In memoriam Joël Thoraval (1950-2016)

La dernière livraison (n° 3, 2016) de la revue Perspectives chinoises/China Perspectives rend hommage à notre collègue Joël Thoraval, par la voix de Sébastien Billioud, son collègue et ami.

Le 7 mars 2016, Joël Thoraval nous quittait, terrassé en quelques semaines par un cancer foudroyant découvert malheureusement trop tard. La sinologie perd avec lui un chercheur hors normes, aux intuitions souvent lumineuses, dont la curiosité intellectuelle immense et le savoir quasi encyclopédique sur les univers culturels les plus variés servaient une pensée profondément originale. Ses collègues et amis se souviendront aussi d’un homme fin, plein d’esprit, foncièrement ouvert et d’une grande modestie.
Joël Thoraval est né à Brest en 1950. Après des classes préparatoires marquées par l’ambiance militante de 1968, il entre à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm où il suit notamment les cours de Maurice Godelier dont il restera toujours proche tout en effectuant parallèlement des études de philosophie et d’histoire. Intéressé par l’Asie centrale, il se forme ensuite à l’archéologie et aux langues de la région (sogdien, pehlevi, mais aussi russe), s’engage dans des études de doctorat et part travailler en archéologue en Afghanistan sur le site hellénistique d’Aï-Khanoum où il passera plusieurs années, notamment comme dernier pensionnaire scientifique de la Délégation Archéologique Française. Son séjour est interrompu en 1980 par l’invasion soviétique qui met brutalement fin à son premier projet scientifique. Un concours de circonstances lui offre alors l’opportunité de partir en Chine où il étudie dans un premier temps à Shanghai avant de devenir attaché culturel à Pékin (1981-84), chercheur à l’Université chinoise de Hong Kong (1984-1991) et Conseiller culturel à Hong Kong. C’est à ce poste qu’il jouera un rôle important pour faciliter la création par Michel Bonnin du CEFC et de Perspectives chinoises. En 1994, il quitte l’Asie pour rejoindre le Centre Chine de l’EHESS.

Lire l’hommage

On 7 March 2016, Joël Thoraval left us, struck down in a few weeks by a devastating cancer that was unfortunately discovered too late. In him sinology has lost an outstanding researcher whose brilliant insights, boundless intellectual curiosity, and encyclopaedic knowledge of a wide range of cultural universes sustained his profoundly original thinking. He will also be remembered by his colleagues and friends as a subtle mind with a ready wit and as a fundamentally modest man.
Joël Thoraval was born in Brest in 1950. After his undergraduate days marked by the militant atmosphere of 1968, he enrolled at the École Normale Supérieure in Paris, where he was particularly keen to attend the lectures by Maurice Godelier, to whom he always remained close, while at the same time he continued his studies in philosophy and history. His attraction to Central Asia led him to train himself in archaeology and the languages of that region (Sogdian, Pehlevi, but also Russian), and for his doctorate he left to work as an archaeologist on the Hellenistic site of Aï-Khanoum in Afghanistan. He was to spend several years there, as a researcher at the French Archaeological Delegation. His stay was interrupted in 1980 by the Soviet invasion, which put a brutal end to his first scientific project. A combination of circumstances then gave him the chance to leave for China, where he began by pursuing his studies in Shanghai before taking up various posts: as Cultural Attaché in Beijing (1981-1984), as a research fellow at the Chinese University of Hong Kong (1984-1991), and then as Cultural Councillor in Hong Kong. In this last position he played a major role in helping Michel Bonnin to set up the CEFC and Perspectives chinoises/China Perspectives. In 1994 he left Asia to join the EHESS China Centre in Paris.

Read more



Citer ce billet
Monique Abud (2016, 7 novembre). In memoriam Joël Thoraval (1950-2016). Carnets du Centre Chine (CNRS/EHESS). Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mftl

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search