Sauvegarde du patrimoine architectural en Chine : la notion de guji, 1909-1937

Soutenance de thèse de Doctorat d’histoire de Lingqiong Xie-Fouques, intitulée « Sauvegarde du patrimoine architectural en Chine : la notion de guji, 1909-1937 ». préparée sous la co-direction d’Anne Cheng (Collège de France-CECMC) et de Caroline Bodolec (CNRS-CECMC).

Jury

  • Mme Anne Cheng (directrice de thèse), Collège de France
  • Mme Caroline Bodolec (co-directrice de thèse), CNRS
  • Mme Marianne Bujard, École pratique des hautes études
  • Mme Laurence Gillot, Université Paris Diderot
  • M. Antoine Gournay, Université Paris-Sorbonne
  • Mme Susan Naquin, Princeton University
  • M. Xavier Paulès, EHESS

Date

  • Mardi 15 novembre 2016, à 14 h 00

Lieu

  • Maison de l’Asie
    22, avenue du Président Wilson – 75116 Paris

Résumé

La thèse examine la notion de guji, littéralement « traces du passé », à partir des règlementations et institutions nationales pour la protection du patrimoine, et des actions de sauvegarde de sites impériaux et de temples bouddhiques à Pékin. La période étudiée couvre la fin de la dernière dynastie impériale et les premières décennies de l’ère républicaine jusqu’à la Guerre sino-japonaise en 1937. Guji est un terme employé dans la Chine impériale pour désigner généralement les sites bâtis ou naturels et les constructions susceptibles de susciter un sentiment de remémoration du passé. Nous l’empruntons dans notre étude de façon à mettre en avant la spécificité chinoise dans l’interprétation du concept de patrimoine architectural. Si progressivement, la valeur architecturale et l’état originel de monuments sont devenus des critères de qualification dans les règlementations, élaborées par des spécialistes formés en Occident et inspirées d’expériences occidentales, ils sont loin d’être une réelle préoccupation dans la pratique de sauvegarde. La fonction d’un site ou d’une construction constitue souvent le facteur décisif dans la transformation des lieux, et conditionne ainsi le devenir de la forme architecturale. L’absence d’une réelle attention à la matérialité du patrimoine est profondément liée à la perception de l’architecture dans la Chine impériale : loin d’être une œuvre artistique intrinsèque, la construction est vue comme un composant d’un ensemble vivant et organique, dont la fonction est le garant de la vitalité. Par l’examen de la notion de guji, nous voulons démontrer la forte connexion culturelle entre l’époque impériale et l’ère républicaine.

Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts


Monique Abud

Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.