension trop élogieuse qui insistait sur les audaces de mon livre, en me demandant quels ennuis cela risquait de me causer avec les autorités ou avec mes collègues chinois écrivant sur le même sujet. Finalement, si tout s’est bien passé en Chine continentale, c’est que, d’une part, j’ai investi beaucoup d’énergie et que, d’autre part, j’ai su, sans rien abandonner d’essentiel, faire les quelques compromis nécessaires.

Jusqu’au dernier moment, j’ai pu avoir une expérience directe des aléas politiques qui ponctuent la vie des Chinois. Le livre devait sortir en septembre 2009, mais comme je n’avais plus de nouvelles, j’ai téléphoné à l’éditrice qui, un peu gênée, m’a confirmé ce dont je me doutais, c’est-à-dire que la publication de tous les ouvrages « sensibles » (mingan) avait été reportée à après le 60e anniversaire de la République populaire de Chine, le 1er octobre 2009. Finalement, il est sorti dans les derniers jours de décembre et est daté de janvier 2010.

Beaucoup de lecteurs ont du mal à croire la réalité de la si légère censure subie par l’ouvrage. Elle m’a d’abord surpris moi-même. Je l’explique par le fait que j’ai gardé le contrôle du texte, du début à la fin, en demandant à faire moi-même les inévitables ajustements. Je l’explique également par l’honnêteté de l’éditrice, qui a totalement respecté ma volonté, à partir du moment où j’acceptais de jouer le jeu selon les règles chinoises, et donc de ne pas prendre le risque de lui causer de graves ennuis7.

Le signe d’une ouverture ?

Plus fondamentalement, il est possible que la sortie de mon livre signale un assouplissement de l’interdiction de parler de la Révolution culturelle et de critiquer Mao. Lors de mes conférences à Pékin, plusieurs auditeurs se sont félicités de ce qu’ils considéraient comme le signe d’un début d’ouverture dans ce domaine. Personnellement, mon hypothèse, qui demande encore à être confirmée, est que certains dirigeants actuels (sans doute pas tous) commencent à comprendre le risque d’une occultation complète des aspects sombres du maoïsme, car les jeunes, totalement ignorants de l’histoire, ont tendance à idéaliser Mao et à utiliser son image et ses écrits pour critiquer le régime actuel. Je sais, par ailleurs, qu’il y a au sein d’institutions comme le Centre de recherches sur l’histoire du Parti des historiens officiels qui sont eux-mêmes des membres de la génération des Gardes rouges et des jeunes instruits. Ces historiens concernés font leur possible pour que l’histoire de cette période devienne un sujet autorisé, au moins dans le domaine académique. Un ouvrage historique écrit par un chercheur étranger est sans doute un excellent moyen de faire connaître certaines vérités, sans que cela ne tire à conséquence. Le passage du temps est aussi un atout. Ainsi, la période des années 1950 subit déjà moins de restrictions8.

Par ailleurs, je suis, depuis la sortie de ce livre, confronté à de nombreux témoignages de gratitude de la part de personnes qui sont heureuses et fières que leur expérience ait été jugée suffisamment intéressante pour qu’un étranger consacre tant d’années à l’étudier et à la comprendre. Ce sentiment peut très bien toucher également des personnes ayant des responsabilités au sein du système.

Quoi qu’il en soit, le succès de l’ouvrage ne peut que me réjouir. L’édition de Hong Kong a déjà été réimprimée. Celle de Pékin a également connu une deuxième impression et une troisième devrait sortir avant la fin de l’année, soit moins d’un an après la sortie de l’ouvrage en Chine continentale. Ce qui est très satisfaisant (et qui me remplit à mon tour de gratitude), c’est que la réaction prévisible de Chinois considérant qu’un étranger ne peut par principe comprendre l’expérience vécue par des Chinois est très minoritaire (bien qu’elle s’exprime aussi). Ce qui est au contraire frappant, c’est l’intérêt que suscite chez beaucoup d’anciens jeunes instruits le regard de quelqu’un d’extérieur sur un événement qui les a marqués profondément et dont ils ont souvent le sentiment que leurs propres enfants sont incapables ou n’ont pas envie de le comprendre. Ce sentiment prend parfois un tour extrême quand des commentateurs affirment que, comme pour Dunhuang, l’étude des jeunes instruits n’existe qu’à l’étranger, et notamment dans mon livre9. En réalité, plusieurs auteurs chinois comme Liu Xiaomeng et Ding Yizhuang ont publié des ouvrages de grande qualité sur le mouvement d’envoi à la campagne. Simplement, leur approche et leur point de vue peuvent paraître moins originaux ou moins nouveaux à des lecteurs qui partagent avec eux une culture politique imposant un certain vocabulaire et certains tabous.

Help yourself

J’encourage donc mes collègues travaillant sur l’histoire de la Chine contemporaine à tenter aussi leur chance, s’ils ne l’ont déjà fait. Bien sûr, avant même le problème de la censure, se pose ceux du coût et de la réalisation de la traduction. De ce point de vue, tout le monde ne peut avoir la chance que j’ai eue de trouver une traductrice aussi sérieuse. Il existe cependant des possibilités d’aide financière partielle, que ce soit au niveau du Service culturel de l’ambassade de Pékin ou, à Paris, du Centre national du Livre (CNL).

Mais, ce qui existe est sans doute insuffisant. Il faudrait que les responsables prennent conscience qu’il n’est plus possible de publier uniquement en français. Tout ne doit pas être traduit, bien sûr, mais si nous voulons, nous autres sinologues, exister au niveau international, il faut que nous obtenions une aide pour publier certains textes importants en chinois et en anglais. Il faudrait réfléchir aux différents niveaux où ce travail pourrait être fait. Je suis très fier d’avoir créé une revue, Perspectives chinoises, qui a deux versions, une française et une anglaise. C’est une chance, je pense, pour tous nos collègues qui peuvent se faire connaître dans les deux langues. Il est probable, d’ailleurs, que ce bilinguisme soit la seule solution pour que l’on continue à publier des travaux de qualité en français. C’est pourquoi les éditeurs devraient être plus actifs dans ce domaine. Les éditions de l’EHESS qui ont publié mon livre semblent de plus en plus conscientes de ce problème, même si leurs moyens d’action sont limités. Peut-être faudrait-il que les éditeurs académiques se créent des réseaux de traducteurs ou emploient des personnes qui seraient formées pour trouver des éditeurs étrangers et obtenir des aides pour le financement de la traduction. Des institutions comme le Réseau Asie ou la Maison des sciences de l’homme, et bien d’autres institutions, y compris le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, pourraient aussi y réfléchir, car le soutien à la traduction fait partie du soutien à la recherche.

Mais, quelles que soient les aides dont on puisse éventuellement bénéficier, il me semble que la morale de cette aventure de publication en langue étrangère que j’ai vécue est la suivante : « Si vous voulez que les choses soient faites, et bien faites, faites-les vous-même ! ».

  1. Cet article a été spécialement préparé pour les Carnets du Centre Chine à partir d’une intervention orale lors d’une conférence []
  2. Les références des trois versions (légales) parues sont les suivantes : Michel Bonnin, Génération perdue. Le mouvement d’envoi des jeunes instruits à la campagne en Chine, 1968-1980, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2004, 491 p.; Pan Mingxiao (Michel Bonnin), Shiluo de yidai – Zhongguo de shangshan xiaxiang yundong, 1968-1980, Hong Kong, The Chinese University of Hong Kong, 2009, 468 p.;  Pan Mingxiao (Michel Bonnin), Shiluo de yidai – Zhongguo de shangshan xiaxiang yundong, 1968-1980, Pékin, Zhongguo dabaike quanshu chubanshe, 2010, 454 p. []
  3. Pan Mingxiao (Michel Bonnin), « Shangshan xiaxiang yundong zai pingjia » (« Réévaluation du mouvement d’envoi des jeunes instruits à la campagne »), Shehuixue yanjiu, n°5, 2005, p. 154-181. []
  4. Pan Mingxiao (Michel Bonnin), « Gaizao yidai ren zhanlüe de xingwang » (1 et 2) (« Naissance et déclin de la stratégie de réforme de toute une génération »), Zhengming, janvier 1989, p. 54-57 ; février 1989, p. 76-78. []
  5. Voir notamment deux ouvrages pionniers qui font référence à cet article : Liu Xiaomeng, Ding Yizhuang, Shi Weimin & He Lan, Zhongguo zhiqing shidian (Encyclopédie des jeunes instruits), Sichuan renmin chubanshe, 1995, p. 222-223, et Huo Mu, Guangrong yu mengxiang – Zhongguo zhiqing ershiwunian shi (Gloire et rêves. Vingt-cinq ans d’histoire des jeunes instruits chinois), Chengdu chubanshe, 1992, p. 452 []
  6. Il faut ici préciser que j’ai été très bien accueilli par Christine Cornet, à l’époque responsable de la politique du livre au Service culturel de l’Ambassade de France à Pékin, et que ce service a mis en place un système qui a permis à de nombreux ouvrages français d’être traduits et publiés en Chine. Mais, ce système est fait pour faciliter des négociations entre éditeurs et implique que l’éditeur chinois soit à la fois très motivé et bien informé de la façon dont il fonctionne. En France, l’aide que l’on peut obtenir du CNL est également utile, mais n’étant que partielle, elle nécessite une forte implication des éditeurs concernés. Mon cas était sans doute trop atypique pour entrer dans les procédures habituelles, mais la mauvaise connaissance que j’avais du système au départ ne m’a pas aidé. J’encourage les collègues désireux de publier en langue étrangère à tenter de bénéficier des soutiens institutionnels existants et à bien se renseigner avant de commencer la traduction []
  7. Ma seule déception a été l’absence des photos, que l’éditrice a attribuée à un souci de limiter le prix de l’ouvrage, mais sans cacher tout à fait une autre préoccupation : le fait que certaines de ces photos, montrant les manifestations et grèves de la faim des jeunes instruits à la fin du mouvement, pouvaient poser problème []
  8. Voir, par exemple, les travaux de Yang Kuisong sur les débuts du régime ou les dossiers d’accusation et les mémoires de droitiers qui ont été publiés officiellement []
  9. Pei Yiran, « Yi qian ba bai wan zhiqing xiaxiang zhenxiang » (« La vérité sur l’envoi à la campagne de 18 millions de jeunes instruits »), Kaifang, octobre 2009, p. 92-93. D’autres commentateurs expriment la même idée sur divers sites Internet. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.