Mythes d’inondation et leurs héros en Chine

Musée du folklore Qiang à Beichuan (Sichuan), K. Le Mentec, 2015

Musée du folklore Qiang à Beichuan (Sichuan), K. Le Mentec, 2015

Katiana Le Mentec (chercheur au Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine) interviendra dans le panel “Sacrées eaux !” du festival Les Reclusiennes.

Thème de l’intervention

Façonnage idéologique et usage politique des mythes d’inondation et de leurs héros en Chine

Après une courte entrée en matière sur l’existence à travers le monde de nombreux mythes portant sur un déluge primordial, je présenterai la spécificité chinoise du mythe de Yu le Grand ingénieur des eaux érigé en démiurge capable de maîtriser les eaux débordantes menaçant le monde sous le ciel.

Cette référence culturelle aujourd’hui largement partagée en Chine est l’aboutissement d’un long travail de façonnage mené par les élites chinoises et notamment les lettrés et penseurs confucianistes, a commencé par Mencius (4ème siècle avant J-C). Les remaniements menés sur cette légende épique ont été examinés par de nombreux sinologues qui en pointent les aspects idéologiques et politiques. En effet, la gestion efficace des eaux débordantes permet de légitimer la prise de pouvoir ; le mythique Yu le Grand n’est autre que le fondateur de la première dynastie chinoise – légendaire – des Xia. La communication présentera les grandes lignes de ce travail d’élaboration historiographique et discutera la présence dans la province du Sichuan, d’autres récits fondateurs d’un nouveau régime ou règne politique à partir d’une gestion efficace des eaux.

La seconde partie de l’exposé sera consacrée aux usages contemporains de ces références. Je présenterai quelques exemples de mobilisation, par les autorités locales ou nationales, de la référence de Yu le Grand. C’est en effet à travers de nombreux supports (textes, parcs commémoratifs, poèmes, temples lui étant dédiés), que Yu le Grand est saisi pour soutenir la rhétorique accompagnant des projets locaux visant à lutter contre les inondations ou encore le discours officiel du projet hydroélectrique titanesque du barrage des Trois Gorges.

En guise de conclusion la communication interrogera les positions des habitants témoins de telles actions, à partir d’une enquête ethnographique menée en amont du barrage des Trois Gorges depuis 2004. Il s’agira de montrer comment, à travers des attitudes multiples (rejet de la légende de Yu le Grand, transmission de récit d’inondation-catastrophe ou encore usage de toponymes identifiant le barrage à un dragon qui noie), les habitants mobilisent eux aussi des références anciennes et porteuses de sens pour exprimer des critiques sur ce qu’ils considèrent une – mauvaise – gestion étatique des eaux.

Date

  • Samedi 9 juillet, 15h à 17h

Lieu

  • Sainte-Foy-La-Grande en Gironde, salle de la batellerie Port-Sainte-Foy

 

Sculpture de Yu le Grand, Musée du Folklore Qiang à Beichuan (Sichuan), K. Le Mentec (2015)

Sculpture de Yu le Grand, Musée du Folklore Qiang à Beichuan (Sichuan), K. Le Mentec (2015)

Festival Les Reclusiennes – 4ème édition – L’eau

Chaque année, du 5 au 10 juillet à Sainte-Foy-La-Grande en Gironde, Les Reclusiennes s’appuient sur l’œuvre d’Élisée Reclus et explorent les questions soulevées à la lumière du présent. Né à Sainte-Foy-La-Grande en 1830, Elisée Reclus, précurseur de la géographie sociale et politique, citoyen engagé dans l’anarchisme, écrivain prolifique, fut un homme éclairé et ouvert à de nombreuses questions aujourd’hui d’actualité.

En 2016, le thème des rencontres Reclusiennes sera l’eau. Que dirait Élisée Reclus, auteur de Histoire d’un ruisseau, en 2016, et si au XXIe siècle l’eau ne « coulait plus de source » ?

Depuis toujours considérée comme génératrice de vie par excellence, l’eau tend aujourd’hui à être banalisée sous certains horizons, tandis qu’elle est toujours plus précieuse et jalousement disputée sous d’autres. Omniprésente dans nos vies quotidiennes, moteur de synergies sociales et de convivialités, elle recèle par ailleurs bien des secrets que s’attache à élucider la recherche scientifique.

La méthode du festival Les Reclusiennes : confronter les communications de chercheurs et les mouvements et groupes qui s’engagent sur l’eau dans nos sociétés contemporaines comme groupes de contestation et de proposition politique et sociale.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search